Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Annonces & Divers » LA MINUSCA DENONCE LA CAMPAGNE DE MANIPULATION SUR LA MISE EN ŒUVRE DE SON MANDAT
LA MINUSCA DENONCE LA CAMPAGNE DE MANIPULATION SUR LA MISE EN ŒUVRE DE SON MANDAT

NOTE D’INFORMATION  

 

LA MINUSCA DENONCE LA CAMPAGNE DE MANIPULATION SUR LA MISE EN ŒUVRE DE SON MANDAT  

 

Bangui, le 03 février 2021 – La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) dénonce une campagne de manipulation dont elle fait actuellement l’objet dans certains médias et d’autres secteurs centrafricains et étrangers. Au cours de la conférence de presse hebdomadaire de la Mission mercredi à Bangui, le porte-parole Vladimir Monteiro, rejetant en bloc les accusations de partialité et manquement au mandat, a souligné que « cette campagne inacceptable vise à désinformer l’opinion publique sur l’engagement de la MINUSCA pour la paix et la stabilité en République centrafricaine, conformément à son mandat »

« Le Représentant spécial du Secrétaire général, le leadership de la MINUSCA et l’ensemble du personnel civil et militaire restent plus que jamais concentrés dans l’exécution du mandat de la Mission, en appuyant les autorités centrafricaines face aux nombreux défis, notamment d’appui au processus de paix, de relance du dialogue politique par les bons offices du le Représentant spécial, de protection des populations civiles et de restauration de l’autorité de l’Etat », a indiqué Monteiro.    

Selon le porte-parole, depuis quelques jours, la MINUSCA fait face à des déclarations publiques, rapports, articles de presse et publications sur les réseaux sociaux l’accusant d’être responsable du maintien de l’embargo sur les armes et de mener des opérations avec des forces bilatérales, en violation des principes des Nations unies. En ce qui concerne l’embargo, « la MINUSCA rappelle que cette question est du ressort exclusif du Conseil de sécurité des Nations unies, seul organe à même de prendre des décisions y afférant », a renchéri Monteiro.  

« Sur la question des forces bilatérales russes et rwandaises, la MINUSCA rappelle qu’elles sont en République centrafricaine dans le cadre d’accords avec le gouvernement souverain de ce pays et que la Mission se doit de respecter cette souveraineté, conformément aux différentes résolutions du Conseil de sécurité », a précisé Monteiro, ajoutant que la MINUSCA n’a pas mené des opérations conjointes avec les forces bilatérales et n’a aucune coordination structurelle directe ou indirecte avec une quelconque force internationale opérant dans un cadre bilatéral en République centrafricaine, hormis la France, conformément à la Résolution 2552 du Conseil de sécurité des Nations Unies qui prévoit l’appui des forces armées françaises aux éléments de la MINUSCA (paragraphe 52).  

Le porte-parole a par ailleurs précisé que compte tenu de la présence sur le terrain de ces nouveaux acteurs, il a été créé un mécanisme présidé par le Premier ministre réunissant la partie gouvernementale avec les représentants de toutes les forces sous son autorité et la MINUSCA. « Ce mécanisme est exclusivement destiné à partager la cartographie sur la présence des différentes forces sur le terrain pour éviter qu’elles ne se neutralisent ou ne se tirent dessus. Ce mécanisme déchange dinformations est essentiel dans le cadre de lacheminement de laide humanitaire aux populations vulnérables », a-t-il précisé. Par ailleurs, ce mécanisme d’échange d’informations permet de disposer d’un système de notification des mouvements des acteurs humanitaires pour une prise en compte par toutes les forces présentes sur le terrain qui sont tous tenues de protéger l’espace humanitaire pour un acheminement sans entrave de l’aide aux populations vulnérables, a ajouté le porte-parole.   

