Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » Une opportunité à saisir
Une opportunité à saisir

Lu pour vous

 

https://www.cameroon-tribune.cm/ Par Paul EBOA 05 Févr. 2021 12:09

 

Le dialogue inclusif sollicité par le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Antonio Guterres, s’intègre dans la mouvance des efforts déployés, ces dernières semaines, pour décrisper le climat politique en République centrafricaine.

Le 29 janvier dernier, la Conférence internationale des pays des grands lacs s’est penchée sur le cas centrafricain. Elle a promis de se retrouver dans une dizaine de jours. Au plan interne, la Cour constitutionnelle a annulé, le 1er février dernier, les résultats du premier tour des élections législatives dans 13 circonscriptions électorales. Tandis que l’Assemblée nationale se métamorphose, l’opposition radicale, réunie sous la bannière du COD 2020, continue de s’attaquer au processus électoral. Non seulement, cette opposition ne cesse de dénoncer les prétendues limites dudit processus, mais aussi, elle annonce le boycott des législatives qui seront bientôt reprises dans certaines circonscriptions électorales. L’Union pour le renouveau centrafricain (URCA) d’Anicet Georges Dologuélé a tenu à se dissocier de cette manœuvre.

Les Centrafricains n’ont certainement pas oublié que le double scrutin présidentiel et législatif du 27 décembre 2020 s’est tenu dans un contexte sécuritaire exacerbé par une rébellion soucieuse de s’emparer du pouvoir par les armes. Ce contexte n’a pas permis à certains électeurs d’accomplir leur devoir civique. Le 13 janvier dernier, la rébellion armée a persisté dans sa logique de guerre au point de tenter une entrée en force à Bangui, la capitale centrafricaine. Cette tentative a lamentablement échoué face à la résistance farouche des Forces armées centrafricaines appuyées par les casques bleus. Le 16 janvier dernier, la Mission multidimensionnelle et intégrée des Nations unies en République centrafricaine (MINUSCA) a maintenu la pression en délogeant la rébellion de la localité de Bangassou située à l’Est de Bangui.

Au-delà des ambitions personnelles de certains acteurs politiques, la paix mérite d’être consolidée dans « le berceau des bantous ». C’est pour cette raison que dès sa réélection, le président Faustin Archande Touadéra a réaffirmé sa volonté de dialoguer. Le secrétaire général de l’ONU souhaite que ce dialogue soit inclusif. Les autorités centrafricaines n’y voient aucun inconvénient. De ce point de vue, le nouveau dialogue se présente comme une opportunité à saisir pour éloigner définitivement le spectre de la guerre et permettre à la Centrafrique de vivre dans la plénitude de ses moyens.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
La Russie soutient ouvertement depuis 2018 le gouvernement de Touadéra, notamment grâce à un accord bilatéral de défense et de nombreux paramilit » ...la suite
Alors que des discussions ont été engagées entre les émissaires de la CEEAC, la Communauté des États d’Afrique centrale et plusieurs acteurs d » ...la suite
Le Président de la République, Paul BIYA, a reçu en audience dans l’après-midi de mercredi 10 février 2021, la Ministre des Affaires étrangèr » ...la suite
La mise en œuvre de l'accord de paix du 6 février 2019 (APPR-RCA) entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés devrait créer les condit » ...la suite
Je voudrais avant tout propos, vous inviter à observer avec moi, une minute de silence à la mémoire de l’Imam KOBINE LAYAMA, messager de paix et » ...la suite
Pour la ministre centrafricaine des Affaires étrangères, la réconciliation nationale passe aussi par la reddition des comptes pour mettre un terme » ...la suite
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a exhorté mercredi les autorités centrafricaines "à entamer un véritable dialogue politique i » ...la suite
En plus des attaques des groupes rebelles pour empêcher le déroulement du processus électoral en Centrafrique, le refus par l’opposition de parti » ...la suite
La coalition de l'opposition en Centrafrique a annoncé mardi 2 février se retirer entièrement des élections législatives, dénonçant un « simul » ...la suite
Les résultats provisoires des élections législatives du 27 décembre dernier ont été rendus publics par la Cour constitutionnelle centrafricaine » ...la suite