Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » Corridors Douala-Ndjaména-Bangui – Le mot d’ordre de grève levé
 Corridors Douala-Ndjaména-Bangui – Le mot d’ordre de grève levé

Centrafrique: Corridors Douala-Ndjaména-Bangui – Le mot d’ordre de grève levé

 

4 février 2021 allafricacameroun

C’est la résolution prise jeudi dernier au terme de la rencontre entre le ministre des Transports, celui du Commerce et les syndicats des transporteurs sur ces axes routiers entre les trois pays.

Il y avait un désaccord sur les tarifs pratiqués. Désaccord entre les transporteurs, les transitaires et les auxiliaires en douane. Jusqu’à jeudi, plus rien n’allait entre les transporteurs des corridors Douala-Ndjamena au Tchad et Douala-Bangui en République centrafricaine. Les syndicats des transporteurs ont appelé à une grève qui devait prendre effet à partir de mercredi 3 février. Une concertation a été ainsi organisée jeudi dernier au ministère des Transports en présence du ministre Ernest Massena Ngalle Bibehe, du ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, et des responsables des différents syndicats.

Désormais, tout le monde devra s’arrimer aux montants arrêtés : 3,3 millions de F pour le corridor Douala-Bangui et 3,350 millions pour le corridor Douala-Ndjamena. Les leaders de syndicats et d’organisations de transports pour les trois pays ont validé cette résolution. Le mot d’ordre de grève est donc levé. A tous, Luc Magloire Mbarga Atangana a rappelé qu’il existe désormais la Zone de libre-échange continentale pour les Africains. Il a recommandé de réactiver le comité de gestion des corridors créé depuis 2006. « Nous sommes arrivés à un accord qui confirmait le consensus déjà obtenu le 10 janvier 2020. Ces questions auraient dû être abordées au sein de ce comité », a souligné le Mincommerce.

« Que chaque partie respecte ses engagements pour que la sérénité soit retrouvée sur les deux corridors », a déclaré Ibrahim Yaya, président national du Groupement des transporteurs terrestre du Cameroun. Pour El Hadj Oumarou, coordonnateur général du Bureau de gestion de fret terrestre, le calme est revenu et la circulation des marchandises sur ces corridors devrait reprendre. S’agissant du phénomène de double immatriculation, décrié par certains transporteurs, le ministre des Transports a indiqué qu’il s’agissait davantage d’un acte de mauvaise foi et qu’il veillerait au retour à des actes citoyens.

 

 

RCA : plus de 100 camions humanitaires bloqués à cause de l’insécurité sur la route venant du Cameroun (MINUSCA)

 

https://news.un.org/ 4 février 2021

Les attaques de groupes armés en République centrafricaine (RCA) sur la route principale reliant le pays au Cameroun empêchent l’acheminement de l’aide humanitaire et des produits commerciaux, déplore la Mission des Nations Unies (MINUSCA).

« Les tensions demeurent assez élevées dans plusieurs parties du pays », a reconnu, jeudi, Denise Brown, la Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général de l’ONU en RCA, lors d’une conférence de presse.

« Mais il y a une baisse importante du nombre d’attaques par rapport à la mi-décembre », a-t-elle nuancé.

Mme Brown a rappelé que la dernière attaque majeure de groupes armés en RCA était celle perpétrée le 13 janvier dernier sur la capitale Bangui. Une offensive « stoppée avec succès » par les Casques bleus de la MINUSCA et les forces armées et de sécurité centrafricaines.

Dans le sud du pays, la ville de Bangassou est sous le contrôle des forces armées centrafricaines et des Casques bleus, a confirmé la Représentante spéciale adjointe, précisant que les travailleurs humanitaires poursuivent leurs activités d’aide aux personnes déplacées par le conflit.

Sécuriser la route

Le défi actuel pour la MINUSCA est la sécurisation de la MSR1, la route principale par laquelle arrivent tous les biens importés et l’aide humanitaire acheminés par voie terrestre depuis le Cameroun. Le 18 janvier, un convoi a été attaqué sur cette route dans ce qui était la première attaque depuis le début du mois de décembre.

« Toute la nourriture du Programme alimentaire mondial (PAM), tous les médicaments de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), toutes les fournitures de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et des ONG ont été complètement bloqués », a déploré Mme Brown, précisant que 100 camions transportant de l’aide humanitaire sont immobilisés.

« Le blocage de cette route a vraiment un impact important sur la situation humanitaire », a souligné la responsable onusienne, qui est également Coordinatrice humanitaire en RCA, alors qu’environ 1,9 million de personnes ont déjà du mal à se nourrir au jour le jour.

Mercredi 3 février, un premier convoi est parvenu à acheminer de l’aide humanitaire « en traversant les parties les plus difficiles de la route ». « Nous sommes confiants que cela va continuer, étant donné que cela apporte de l’aide vraiment nécessaire pour la population qui a été affectée par le blocage de cette route », a dit Mme Brown.

Plus de 180 ONG et agences des Nations Unies opèrent en RCA avec plus 12.000 travailleurs humanitaires locaux et internationaux.

Au mois de janvier, 66 incidents visant des humanitaires ont été recensés dans le pays. « Un chiffre plus élevé que tout autre mois des années précédentes », a relevé la Représentante spéciale adjointe. « La majorité de cette criminalité étant créée par les groupes armés », a-t-elle précisé.

Plus 200.000 Centrafricains sont déplacés dont plus de 100.000 réfugiés dans les pays voisins. « Plus ces déplacements dureront, plus nous aurons de problèmes persistants de malnutrition », a prévenu la Représentante spéciale adjointe.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Pressés par la Beac, les Etats de la Cemac ont finalement cédés en transmettant près de 140 copies de conventions signées avec les opérateurs p » ...la suite
Le Cameroun prend déjà en charge plus de 500 000 réfugiés centrafricains, et voit cette population en détresse grossir de jour en jour. L’ONU q » ...la suite
Les représentants de plusieurs pays africains de la région des Grands Lacs, réunis vendredi à Luanda en un mini-sommet sur la situation en Centraf » ...la suite
Idriss Deby réaffirme son "attachement au respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale" de la Centrafrique. Le chef de l'État tch » ...la suite
Un mois après l’audience accordée par Ali Bongo au ministre centrafricain des Affaires étrangères, Sylvie Baipo Temon, émissaire de son homolog » ...la suite
Les onze pays de la Communauté économique des États d'Afrique centrale (CEEAC), réunis vendredi en sommet au Gabon, ont appelé à la fin "des cri » ...la suite
La RCA est un vaste pays enclavé se situant au cœur de l’Afrique Centrale. La position d’enclavement de la RCA constitue une contrainte majeure, » ...la suite
En Afrique Centrale, la question des infrastructures concernant les services de base (eau, énergie, télécommunications et transports) est au centre » ...la suite
Premier scrutin depuis la promulgation de la nouvelle Constitution et l’instauration du « régime présidentiel intégral », l’élection à la m » ...la suite
3,4 milliards d’euros pour ajouter aux 600 millions déjà acquis, c’est le montant que la Communauté économique et monétaire des pays d’Afri » ...la suite