En ce qui concerne le processus électoral, dont les résultats définitifs du premier tour des législatives du 27 décembre ont été proclamés lundi par la Cour constitutionnelle de la République centrafricaine, la MINUSCA a annoncé la poursuite de son soutien à la tenue du second tour et des élections partielles qui se tiendront dans 118 circonscriptions restantes. « Conformément à son mandat qui prévoit les bons offices et les soutiens opérationnel, logistique, technique et sécuritaire, la MINUSCA va poursuivre son appui aux autorités centrafricaines dans la préparation et l’organisation de ce scrutin », a rassuré le porte-parole, rappelant que « la MINUSCA appelle tous les acteurs impliqués dans le processus électoral à contribuer à la tenue d’élections apaisées ».  

Sur la situation des droits de l’homme dans le pays, la Division des Droits de l’homme de la MINUSCA a publié son rapport mensuel relatif à décembre 2020. Selon ce rapport, 104 incidents affectant 196 civils ont été documentés. « Il s’agit d’une hausse importante du nombre d’incidents et du nombre de victimes par rapport au mois de novembre 2020, 30 incidents pour 58 victimes, liés à la tenue des élections présidentielle et législatives le 27 décembre », a souligné le porte-parole, ajoutant que « les groupes armés sont auteurs de 94 incidents ».  

 

De son côté, le porte-parole de la Force de la MINUSCA, le Lieutenant-colonel Abdoul Aziz Fall, a noté que la situation sécuritaire, la semaine écoulée, a été globalement calme, avec une reprise progressive des activités quotidiennes par les populations. Selon l’officier, après l’échec de tentatives de prise de contrôle de certaines localités, les groupes armés s’adonnent à des activités qui entravent la liberté de circulation des populations et des biens : « Pour faire face à ces menaces, la MINUSCA a mis en œuvre des moyens conséquents, et la Force a fourni des escortes de sécurité et mis en place, en liaison avec les FACA, un plan de sécurisation du corridor Bangui-Béloko ».  

Il a également salué la solidarité intermissions des Nations Unies, avec l’arrivée à Bangui, fin décembre, du renfort des casques bleus de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (UNMISS) : « Cette contribution a permis d’avoir plus de ressources pour faire face aux défis sécuritaires dans la capitale. La MINUSCA et les forces de défense et de sécurité centrafricaines renforcent leurs actions sur le terrain pour assurer la quiétude et un environnement sécuritaire propice à la reprise de toutes les activités par les populations ».   

Faisant le point sur les activités de la Police de la MINUSCA, la porte-parole Capitaine Mazalo Agba a souligné que les policiers onusiens se sont focalisés sur des opérations de sécurisation des populations à travers des patrouilles conjointes des unités de police constituées, celles de mentorat au profit des Forces de sécurité intérieure centrafricaine dans les unités à Bangui et en régions. « Dans le cadre des élections, le leadership de la composante police poursuit les rencontres notamment pour une sécurisation renforcée du second tour des législatives », a-t-elle ajouté, expliquant que l’envoi de policiers des Nations Unies à l’intérieur du pays a été abordé.   

La Capitaine Mazalo Agba a également souligné que la composante Police continue d’appuyer les Forces de Sécurité Intérieure (FSI) dans l’interpellation des personnes en conflit avec la loi et dans l’élaboration des procédures d’enquêtes afin que les intéressés soient traduits devant les juridictions compétentes. « Au total, 16 personnes ont été interpellées pour diverses infractions à Bangui et en provinces au cours de la semaine écoulée et cela grâce à l’intensification des patrouilles diurnes et nocturnes conduites conjointement par les FSI, UNPOL et l’Etat major intégré », a-t-elle précisé.  

 

 

Combats en Centrafrique: l’ONU collabore-t-elle militairement avec la Russie?

 

https://beninwebtv.com/ Par Modeste Dossou - le 3 février 2021 à 17H:22

 

L’ONU a indiqué, mercredi, qu’elle ne collabore pas avec les soldats russes en république centrafricaine. Une déclaration qui vient apporter un démenti à des rumeurs liées à une éventuelle collaboration entre les deux parties.

