Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Les députés centrafricains appellent à sécuriser les élections
Les députés centrafricains appellent à sécuriser les élections

Lu pour vous

 

https://www.dw.com/ 10.02.2021

Alors que la reprise des combats menace la tenue du second tour des élections législatives, certains députés réclament un renforcement des mesures de sécurité.

L'état d'urgence sera sans doute encore en vigueur lors du second tour des élections législatives qui doit se dérouler avant le 2 mai, date de la fin du mandat des députés en place.

118 postes de députés restent à pourvoir avant le 2 mai et l'opposition s'est retirée du processus électoral en dénonçant les fraudes. 

En dépit de la contre-offensive engagée par les forces gouvernementales qui ont repris la ville de Bouar ce mardi (09.02.2021), certains députés réclament une session extraordinaire qui fasse le point sur le plan de sécurisation des élections.

La pétition a recueilli 90 signatures

Dans le couloir de l'Assemblée nationale, Bernard Dillah, premier secrétaire parlementaire, recueille des signatures en faveur de cette session. Depuis les élections du 27 décembre, explique-t-il, "il y a des difficultés de procéder librement à l'expression et au choix de ses responsables politiques. Donc tenant compte de ces difficultés, nous avons réfléchi à la possibilité de demander une session extraordinaire".

Il rappelle que plusieurs députés ont perdu leur véhicule durant la campagne et que "certains ont échappé à des tentatives d'assassinat". Selon Bernard Dillah, "le peuple dans son choix a été menacé".

Plus de 90 signatures sont déjà enregistrées et la pétition sera présentée au gouvernement.

Karl Blagué, sociologue et observateur de la scène politique en Centrafrique, pense que les responsables politiques doivent tenir compte du contexte pour éviter à l'avenir une contestation des résultats électoraux, comme ce fut le cas pour l'élection présidentielle.

"Malgré les garanties que la Minusca avait données, je pense qu'il faudrait qu'il y ait une sécurité absolue", affirme le sociologue.

"Par rapport à la déclaration du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guttieres, qu'il va falloir tenir compte de tous ces aléas, il faudrait que le pays soit sécurisé à 100% pour ne pas qu'il y ait un bis repetita."

Recul des groupes armés

Sur le terrain, la Coalition des groupes armés pour le changement, parvenue aux portes de Bangui il y a quelques semaines, recule désormais devant l'avancée des forces gouvernementales.

La Minusca, la force des Nations unies, ne souhaite pas s'exprimer sur l'initiative des élus réclamant plus de sécurité mais confirme que le travail se poursuit.

"Dans le cadre des élections, la direction de la police poursuit les rencontres, notamment pour une sécurisation renforcée du second tour des législatives", a indiqué Vladimir Montéiro, le porte-parole de la Minusca.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Les députés centrafricains sollicitent de l’exécutif une session extraordinaire pour statuer sur les conditions d’organisation des prochaines o » ...la suite
Près de 3.000 personnes se sont rassemblées à Bangui pour remercier la Russie qui avait envoyé des instructeurs et ainsi aidé l’armée gouverne » ...la suite
Dans un décret signé le 12 février 2021, le président Touadéra convoque le corps électoral pour le deuxième tour, ainsi que pour la reprise du » ...la suite
Les réfugiés centrafricains arrivent en grand nombre au Nord de la RDC, en raison des violences et de l’insécurité survenues dans le contexte de » ...la suite
En cause, des attaques de groupes armés sur la route principale reliant le pays au Cameroun empêchent l’acheminement de l’aide humanitaire et de » ...la suite
L'Assemblée des représentants du peuple (ARP, Parlement tunisien) a approuvé, mardi, le prolongement de la mission relative au déploiement d'une u » ...la suite
L’une après l’autre, les Forces armées centrafricaines (FACA) et leurs alliés reprennent le contrôle des villes occupées il y a un mois envir » ...la suite
Les rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) ont abandonné dans la nuit du 07 au 08 février 2021, les bases qu’ils occupaie » ...la suite
En Centrafrique, cela fait plus d’un mois que les motos-taxis sont interdits de circuler pour raisons de sécurité, selon les autorités. Elles sou » ...la suite
Les autorités centrafricaines ont annoncé la radiation de huit cent éléments des rangs des Forces armées centrafricaines (FACA) pour désertion e » ...la suite