Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » La CEEAC appelle à la fin des
La CEEAC appelle à la fin des

 

 

LIBREVILLE (GABON) — 27 novembre 2020 AFP

Les onze pays de la Communauté économique des États d'Afrique centrale (CEEAC), réunis vendredi en sommet au Gabon, ont appelé à la fin "des crimes" qui menacent la Centrafrique, à un mois d'élections présidentielle et législatives.

Le premier tour le 27 décembre se déroulera dans un pays encore occupé aux deux tiers par des groupes armés rebelles, même si la guerre civile, qui dure depuis sept ans, a considérablement baissé d'intensité ces dernières années.

"Les crimes commis menacent l'unité de la République centrafricaine et son existence", a déclaré Pacôme Moubelet Boubeya, le chef de la diplomatie gabonaise, devant six des 11 chefs d'Etat de la CEEAC pour son sommet annuel à l'invitation du président gabonais Ali Bongo Ondimba.

Puis, s'adressant au nom de la CEEAC aux "leaders centrafricains" --politiques mais aussi chefs de groupes armés qu'il a invités à transformer leurs milices en partis--, il les a exhortés "à saisir l'opportunité historique des élections pour poser les bases de la réconciliation et de la reconstruction" de ce pays parmi les plus pauvres du monde.

La Centrafrique est ravagée par la guerre depuis qu'une coalition rebelle à dominante musulmane, la Séléka, a renversé le président François Bozizé en 2013. Des violences meurtrières ont ensuite opposé milices Séléka et anti-balaka, celles-là majoritairement chrétiennes et animistes.

Les combats entre groupes armés, issus ou non de ces deux mouvances, ont baissé d'intensité depuis 2015, mais les milices continuent de perpétrer des crimes contre les civils malgré un accord de paix signé en 2019 et la présence de Casques bleus de l'ONU.

Le président centrafricain, Faustin Archange Touadéra, candidat à un deuxième mandat, fait face à 21 rivaux déclarés, dont M. Bozizé, mais dont les candidatures doivent encore être validées. M. Touadéra était présent à Libreville aux côtés de ses pairs gabonais, tchadien, congolais, burundais et angolais, les cinq autres pays étant représentés par des délégations.

La CEEAC, fondée en 1983, comprend 11 États membres: Gabon, Centrafrique, République démocratique du Congo, Congo, Angola, Rwanda, Guinée Équatoriale, Sao-Tomé-et-Principe, Tchad, Cameroun et Burundi. Elle a pour but notamment d'aboutir à la création d'un marché commun mais en est encore loin.

Outre la Centrafrique, l'un des sujets pressants à l'ordre du jour était la nécessaire augmentation des contributions des Etats à la CEEAC.

"Qu'il s'agisse de nos conclusions sur la République centrafricaine" ou "des moyens financiers dont la Commission (de la CEEAC) a besoin", "nous avons, comme toujours, réussi à transcender nos particularismes, afin de concrétiser notre ambition d'intégration régionale", a déclaré à la tribune Ali Bongo Ondimba.

Le chef de l'Etat congolais, Denis Sassou-Nguesso, a pris vendredi la présidence tournante de la CEEAC.

 

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
C’est une information relayée par notre confrère Cameroon web. Il se trouve que depuis des semaines, les ordinateurs Paul Biya sont en vente en R » ...la suite
Baba Laddé, le « père de la brousse » en langue foulbé et de son vrai nom Mahamat Abdoul Kadre a été nommé Directeur Général du service tcha » ...la suite
Le présumé meurtrier et son complice sont passés aux aveux et présentés au procureur de la République le 21 octobre 2021. Les faits remontent » ...la suite
Mahamat Abdelkader Oumar, plus connu sous le nom de guerre de Baba Laddé, était considéré comme un opposant de l’ancien président Idriss Déby » ...la suite
Les honorables Evariste Ngamana, Dieudonné Marien Djemé et Bernadette Souaninzi Gambo intègrent le Parlement de la Communauté Economique et Monét » ...la suite
On en sait un peu plus sur la mise en examen d’un homme d’affaire congolais, conseiller du président Denis Sassou-Nguesso. Lucien Ebata a été m » ...la suite
Trois semaines après le renvoi du contingent gabonais sur la base d’allégations d’agression sexuelle qui se sont totalement dégonflées depuis, » ...la suite
La venue du président centrafricain dans la capitale gabonaise pour y rencontrer le président Ali Bongo Ondimba intervient trois semaines après le » ...la suite
En quelques jours l’oligarchie congolaise vient de subir une série de revers particulièrement sévères qui viennent ruiner la tentative de dédia » ...la suite
Le président centrafricain Faustin Archange Touadera est attendu à Libreville en début de semaine prochaine, a annoncé jeudi le porte parole de la » ...la suite