Selon une déclaration de la mission de maintien de la paix de l’ONU, en République centrafricaine (RCA), les informations selon lesquelles elle collabore et travaille avec les forces russes dans ce pays, sont fausses. La Centrafrique est ravagée par la guerre depuis plusieurs années et l’ONU a envoyé une force de maintien de la paix dans le pays (Minusca). Lors des dernières élections, les groupes armés ont repris les armes, ce qui a poussé les Russes à envoyer des « conseillers militaire » pour aider l’armée centrafricaine à repousser les attaques.

A lire aussi: Centrafrique: les dirigeants de la région des grands lacs appellent les rebelles à déposer les armes

Les forces russes et celles des Nations Unies ont protégé le président Touadéra lors de la présidentielle et ce sont également les éléments de la Minusca qui ont repoussé les attaques rebelles contre plusieurs villes du pays. Ces événements ont suscité plusieurs rumeurs, dont une déclaration des rebelles, selon lesquelles l’ONU et la Russie travaillent ensemble sur le terrain pour contrer les groupes armés. S’adressant à l’Agence Anadolu, Aboubacar Siddick Ali, porte-parole d’une alliance de groupes armés en RCA, a accusé la mission de maintien de la paix de l’ONU de se battre aux côtés de «mercenaires russes».

Des allégations immédiatement réfutées par l’ONU

Vladimir Monteiro, le porte-parole de la mission de l’ONU, a déclaré à l’agence Anadolu que «nous ne travaillons pas avec les forces qui sont arrivées en République centrafricaine par le biais d’accords bilatéraux, à savoir les Russes et les Rwandais. Ces forces se trouvent sur le terrain et nous sommes également sur le terrain. Donc, pour éviter certains problèmes […] on ne se tire pas dessus quand on est sur le terrain, il y a un mécanisme d’échange d’informations qui a été créé ». «Mais ce n’est qu’un mécanisme d’échange d’informations. Ce n’est pas une opération conjointe», a-t-il ajouté.

A lire aussi: Législatives en Centrafrique: la coalition de l’opposition se retire «du calamiteux processus»

Monteiro a déclaré que la mission de l’ONU opérait de manière indépendante et qu’elle ne soutenait que les forces armées de la RCA. «Donc, dire que nous collaborons, travaillons ensemble ou menons des opérations conjointes avec les forces russes n’est pas vrai», a-t-il dit, ajoutant que sa stratégie est de soutenir le processus politique et de paix. Le motif de la présence des forces russes, arrivées dans le pays l’année dernière à la suite d’un accord bilatéral entre la RCA et la Russie, est remis en question après l’octroi de permis aux entreprises russes pour l’exploration de diamant et d’or.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le butin était enfoui dans le sac d’un opérateur économique chinois résidant au Cameroun qui revenait précipitamment de la République Centrafr » ...la suite
Les députés de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) ont voté, mardi, en faveur du prolongement de la mission relative au déploiement » ...la suite
La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) réaffirme son appui politiq » ...la suite
L'ancien ambassadeur de France et ex-directeur général de la sécurité extérieure (DGSE), Bernard Bajolet, intègre Amarante, l'une des principale » ...la suite
Dans cette crise militaro-politique que connaît la République centrafricaine depuis le début de cette année nouvelle 2021 où n’émanent de ce p » ...la suite
L'insécurité dans le pays a coupé les livraisons de chlore, empêchant la société de distribution d'eau, la Sodeca, d'approvisionner les habitant » ...la suite
Recherché par la justice centrafricaine pour avoir mis à sac les sociétés françaises CFAO et Orange Centrafrique en 2013, Monsieur Mamadou Danz » ...la suite
Le Secrétaire général et le Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations unies ont renouvelé leur confiance à Mankeur Ndiaye dont le con » ...la suite
Les nouvelles installations sanitaires achevées viennent d’être inaugurées par un président Faustin Archange Touadera, totalement satisfait du t » ...la suite
L’ambassade des États-Unis en République centrafricaine (RCA) est profondément attristée par la nouvelle de la mort de trois Casques bleus burun » ...la suite