Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » RCA : dénonçant un processus électoral « calamiteux », l'opposition se retire du second tour des législatives
RCA : dénonçant un processus électoral « calamiteux », l'opposition se retire du second tour des législatives

 

(Agence Ecofin) 03 février 2021 13:05 - En plus des attaques des groupes rebelles pour empêcher le déroulement du processus électoral en Centrafrique, le refus par l’opposition de participer au second tour des législatives va contribuer à fragiliser encore les institutions du pays dans un environnement sécuritaire déjà difficile.

La coalition d’opposition COD 2020, qui regroupe les plus importants partis et mouvements de l'opposition au président Faustin-Archange Touadéra, a annoncé mardi 2 février son retrait de la suite du processus électoral en République centrafricaine (RCA).

« En dépit de nombreuses irrégularités, des fraudes massives, des violences et voies de fait excipées par 346 requérants, la Cour Constitutionnelle en proclamant les résultats définitifs du premier tour de ces élections législatives a confirmé que celles-ci ont été un simulacre sans précédent dans l’histoire politique de la RCA », peut-on lire dans leur déclaration.

Rejetant les résultats proclamés par la Cour Constitutionnelle, les leaders de l’opposition réunis au sein de cette coalition ont affirmé qu’ils se retirent « entièrement du calamiteux processus électoral en cours en ne présentant plus de candidats ni aux partielles ni au 2e tour desdites législatives ».

La Cour constitutionnelle a annulé, lundi, pour des irrégularités les résultats du premier tour dans 13 circonscriptions sur 140, invoquant diverses raisons, à savoir : des menaces et intimidations, des dépouillements dans des circonstances troubles, ou des urnes détruites.

Seulement 22 députés ont été déclarés élus dès le premier tour. Parmi ceux-ci, 05 sont issus du MCU, le mouvement présidentiel, tandis que 03 sont du parti Patrie de Crépin Mboli Goumba, 02 pour l’URCA de l’opposant Anicet Georges Dologuélé, et un seul pour le KNK de François Bozizé, ainsi que pour le MLPC de Martin Ziguélé.

Les résultats partiels proclamés par la Cour Constitutionnelle ne permettent pas, en l’état actuel, d’établir de véritables tendances concernant le poids des forces politiques dans le futur parlement.

L’Autorité nationale des élections (ANE) va dévoiler bientôt un nouveau calendrier électoral afin d’organiser au plus tôt le second tour du scrutin législatif. Le mandat de l’actuelle assemblée expire le 2 mai.

Le premier tour des élections couplées (présidentielle et législatives) s’est tenu le 27 décembre 2020. Un scrutin qui n’avait pas pu avoir lieu en de nombreux endroits du fait de l’insécurité causée par l’offensive lancée par les groupes rebelles de la Coalition pour le changement (CPC).

Borgia Kobri

2 commentaires

M
Seulement 22 députés !!!
P
Non seulement les milices ont réussi à perturber le déroulement du processus électoral en Centrafrique, à fragiliser le résultat des élections , mais elles sont également parvenues à semer la discorde parmi la classe politique.
C'est la raison pour laquelle il faut définitivement mettre fin à leur eclasse politique.
C'est la raison pour laquelle il faut définitivement mettre fin à leur existence et soutenir sans faille et de manière significative la MINUSCA dans son combat contre les milices et lui permettre d'en venir à bout.
Le peuple centrafricain aspire à la paix . Le pays est ruiné. La société est divisée.
Il est temps que la classe politique centrafricaine en prenne conscience et réagisse de manière positive en travaillant ensemble au rétablissement de la paix.
Ceci demande de l'intelligence et du coeur , une hauteur de vue et l'abandon, au moins pour un temps, des divisions.
Les femmes et les hommes politiques ont un rendez-vous exceptionnel avec l'Histoire qu'il ne leur faut pas manquer.
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
La Russie soutient ouvertement depuis 2018 le gouvernement de Touadéra, notamment grâce à un accord bilatéral de défense et de nombreux paramilit » ...la suite
Alors que des discussions ont été engagées entre les émissaires de la CEEAC, la Communauté des États d’Afrique centrale et plusieurs acteurs d » ...la suite
Le Président de la République, Paul BIYA, a reçu en audience dans l’après-midi de mercredi 10 février 2021, la Ministre des Affaires étrangèr » ...la suite
La mise en œuvre de l'accord de paix du 6 février 2019 (APPR-RCA) entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés devrait créer les condit » ...la suite
Je voudrais avant tout propos, vous inviter à observer avec moi, une minute de silence à la mémoire de l’Imam KOBINE LAYAMA, messager de paix et » ...la suite
Pour la ministre centrafricaine des Affaires étrangères, la réconciliation nationale passe aussi par la reddition des comptes pour mettre un terme » ...la suite
Le dialogue inclusif sollicité par le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Antonio Guterres, s’intègre dans la mouvance de » ...la suite
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a exhorté mercredi les autorités centrafricaines "à entamer un véritable dialogue politique i » ...la suite
La coalition de l'opposition en Centrafrique a annoncé mardi 2 février se retirer entièrement des élections législatives, dénonçant un « simul » ...la suite
Les résultats provisoires des élections législatives du 27 décembre dernier ont été rendus publics par la Cour constitutionnelle centrafricaine » ...la suite