Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » L'ONU, l'UA et la CEEAC achèvent leur mission conjointe en Centrafrique
L'ONU, l'UA et la CEEAC achèvent leur mission conjointe en Centrafrique

L'ONU, l'UA et la CEEAC achèvent leur mission conjointe en Centrafrique

 

https://www.rfi.fr/ 31/10/2020 - 00:42 Avec notre correspondante à Bangui, Charlotte Cosset

 

La mission conjointe du sous-secrétaire général des Nations unies pour les opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, du commissaire Paix et Sécurité de l’Union Africaine (UA), l’ambassadeur Smail Chergui et du président de la Commission de la Communauté Economique de l’Afrique Centrale (CEEAC), l’ambassadeur Gilberto da Piedade Veríssimo s’est achevée ce vendredi 30 octobre. Ils ont rencontré le président de la République, les leaders religieux, des représentant de la société civile ou encore les des groupes armés… La mise en œuvre de l’accord de paix a été l’un des sujets centraux de cette visite.

Les groupes armés signataires de l’accord de paix n’ont de cesse de faire connaître leur mécontentement. Il y a deux jours, ils publiaient encore un mémorandum détaillant ce qui entrave selon eux sa mise en œuvre : dysfonctionnement des organes de mise en œuvre, prises de décisions unilatérales, leaders et représentants de groupes armés pris pour cibles ou déconsidérés…

Jean-Pierre Lacroix concède que dans un certain nombre de domaines, il y a eu des retards. Notamment la mise en place des unités spéciales mixtes de sécurités, ces unités qui doivent être composées en partie d’ex-combattants et de forces de défenses et de sécurité, prévues par l’accord de paix. Le sous-secrétaire général des Nations unies pour les opérations de maintien de la paix affirme : « Des engagements demandent encore à être tenus dans leur totalité ».

Sur le terrain, les violences des groupes armés persistent tout comme les violations de l’accord de paix même si ces dernières semblent être en diminution. En juin dernier, le secrétaire général des Nations unies se disait profondément préoccupé par la poursuite des affrontements violents impliquant des groupes armés engendrant des violences sur les civils et les acteurs humanitaires. Il dénonçait aussi les initiatives expansionnistes de certains groupes armés.

Le processus électoral également au coeur de la mission

Autre enjeu de cette visite de haut niveau, le suivi du processus électoral. Transition, glissement, report… Des options inenvisageables, pour Smail Chergui, commissaire Paix et Sécurité de l’Union africaine.

« Il n’y a pas de plan B. Je pense que l’échéance constitutionnelle doit être respectée. Je pense que dans aucun pays au monde aujourd’hui, il n’y a une élection parfaite. Donc compte tenu des conditions propres à la Centrafrique, il me semble que les conditions sont réunies pour aller vers cette élection. Le tout c’est que maintenant comme on l’a dit aux partis politiques qu’ils prennent leur responsabilité d’aller dans les bureaux de vote et surveiller eux-mêmes le déroulement de ce vote et s’assurer qu’au sortir de cette journée de vote qu’ils puissent eux-mêmes participer et contrôler le comptage des voix. Ce serait une manière d’ajouter de la crédibilité à ces élections. »

Si ce constat est partagé par Jean-Pierre Lacroix, le sous-secrétaire général des Nations unies pour les opérations de maintien de la Paix assure que beaucoup reste à faire. « Il faut que les électrices et les électeurs puissent se prononcer en très grand nombre. Ça suppose que la campagne se déroule sans intimidation dans un climat pacifique, apaisé, démocratique. Nous avons passé à tous des messages encourageant à faire prévaloir ce climat et à rejeter les discours de division de haine d’incitation à la violence. »

Les Nations unies, l’Union africaine et la CEEAC ont mis en garde contre toutes tentatives d’entraver le processus électoral et affirmés que les auteurs de tels actes seraient identifiés, arrêtés et traduits devant la justice.

L’importance de l’aspect régional de cette élection a aussi été soulignée. Une conférence des chefs d’Etat de la sous-région aura lieu en novembre à Libreville et la Centrafrique sera à l’agenda de cette réunion a annoncé le président de la commission de la CEEAC.

« Je constate que dans nos contacts avec les représentants des groupes armés, personne n’a remis en cause le processus électoral, la tenue des élections. »

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le chef de l'État centrafricain Faustin-Archange Touadéra a affirmé vendredi que "de plus en plus de voix s'élèvent" pour modifier la Constitutio » ...la suite
Le président centrafricain, Faustin-Archange Touadera a proposé un référendum constitutionnel au nom des «aspirations du peuple». En Républi » ...la suite
Le président centrafricain, Faustin Archange Touadéra a ouvert mercredi à Bangui, la capitale du pays, le deuxième séminaire gouvernemental visan » ...la suite
Après son homologue santoméen, le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, est l'hôte d'Ali Bongo Ondimba. Ce séjour, qui s’inscrit » ...la suite
Le président centrafricain, Faustin Archanges Touadera arrive ce mercredi à Libreville pour une visite de travail et d’amitié de 48 heures, selon » ...la suite
Plus d'un millier de manifestants ont exigé samedi 6 août à Bangui la tenue d'un référendum pour modifier la Constitution en Centrafrique et perm » ...la suite
Quelques jours après son lancement comme la deuxième monnaie légale de la République Centrafricaine, le Président de la République Pr Faustin Ar » ...la suite
La Constitution en vigueur lui interdit mais un projet de loi visant à réformer celle-ci est en cours d’examen à l’Assemblée nationale. Dan » ...la suite
Ce 28 juillet 2022, à l’occasion de la visite du président Macron en Afrique de l’ouest(1), le président de la Guinée Bissau, Mokhtar Sissoco » ...la suite
En Centrafrique, le pouvoir veut modifier la constitution pour faire sauter le verrou qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels. Les i » ...la suite