Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » Centrafrique. Le président Faustin Archange Touadéra, candidat à l’élection présidentielle
Centrafrique. Le président Faustin Archange Touadéra, candidat à l’élection présidentielle

Centrafrique. Le président Faustin Archange Touadéra, candidat à l’élection présidentielle

 

https://www.ouest-france.fr/ Publié le 26/09/2020 à 14h54

 

Le premier tour des élections présidentielle et législatives est prévu pour le 27 décembre. Mais des retards importants dans leur organisation, rendent ce double scrutin incertain.

Le président de la Centrafrique, Faustin Archange Touadéra, a annoncé samedi sa candidature à l’élection présidentielle prévue le 27 décembre, dans un pays meurtri par plus de sept années de guerre civile et encore aux deux tiers sous la coupe de groupes armés rebelles.

« C’est une lourde responsabilité. Une très lourde responsabilité. J’accepte d’être votre candidat », a déclaré le chef de l’État, élu en février 2016 et dont la candidature n’est pas une surprise, devant les membres de son parti, le Mouvement cœurs unis (MCU), réunis en congrès dans la capitale Bangui.

 

Élu en 2016 avec 62,71 % des suffrages

Plus de 7 ans après le coup d’État d’une coalition de groupes armés à majorité musulmane, la Séléka, qui a renversé le président François Bozizé en 2013, le premier tour des élections présidentielles et législatives est prévu pour le 27 décembre mais l’incertitude prévaut aujourd’hui quant à la possibilité de les tenir dans ce délai, des retards importants s’étant fait jour dans leur organisation, notamment l’enregistrement des électeurs.

  1. Touadéra, 63 ans, avait été élu en février 2016 avec 62,71 % des suffrages, déjà sur un territoire largement aux mains de milices rebelles et théâtre d’exactions meurtrières. Ce sera encore le cas en décembre, malgré la signature, en février 2019, d’un accord de paix entre les 14 principaux groupes armés rebelles et le gouvernement. Le principal rival de M. Touadéra devrait être, cette fois, M. Bozizé, de retour depuis un an dans le pays, si sa candidature est validée.

 

 

Centrafrique: Faustin Touadéra candidat à la présidentielle du 27 décembre

 

https://www.rfi.fr/  27/09/2020 - 13:18

 

En Centrafrique, c’était le dernier jour ce samedi 26 septembre du congrès du parti présidentiel, le MCU. Réunis au palais omnisports de Bangui, les délégués du Mouvement cœurs unis viennent d’investir leur candidat Faustin-Archange Touadéra pour la présidentielle du 27 décembre.

Réunis dans le palais omnisports de Bangui, les délégués du Muc ont appelé le président sortant à briguer un deuxième mandat, une mission acceptée sans surprise par Faustin-Archange Touadéra. « Je vous ai entendu et c’est avec beaucoup de plaisir que j’accepte. (...) La date du 26 septembre s’inscrit en étape fondatrice de la marche du peuple centrafricain vers son avenir qui sera fait de sécurité, de paix, de cohésion sociale de vivre ensemble et de développement dans l’unité et la dignité et le travail ».

Le président a profité de cette tribune pour vanter son action à la tête du pays, qualifiant son bilan d’élogieux et mettant en avant la reconstruction de l’armée centrafricaine ou le désarmement de plusieurs milices. Parmi les promesses de campagne du président-candidat, la poursuite de la mise en œuvre de l’accord de paix de 2019, accord critiqué par certains de ses adversaires…

« Je m’engage à parachever le processus de mise en œuvre de l’accord politique pour la paix et réconciliation de 2019. Je tiens à souligner avec force que ceux qui entravent la mise en œuvre de ce processus en paieront le prix fort. »

Faustin-Archange Touadéra a réaffirmé que les élections législatives et présidentielle se tiendraient bien le 27 décembre prochain, conformément a-t-il, dit à la Constitution du 30 mars 2016. Le président n’entend pas lâcher sur ce point alors qu’une partie de l’opposition appelle à un report du scrutin.

Le principal rival de Faustin Touadéra devrait être, cette fois, François Bozizé, de retour depuis un an dans le pays, si sa candidature est validée.

L'élection présidentielle doit en principe se tenir le 27 décembre prochain. Une dizaine d'autres candidats se sont déjà déclarés pour la présidentielle, dont Anicet Georges Dologuélé et Martin Ziguélé, deux anciens Premiers ministres, ainsi que Catherine Samba-Panza, présidente de la République de transition de 2014 à 2016.

Aujourd'hui, la situation s’est améliorée (avec Touadéra)

Evariste Ngamana, porte-parole du MCU

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
La Russie soutient ouvertement depuis 2018 le gouvernement de Touadéra, notamment grâce à un accord bilatéral de défense et de nombreux paramilit » ...la suite
Alors que des discussions ont été engagées entre les émissaires de la CEEAC, la Communauté des États d’Afrique centrale et plusieurs acteurs d » ...la suite
Le Président de la République, Paul BIYA, a reçu en audience dans l’après-midi de mercredi 10 février 2021, la Ministre des Affaires étrangèr » ...la suite
La mise en œuvre de l'accord de paix du 6 février 2019 (APPR-RCA) entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés devrait créer les condit » ...la suite
Je voudrais avant tout propos, vous inviter à observer avec moi, une minute de silence à la mémoire de l’Imam KOBINE LAYAMA, messager de paix et » ...la suite
Pour la ministre centrafricaine des Affaires étrangères, la réconciliation nationale passe aussi par la reddition des comptes pour mettre un terme » ...la suite
Le dialogue inclusif sollicité par le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Antonio Guterres, s’intègre dans la mouvance de » ...la suite
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a exhorté mercredi les autorités centrafricaines "à entamer un véritable dialogue politique i » ...la suite
En plus des attaques des groupes rebelles pour empêcher le déroulement du processus électoral en Centrafrique, le refus par l’opposition de parti » ...la suite
La coalition de l'opposition en Centrafrique a annoncé mardi 2 février se retirer entièrement des élections législatives, dénonçant un « simul » ...la suite