Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » Nouvelles nationales sur RFI
Nouvelles nationales sur RFI

Présidentielle en Centrafrique : François Bozizé "accepte" l'invalidation de sa candidature

15/12/2020 - 21:38

L'ancien chef de l'État centrafricain a déclaré mardi avoir accepté de se "plier sans réserve au verdict de la Cour constitutionnelle" et appelle l'opposition à s'unir pour battre le président sortant, Faustin Archange Touadéra à la présidentielle du 27 décembre. François Bozizé, poursuivi par la justice et sous sanction de l'ONU, avait été été exclu du scrutin le 3 décembre.

L'ancien chef de l'État centrafricain François Bozizé a annoncé mardi 15 décembre qu'il acceptait l'invalidation de sa candidature à la présidentielle du 27 décembre, demandant à l'opposition de s'unir derrière un candidat unique pour battre le président sortant Faustin Archange Touadéra.

Revenu en Centrafrique en décembre 2019 après sept années d'exil, François Bozizé apparaissait comme le principal challenger du président Faustin Archange Touadéra, élu en 2016, et qui brigue un second mandat face à une opposition dispersée.

Visé par un mandat d'arrêt délivré par la justice centrafricaine après sa chute en 2013 et placé sous sanction de l'ONU en 2014, François Bozizé a été exclu du scrutin par la Cour constitutionnelle qui a invalidé sa candidature le 3 décembre au motif qu'il est poursuivi pour des crimes présumés.

Soutien aux antibalaka

Depuis son exil, ce dernier était accusé, notamment par l'ONU, d'avoir organisé une contre-insurrection menée par des milices essentiellement chrétiennes et animistes, les antibalaka. En 2014, les Nations unies avaient fait geler ses avoirs à l'étranger et lui avaient interdit de voyager, au motif qu'il avait "soutenu" depuis son exil des milices coupables, selon l'ONU, de "crimes de guerre et crimes contre l'Humanité".

François Bozizé a déclaré mardi avoir accepté de se "plier sans réserve au verdict de la Cour constitutionnelle" actant son invalidation. "Même si nous savons tous dans quelles conditions il a été arraché" a-t-il ajouté dans un communiqué, confirmé auprès de l'AFP par Séverin Vélé Faimandi, porte-parole du KNK, le parti de François Bozizé.

François Bozizé a également appelé les leaders de la COD 2020, la plateforme regroupant les partis d'opposition dont il est le président en exercice, à désigner "au sein de notre coalition un candidat unique de consensus, choisi en raison de ce qu'il dispose de la base électorale la plus étendue et de moyens financiers conséquents disponibles".

La président sortant opposé à 16 candidats 

La Centrafrique a été ravagée par la guerre civile après qu'une coalition de groupes armés à dominante musulmane, la Séléka, a renversé le régime du président François Bozizé en 2013. Les affrontements entre Séléka et milices chrétiennes et animistes "antibalaka" ont fait des milliers de morts entre 2013 et 2014.

Depuis, la guerre a évolué en un conflit de basse intensité, où les groupes armés se disputent le contrôle des ressources du pays, bétail et minerai principalement, tout en perpétrant régulièrement des exactions contre les populations civiles.

Le premier tour des élections présidentielle et législatives se tiendront le 27 décembre dans un pays occupé aux deux tiers par des groupes armés.

Le chef de l'État sortant Faustin Archange Touadéra fait figure de favori et sera opposé à 16 autres candidats, parmi lesquels Catherine Samba-Panza, chef d'État de transition entre 2014 et 2016, ou bien encore Martin Ziguélé et Anicet-Georges Dologuélé, tous deux anciens premiers ministres.

Avec AFP

Centrafrique: interdit de présidentielle, Bozizé veut unir l'opposition face à Touadéra

 

https://www.rfi.fr/ 16/12/2020 - 02:30 Avec notre envoyée spéciale à Bangui, Florence Morice

 

L’ex-président François Bozizé dit « accepter » l’invalidation de sa candidature à la présidentielle par la Cour constitutionnelle et appelle les leaders de la coalition de l’opposition, la COD 2020 dont il est le président en exercice, à s’unir autour d’une candidature unique pour battre le président sortant Faustin-Archange Touadera.

