Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » Centrafrique: le chef de l'ONU exhorte à ouvrir un "dialogue inclusif" avec l'opposition
Centrafrique: le chef de l'ONU exhorte à ouvrir un

 

Déclaration attribuable au porte-parole du Secrétaire général - sur la République centrafricaine 

 

Le Secrétaire général continue à suivre de près la situation en République centrafricaine. Il prend note des résultats définitifs du premier tour des élections législatives proclamées le 1er février 2021 par la cour constitutionnelle. 

Le Secrétaire général reste très préoccupé par les récents affrontements armés et les menaces contre les populations civiles en République centrafricaine. Il regrette profondément les pertes en vies humaines, la détérioration de la situation humanitaire, le déplacement forcé de plus de 200,000 personnes et l’augmentation de la souffrance de la population. Il condamne fermement la violence, réitère son appel à un cessez-le-feu mondial dans le contexte de la pandémie de COVID-19 et exhorte toutes les parties à cesser immédiatement les hostilités. Il réaffirme que les auteurs de graves violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, ainsi que de crimes graves, y compris le meurtre de civils et de Casques bleus des Nations Unies, doivent répondre de leurs actes. 

Le Secrétaire général exhorte les autorités centrafricaines à entamer un véritable dialogue politique inclusif avec l’opposition politique et les groupes armés qui ont renoncé à la violence dans le but de désamorcer les tensions et revitaliser le processus de paix. 

Le Secrétaire général réitère que la MINUSCA maintiendra une posture robuste dans la mise en œuvre de son mandat, y compris la protection des civils. Il tient à rassurer le peuple centrafricain du soutien indéfectible des Nations Unies dans ses efforts pour consolider la paix et la démocratie, en étroite coopération avec d’autres partenaires.  

Stéphane Dujarric, Porte-parole du Secrétaire général  

New York, le 3 février 2021

 

Centrafrique: le chef de l'ONU exhorte à ouvrir un "dialogue inclusif" avec l'opposition

 

Publié le 03-02-21 à 22h47 à NATIONS UNIES

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a exhorté mercredi les autorités centrafricaines "à entamer un véritable dialogue politique inclusif avec l'opposition politique et les groupes armés" ayant renoncé à la violence, au lendemain du retrait de la coalition d'opposition des élections législatives.

Il s'agit "de désamorcer les tensions et revitaliser le processus de paix", insiste le chef de l'ONU dans un communiqué, en se disant toujours "très préoccupé par les récents affrontements armés et les menaces contre les populations civiles en République centrafricaine". La coalition de l'opposition en Centrafrique a annoncé mardi se retirer entièrement des élections législatives, dénonçant un "simulacre" après le rejet de la plupart de ses requêtes en annulation du scrutin du premier tour.

A propos des violences dans le pays, Antonio Guterres assure que la mission de Casques bleus déployés dans le pays "maintiendra une posture robuste dans la mise en oeuvre de son mandat, y compris la protection des civils". Selon des sources diplomatiques, si une demande récente de la mission de l'ONU d'une prolongation d'un renfort de Casques bleus rwandais exceptionnel devrait être accordée d'ici fin février par le Conseil de sécurité, il pourrait cependant en être autrement pour la requête d'ajouter 3.000 Casques bleus à un contingent déjà très important (environ 12.000 militaires et policiers). (Belga)

 

2 commentaires

Z
Aux USA pour deux intrus dans la maison blanche, on a crié au scandale, au viol de la démocratie, ... En Afrique quand des gens souvent catapultés d'autres pays, massacrent, tuent, violent, au nom du rétablissement de la démocratie, on dit aux Africains, il faut dialoguer avec les "opposants".

Pour e la démocratie, on dit aux Africains, il faut dialoguer avec les "opposants".

Pour un partage équitable du pouvoir, Mr le Président que nous aimons pas, donnez les ministères de la Défense, des Mines, de l'intérieur, des affaires étrangères, aux généraux de brousse, ceux qui ont gravi les échelons dans le maquis.Donnez leurs ces Ministères et votre peuple vivra la paix de la pauvreté, parce que vaut mieux mourir d'un mort naturel par manque de soins et de moyens, que de mourir égorgé par un assoiffé de démocratie!
» lire la suite
J
Bien dit, mais pas d'éspoire...

Mon commentaire

Dans la même catégorie
La Russie soutient ouvertement depuis 2018 le gouvernement de Touadéra, notamment grâce à un accord bilatéral de défense et de nombreux paramilit » ...la suite
Alors que des discussions ont été engagées entre les émissaires de la CEEAC, la Communauté des États d’Afrique centrale et plusieurs acteurs d » ...la suite
Le Président de la République, Paul BIYA, a reçu en audience dans l’après-midi de mercredi 10 février 2021, la Ministre des Affaires étrangèr » ...la suite
La mise en œuvre de l'accord de paix du 6 février 2019 (APPR-RCA) entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés devrait créer les condit » ...la suite
Je voudrais avant tout propos, vous inviter à observer avec moi, une minute de silence à la mémoire de l’Imam KOBINE LAYAMA, messager de paix et » ...la suite
Pour la ministre centrafricaine des Affaires étrangères, la réconciliation nationale passe aussi par la reddition des comptes pour mettre un terme » ...la suite
Le dialogue inclusif sollicité par le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Antonio Guterres, s’intègre dans la mouvance de » ...la suite
En plus des attaques des groupes rebelles pour empêcher le déroulement du processus électoral en Centrafrique, le refus par l’opposition de parti » ...la suite
La coalition de l'opposition en Centrafrique a annoncé mardi 2 février se retirer entièrement des élections législatives, dénonçant un « simul » ...la suite
Les résultats provisoires des élections législatives du 27 décembre dernier ont été rendus publics par la Cour constitutionnelle centrafricaine » ...la suite