Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Crimes de guerre en Centrafrique : un ex-officier arrêté et incarcéré en France
Crimes de guerre en Centrafrique : un ex-officier arrêté et incarcéré en France

Crimes de guerre en République centrafricaine : un ex-officier arrêté et incarcéré en France

 

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 11h40, mis à jour à 11h53

 

Eric Danboy Bagale, un Centrafricain de 41 ans, est poursuivi notamment pour « complicité de crimes contre l’humanité » et « complicité de crimes de guerre ».

Un ex-responsable de la garde du président centrafricain déchu François Bozizé (2003-2013) a été mis en examen vendredi 18 septembre au soir à Paris, notamment pour « complicité de crimes contre l’humanité » et « complicité de crimes de guerre », puis écroué.

Arrêté mardi dans l’est de la France, Eric Danboy Bagale, un Centrafricain de 41 ans, a également été mis en examen pour « actes de torture » et « association de malfaiteurs en vue de la préparation de crime de guerre », pour des faits commis entre 2007 et 2014 « en tant que responsable de la garde présidentielle (…) puis en tant que responsable de milices anti-balaka », précise le Parquet national antiterroriste (PNAT) dans un communiqué.

Eric Danboy Bagale a été interpellé et placé en garde à vue mardi 15 septembre, par l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCHGCG) et la section de recherches de gendarmerie de Besançon. « Il s’agit de la première mise en examen dans une procédure diligentée par le PNAT concernant des faits commis en République centrafricaine », selon le communiqué.

L’arrestation a été ordonnée dans le cadre d’une enquête ouverte en mai 2017 et désormais confiée à des juges d’instructions spécialisés du tribunal de Paris. La justice française s’est saisie de ce dossier en vertu d’une compétence universelle, qui l’autorise à poursuivre des suspects de crimes de guerre ou crimes contre l’humanité s’ils passent ou résident sur le territoire français.

Haut responsable au sein des milices anti-balaka

Le nom d’Eric Danboy Bagale est apparu parmi les « Libérateurs », nom donné aux compagnons d’armes du général Bozizé qui l’ont porté au pouvoir en 2003, en renversant le président Ange-Félix Patassé. Membre de l’ethnie Gbaya, comme M. Bozizé, l’officier était devenu un haut responsable au sein des milices anti-balaka. Ces groupes armés ont été formés pour combattre les milices de la Séléka, une alliance de rebelles issus du nord du pays à majorité musulmane, qui ont chassé le président Bozizé du pouvoir en 2013.

Les nombreux massacres perpétrés par les deux camps ont plongé ce pays parmi les plus pauvres d’Afrique dans la troisième guerre civile de son histoire. Selon l’Organisation des Nations unies, qui a accusé les deux coalitions de crimes de guerre, entre 3 000 et 6 000 personnes ont péri, essentiellement des civils, entre 2013 et 2015.

 

 

Crimes de guerre en Centrafrique : un ex-officier arrêté et incarcéré en France

 

Ouest-France avec AFPPublié le 19/09/2020 à 10h02

 

Un ex-responsable de la garde du président centrafricain déchu François Bozizé a été mis en examen ce vendredi soir 18 septembre 2020, à Paris, notamment pour « complicité de crimes contre l’humanité » et « complicité de crimes de guerre », puis écroué.

Eric Danboy Bagale, un Centrafricain de 41 ans, a été arrêté mardi dans l’est de la France. Cet ex-responsable de la garde du président centrafricain déchu François Bozizé a été mis en examen ce vendredi soir 18 septembre 2020, à Paris, notamment pour « complicité de crimes contre l’humanité » et « complicité de crimes de guerre », puis écroué. Il a également été mis en examen pour « actes de torture » et « association de malfaiteurs en vue de la préparation de crime de guerre » pour des faits commis entre 2007 et 2014 « en tant que responsable de la garde présidentielle […] puis en tant que responsable de milices anti-balaka », a précisé le parquet national antiterroriste dans un communiqué, ce samedi 19 septembre.

