Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » RCA : crise préélectorale, le procureur général Éric Didier Tambo menace l’ancien Président François Bozizé de poursuite judiciaire
RCA : crise préélectorale, le procureur général Éric Didier Tambo  menace l’ancien Président François Bozizé de poursuite judiciaire

 

 

Bangui, mercredi, 16 décembre 2020, 11:27:04 ( Corbeaunews-Centrafrique ).

À quelques jours de la fin de campagne électorale en vue des élections présidentielle et législatives du 27 décembre 2020, la justice centrafricaine s’est prononcée sur les agissements de l’ancien Président de la République François Bozizé. Le procureur général, le magistrat Éric Didier Tambo menace l’ancien Président ainsi que ses complices de poursuite judiciaire.

 Après ses investigations, le parquet général affirme avoir recensé  les différentes atteintes au processus  électoral en cours.

Ainsi, ce mardi 15 décembre 2020, le procureur général, le magistrat  Éric Didier Tambo, dans une déclaration faite sur les ondes de la radio nationale, menace  et met en garde ceux qui pourront encore semer de trouble dans l’organisation de ces élections.

« Conformément à l’article  26 du code  du procédure pénale centrafricain, et sous la surveillance du parquet général  près la cour d’appel de Bangui,  il a été mis en place  en date du 30 novembre 2020 , une cellule judiciaire coordonnée par le Procureur général, et regroupant en son sein tous les procureur de la République du ressort ainsi que tous les officiers de police judiciaires. La cellule est chargée de constater dans le ressort de ladite cour les infractions liées au processus électoral prévues et punies par les articles 249 à 277 du code électoral ainsi que les infractions connexes  prévues et punies par le Code pénal centrafricain.  L’objectif recherché est d’investiguer et coordonner toutes les infractions liées au processus avant, pendant, et après les élections. Les informations parvenues  à la cellule font état de  ce qu’après la publication de la liste des candidats à l’élection présidentielle le 3 décembre 2020 par la Cour constitutionnelle, l’un des cinq candidats,   dont la candidature a été invalidée, notamment le candidat investi par le parti kwa na Kwa (KNK),  en campagne dans le nord-ouest de la RCA, aurait procédé à des recrutements et à l’enrôlement des mercenaires  étrangers, des  miliciens et des enfants soldats. La même source indique que  des rencontres et des contacts  entre les candidat malheureux du KNK avec d’autres chefs  de la région ont eu lieu », a déclaré le Procureur général Éric Didier Tambo qui a également indiqué qu’au « cour de  cette réunion,  un plan machiavélique aurait  été mis en place par  cette nébuleuse coalition  aux fins de dissuader, décourager, intimider et terroriser les électeurs à ne pas aller  voter le jour du scrutin. Bref ! Semer la zizanie et la panique de manière concertée, planifiée et coordonnée dans les différentes zones  qui sont sous leur contrôle avant et pendant  le jour du scrutin ».

D’après lui, le parquet général  tient à informer  l’opinion nationale et internationale  que ces présumés actes criminels ne resteront pas  impunis.

Notons que les différents candidats à la présidentielle et aux législatives poursuivent leur campagne sur le terrain. Le chef de l’État Faustin Archange TOUADERA se trouve actuellement à Birao, Martin Ziguélé au Nord-ouest, et les autres à Bangui.

 

 

Centrafrique: arrestation du lieutenant Yvon Konaté, important chef Anti-Balaka

 

https://beninwebtv.com/ Par Vincent DEGUENON le 15 Déc 2020 à 15:06

 

Le lieutenant centrafricain Yvon Konaté, porte-parole des milices anti-Balaka a été interpellé mercredi 15 décembre dans la ville de Bossembélé (150 km au nord-ouest de Bangui).

Yvon Konaté, un important chef milicien Anti-Balaka a été interpellé par les forces de l’ordre ce mardi 15 décembre dans la localité de Bossembélé, préfecture de l’Ombella-Mpoko. Selon les témoins de la scène, le chef milicien a été interpellé à 3 kilomètres de Bossembélé.

« J’ai été informé mercredi matin par des responsables sécuritaires de la ville de l’arrestation du lieutenant Yvon Konaté », a indiqué à l’agence Anadolu, le maire de Bossembélé, Augustin Volongao, joint par téléphone. Le maire a rapporté qu’il ignorait les raisons de l’arrestation de ce dernier mais a précisé qu’il était en voie d’être transféré à Bangui, capitale de la Centrafrique.

En février 2014, huit chefs des miliciens anti-Balakas (anti-machettes) dont leur porte-parole, le lieutenant Yvon Konaté, avaient été arrêtés par la force française Sangaris et la force africaine de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (MISCA) chargées de rétablir la paix et la sécurité dans ce pays de l’Afrique centrale. Les huit cadres anti-Balakas avaient été arrêtés suite à un mandat d’arrêt lancé contre eux pour des violences en Centrafrique, mais ils avaient été relâchés plus tard.

En mars dernier, deux autres importants chefs anti-Balaka dont l’adjudant Blaise Tchakpa et le capitaine Dénamngaï, soupçonnés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, avaient été interpellés et transférés devant la Cour pénale spéciale (CPS) centrafricaine. Les nombreux massacres perpétrés par les anti-Bakala et les Séleka ont plongé ce pays parmi les plus pauvres d’Afrique dans l’insécurité totale. Selon l’ONU, qui a accusé les deux coalitions de crimes de guerre, entre 3 000 et 6 000 personnes, essentiellement des civils, ont péri entre 2013 et 2015.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Deux semaines après en avoir pris le contrôle, les rebelles centrafricains ont quitté la ville de Bangassou samedi 16 janvier. Mais ils continuent » ...la suite
Les combats ayant eu lieu aux portes de Bangui, la capitale centrafricaine, avant-hier, confirment la volonté des groupes armés opposés à la réé » ...la suite
Dix des seize candidats à la présidentielle annoncent dans un communiqué qu’ils ne reconnaissent pas les résultats provisoires de la présidenti » ...la suite
Depuis les années 1990, les interventions internationales visant à résoudre les conflits reposent toujours sur le même modèle : négociation d’ » ...la suite
Des avions de chasse français ont effectué ce samedi une seconde mission de survol de la République centrafricaine qui traverse de nouvelles turbul » ...la suite
C'est la Françafrique et ses prolongements qui ont laissé ce pays exsangue et divisé. C'est la priorité à la reconstruction du pays dans le respe » ...la suite
Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) ont perdu la vie vendredi, lors de la deuxième tentative sans succès de » ...la suite
Le climat sécuritaire se tend en Centrafrique à neuf jours des élections du 27 décembre. Des descentes d’hommes en armes et des tirs ont été s » ...la suite
La disparition de l’ancien président Valéry Giscard d’Estaing (94 ans) a fourni l’occasion aux médias francophones de rappeler les rapports t » ...la suite
François Bozizé, dont la candidature à la présidentielle de fin décembre en Centrafrique a été invalidée, traîne une réputation sulfureuse: » ...la suite