Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » RCA: la Minusca veut rassurer sur l'aspect sécuritaire du processus électoral
RCA: la Minusca veut rassurer sur l'aspect sécuritaire du processus électoral

 

https://www.rfi.fr/ 05/11/2020 - 02:14 Avec notre correspondante à Bangui,  Charlotte Cosset

La mission des Nations unies en Centrafrique attend le renouvellement de son mandat mi-novembre, qui depuis l’année dernière intègre le soutien au processus électoral. La division électorale de la mission est passée de 3 à 71 personnes. Depuis le début du processus, plus de 100 vols spéciaux ont été effectués, 120 tonnes de matériel électoral acheminé, 5723 agents recenseurs transportés… Mercredi 4 novembre, l’organisation a fait le point sur ce qu’elle a déjà accompli et ses objectifs.

La Minusca apporte un appui opérationnel, logistique. Mais là où elle est sans doute la plus attendue, c’est sur le plan sécuritaire. Denise Brown, représentante spéciale adjointe du secrétaire général des Nations unies, assure l’engagement de la mission, notamment au côté des femmes qui représentent plus de 46% des personnes enregistrées sur les listes électorales.

« Oui il y a eu des difficultés, ça c’est vrai. On est dans un pays où l’on sort d’une période très difficile. La Force et UNPOL vont faire le travail et on va s’assurer que les gens qui sont sur la liste électorale vont pouvoir voter. Et vraiment j’insiste parce que c’est pas rien qu’il y ait autant de femmes qui soient sorties pour aller se faire enrôler. »

Une sécurité précaire dans ce pays encore sous contrôle majoritaire des groupes armés, où les violations de l’accord de paix sont encore courantes et où l’efficacité de la mission onusienne est régulièrement questionnée. « Il y a des sanctions, il y a des arrestations, il y a des listes de sanctions. Il y a différentes actions qui ont été prises et on va continuer d’assurer notre mandat qui est de chercher à protéger tous les citoyens de ce pays et de collaborer avec l’État dans cette dissolution des groupes armés », explique Lizbeth Cullity, représentante spéciale adjointe du secrétaire général des Nations unies.

Sur le terrain, la Minusca dispose de 12 500 casques bleus pour participer à la sécurisation des élections.

Parmi les mesures prises pour mettre fin au conflit, le processus de DDR. La Minusca affirme que 2500 combattants ont été désarmés depuis décembre 2018 dont la moitié depuis le mois de juin. Dans un communiqué daté de ce mercredi, le groupe armé UPC se dit être prêt à s’engager dans ce processus de désarmement.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L'ex-chef de l'Etat centrafricain François Bozizé a pris la tête de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), rébellion qui veut renver » ...la suite
Depuis le début de l'année en République centrafricaine (RCA), le nombre de cas symptomatiques du nouveau coronavirus semble doubler, tandis que le » ...la suite
Le procès de deux miliciens centrafricains doit s’ouvrir le 16 février devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye. Alfred Yekatom Romb » ...la suite
Routes coupées, villages abandonnés par leurs habitants : depuis fin décembre, la Centrafrique est plongée dans ce que les grands médias appellen » ...la suite
Comment organiser des élections crédibles dans un pays contrôlé aux trois quarts par des groupes armés, et où deux électeurs sur trois ne peuve » ...la suite
Une rencontre a bien eu lieu entre une délégation de l’ancien président centrafricain Francois Bozizé et des émissaires de la région afin de d » ...la suite
La guerre d’influence entre Paris et Moscou ne cesse de prendre de l’ampleur à Bangui. Dernier épisode en date : l’infiltration supposée d’ » ...la suite
Face aux attaques des rebelles depuis la réélection contestée du président centrafricain le 27 décembre, les casques bleus travaillent main dans » ...la suite
La RCA a fait l’objet d’une publication de mondafrique.com, le 27 janvier dernier. Ce site internet affirme, en titre de son article : « le désa » ...la suite
L’ex-président centrafricain, accusé de diriger l’insurrection en cours dans son pays, n’a pas officiellement reconnu son implication.Renvers » ...la suite