Un haut-responsable des milices anti-balaka

Éric Danboy Bagale a été interpellé et placé en garde à vue mardi par l’Office central de lutte contre les crimes contre l’Humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCHGCG) et la section de recherches de gendarmerie de Besançon.

Cette arrestation a été ordonnée par le pôle « crimes contre l’humanité » du Pnat, dans le cadre d’une enquête ouverte en mai 2017 et désormais confiée à des juges d’instructions spécialisés du tribunal de Paris.

Le nom d’Eric Danboy Bagale est apparu parmi les « Libérateurs », nom donnés aux compagnons d’armes du général Bozizé qui l’ont porté au pouvoir en 2003 en renversant le président Ange-Félix Patassé.

Membre de l’ethnie gbaya, comme M. Bozizé, l’officier était devenu un haut-responsable au sein des milices anti-balaka. Ces groupes armés ont été formés pour combattre les milices de la Séléka, une alliance de rebelles issus du nord du pays à majorité musulmane, qui ont chassé le président Bozizé du pouvoir en 2013.

Entre 3 000 et 6 000 morts

Les nombreux massacres perpétrés par les deux camps ont plongé ce pays parmi les plus pauvres d’Afrique dans la troisième guerre civile de son histoire. Selon l'ONU, qui a accusé les deux coalitions de crimes de guerre, entre 3 000 et 6 000 personnes ont péri, essentiellement des civils, entre 2013 et 2015.

Fin 2014, la France et Monaco avaient gelé les avoirs d’Eric Danboy Bagale et de Jean-Francis Bozizé, le fils de l’ancien président, les accusant d’oeuvrer « à la déstabilisation de la République centrafricaine » et de tenter « de commettre un acte de terrorisme ».

« Il s’agit de la première mise en examen dans une procédure diligentée par le Pnat concernant des faits commis en République centrafricaine », a précisé le communiqué.

La justice française s’est saisie de ce dossier en vertu d’une compétence universelle qui l’autorise à poursuivre des suspects de crimes de guerre ou crimes contre l’humanité s’ils passent ou résident sur le territoire français.

En 2019, environ 150 procédures judiciaires étaient menées par ce pôle spécialisé du tribunal de Paris, concernant des exactions commises notamment au Rwanda, en RDC, Syrie, Irak ou encore Libye.

 

 

Centrafrique, crimes de guerre: un ex-officier incarcéré en France

https://www.journaldemontreal.com/

 

Paris | Un ex-responsable de la garde du président centrafricain déchu François Bozizé (2003-2013) a été mis en examen vendredi soir à Paris, notamment pour «complicité de crimes contre l'humanité» et «complicité de crimes de guerre», puis écroué, a indiqué samedi à l'AFP le Parquet national antiterroriste (PNAT). 

Arrêté mardi dans l'est de la France, Eric Danboy Bagale, un Centrafricain de 41 ans, a également été mis en examen pour «actes de torture» et «association de malfaiteurs en vue de la préparation de crime de guerre» pour des faits commis entre 2007 et 2014 «en tant que responsable de la garde présidentielle [...] puis en tant que responsable de milices anti-balaka», a précisé le Parquet antiterroriste dans un communiqué.

  1. Danboy Bagale a été interpellé et placé en garde à vue mardi par l'Office central de lutte contre les crimes contre l'humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCHGCG) et la section de recherches de gendarmerie de Besançon.

Cette arrestation a été ordonnée par le pôle «crimes contre l'humanité» du PNAT, dans le cadre d'une enquête ouverte en mai 2017 et désormais confiée à des juges d'instruction spécialisés du tribunal de Paris.

«Il s'agit de la première mise en examen dans une procédure diligentée par le PNAT concernant des faits commis en République centrafricaine», a précisé le communiqué.