François Bozizé l’assure dans un communiqué diffusé mardi 15 décembre : il « se plie sans réserve au verdict de la Cour constitutionnelle », qui a invalidé sa candidature à l'élection présidentielle à venir en Centrafrique (premier tour le 27 décembre 2020, éventuel second tour le 14 février 2021). Mais apportera-t-il pour autant son soutien à un autre candidat ? Et si oui, à qui ?

À cette question, l’ex-président a répondu par une « proposition » : il demande aux leaders de la coalition d’opposition, la COD 2020, de se mettre d’accord sur un seul « candidat de consensus », contre six actuellement. Et il promet, le cas échéant, de soutenir ce candidat unique en mettant à sa disposition son « appui politique » ainsi que « la machine électorale » de son parti, le KNK (Kwa Na Kwa).

► À lire aussi : Présidentielle en Centrafrique: la campagne électorale lancée dans l’effervescence

Les leaders de l'opposition ne sont pas emballés par la proposition de Bozizé

Dans son communiqué, François Bozizé, n’avance aucun nom mais donne quelques critères. Il suggère de choisir celui qui « dispose de la base électorale la plus étendue, et de moyens financiers conséquents ». C’est la seule solution, selon lui, pour faire barrage à Faustin-Archange Touadéra, dont l’objectif affiché est de l’emporter au premier tour face une opposition en rangs dispersés.

Toujours dans son fief de Bossangoa, François Bozizé avait envoyé mardi un émissaire à Bangui pour faire passer ce message, au cours d’une réunion. Mais selon nos informations, la proposition a été accueillie plutôt fraichement par les autres leaders de la coalition. « Nous avons déjà tranché cette question. La majorité des candidats s’y oppose. Pourquoi y revenir ? », tranche un participant. Pour ce dernier, « François Bozizé peut soutenir qui il veut, mais pas imposer aux autres de se désister ».

2 commentaires

J
Merci pour les infos et pour votre travaille
P
Le loup est dans la bergerie. . .
François Bozizé divise , prêt à tout pour revenir sur la scène centrafricaine.
C'est un comportement indigne.,mais peu surprenant de sa part.
Le goût du pouvoir rend parfois fou...

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L'ex-ministre des Finances et du Budget, Henri-Marie Dondra vient d'être nommé premier ministre après la démission de Firmin Ngrebada. Mais qui es » ...la suite
24 heures après la démission du premier ministre sortant Firmin Ngrebada, le président Faustin-Archange Touadéra a nommé ce 11 juin, Henri-Mari » ...la suite
La Russie soutient ouvertement depuis 2018 le gouvernement de Touadéra, notamment grâce à un accord bilatéral de défense et de nombreux paramilit » ...la suite
Alors que des discussions ont été engagées entre les émissaires de la CEEAC, la Communauté des États d’Afrique centrale et plusieurs acteurs d » ...la suite
Le Président de la République, Paul BIYA, a reçu en audience dans l’après-midi de mercredi 10 février 2021, la Ministre des Affaires étrangèr » ...la suite
La mise en œuvre de l'accord de paix du 6 février 2019 (APPR-RCA) entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés devrait créer les condit » ...la suite
Je voudrais avant tout propos, vous inviter à observer avec moi, une minute de silence à la mémoire de l’Imam KOBINE LAYAMA, messager de paix et » ...la suite
Pour la ministre centrafricaine des Affaires étrangères, la réconciliation nationale passe aussi par la reddition des comptes pour mettre un terme » ...la suite
Le dialogue inclusif sollicité par le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Antonio Guterres, s’intègre dans la mouvance de » ...la suite
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a exhorté mercredi les autorités centrafricaines "à entamer un véritable dialogue politique i » ...la suite