La justice française s'est saisie de ce dossier en vertu d'une compétence universelle qui l'autorise à poursuivre des suspects de crimes de guerre ou de crimes contre l'humanité s'ils passent ou résident sur le territoire français.

En 2019, environ 150 procédures judiciaires étaient menées par ce pôle spécialisé du tribunal de Paris, concernant des exactions commises notamment au Rwanda, en République démocratique du Congo, en Syrie, en Irak ou encore en Libye.

Le nom d'Eric Danboy Bagale est apparu parmi les «libérateurs», nom donné aux compagnons d'armes du général Bozizé qui l'ont porté au pouvoir en 2003 en renversant le président Ange-Félix Patassé.

Membre de l'ethnie gbaya, comme M. Bozizé, l'officier était devenu un haut responsable au sein des milices anti-balaka. Ces groupes armés ont été formés pour combattre les milices de la Séléka, une alliance de rebelles issus du nord du pays à majorité musulmane, qui ont chassé le président Bozizé du pouvoir en 2013.

Les nombreux massacres perpétrés par les deux camps ont plongé ce pays parmi les plus pauvres d'Afrique dans la troisième guerre civile de son histoire.

Selon l'ONU, qui a accusé les deux coalitions de crimes de guerre, entre 3000 et 6000 personnes ont péri, essentiellement des civils, entre 2013 et 2015.

 

1 commentaire

P
Depuis 2013, les milices ont causé des milliers de morts et ont conduit une grande partie de la population à fuir.
Certains membres appartenant ou ayant appartenu à ces milices ont commis des violences extrêmes.
C'est peut-être le cas de cette personne interpellée le 15 juillet dernier sur le terres.
C'est peut-être le cas de cette personne interpellée le 15 juillet dernier sur le territoire francais. La justice en décidera.
Cette affaire permettra peut-être d'en savoir plus sur le fonctionnement de ces milices et les conditions dans lesquelles elles ont été constituées.
La paix n'est pas encore revenue en Centrafrique. Les violences persistent.
Les Centrafricains continuent à vivre dans la crainte d'un nouveau massacre.
La réconciliation en Centrafrique passe par la mise en cause des auteurs des crimes les plus odieux ,des crimes contre l'humanité et de ceux qui ont participé à la création de ces milices armées et les ont aidées à prospérer.
C'est une question de justice et respect dû aux victimes.
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Dans une interview à la DW ce jeudi matin, le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l'Onu Jean-Pierre Lacroix estim » ...la suite
Visite conjointe de hauts responsables des Nations unies, de l’Union africaine et de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale ( » ...la suite
Le “cadeau” a ravi la population de Bangui mobilisée pour l’occasion. Le 15 octobre, une dizaine de blindés ont été livrés par la Russie à » ...la suite
Six diplomates libyens, dont l'ambassadeur qui devait être nommé à Bangui, ont été expulsés de Centrafrique samedi 24 octobre. Ils avaient été » ...la suite
The Sentry a publié un nouveau rapport «State of Prey», détaillant un éventail de crises en République centrafricaine (RCA) liées à des activi » ...la suite
Le conflit entre la Russie et la Turquie ne concerne pas uniquement la Syrie, la Libye et l’Afghanistan. Il prend aussi des formes plus diplomatique » ...la suite
Le 19 octobre 2020, l’optimisme règne au sein du Conseil de sécurité de l’ONU qui a tenu une réunion spéciale consacrée à la situation en C » ...la suite
Les prochaines élections en Guinée, le 18 octobre et en Côte d’Ivoire, le 31 octobre, constituent des risques majeurs pour un embrasement dans ch » ...la suite
En République centrafricaine, «le temps est venu de faire taire les armes» et de «faire de réels progrès en termes de développement intégral» » ...la suite
Mesdames et messieurs, bonjour. Merci pour votre présence à ce point presse alors que ma visite de deux jours dans le pays touche à sa fin. Avant d » ...la suite