Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Nouvelles nationales sur RFI
Nouvelles nationales sur RFI

Le sommet de Luanda sur la Centrafrique reporté

 

https://www.rfi.fr/ 27/02/2021 - 02:51 Avec notre correspondante à Bangui, Charlotte Cosset

En Centrafrique, les opérations de reconquête du territoire par l’armée et les alliés bilatéraux se poursuivent. L’armée centrafricaine a repris cette semaine la ville de Bossangoa notamment. Et ce samedi un sommet sous l’égide de la CIRGL devait s’ouvrir à Luanda mais il est pour la seconde fois repoussé sine die.

La Conférence internationale sur la région des Grands Lacs devait organiser un sommet afin de favoriser la concertation pour mettre un terme aux violences en cours dans le pays depuis la mi-décembre. Mais plusieurs manifestations ont eu lieu dans le centre-ville de Bangui et devant le siège de la CEEAC au cours des dernières semaines pour dire non au dialogue avec la rébellion.

Et sur le sujet, la présidence était claire ce vendredi. Si Faustin Archange Touadéra se déplaçait à Luanda ce ne serait que pour affirmer sa position : il n’y aura pas de discussions avec ceux qui ne respectent pas les termes de l’accord de paix. Ceux-là « doivent être arrêtés et traduits en justice », martèle le porte-parole de la présidence. 

Parallèlement, le Conseil économique et social centrafricain a reçu les représentants de la société civile et des partis politiques d’opposition dans la perspective d’un dialogue national. Un rapport des conclusions de ces consultations sera présenté aux autorités. La présidence affirme qu’il faut d’abord laisser le processus électoral aller à son terme pour envisager l’ouverture d’une telle initiative.

 

 

La RCA «se trouve à un tournant décisif», prévient Antonio Guterres dans un rapport

 

https://www.rfi.fr/ 24/02/2021 - 03:33 Avec notre correspondante à Bangui, Charlotte Cosset

Le nouveau rapport du secrétaire général des Nations unies sur la Centrafrique vient d’être rendu publique. Il y décortique les évènements survenus depuis le 12 octobre et fait le point sur la période pré et post-électorale. La RCA a été confrontée à une hausse importante des violences pendant la période électorale avec la formation d’une nouvelle coalition armée qui a mené une offensive sur Bangui et perturbé le scrutin

Le secrétaire général considère dans ses observations qu’il était « essentiel » que les élections se tiennent « dans les délais constitutionnels ». Et d’assurer que « la République centrafricaine se trouve à un tournant décisif ».

« La violence électorale a entraîné des violations généralisées des droits de l’homme », affirme ce rapport. Il relève une augmentation de plus de 60% de violations des droits de l’homme entre octobre 2020 et février 2021. Des violations imputables aux groupes armés mais aussi aux agents de l’État dont l’application du couvre-feu national « s’est traduit par des recours disproportionnés et excessifs de la force ». 

Selon le rapport onusien, « les effectifs de la Minusca ont été mis à rude épreuve, tandis que la pression sur la Mission s’intensifiait en raison des défections et désertions généralisées des forces de sécurité nationales ». Le secrétaire général plaide pour « renforcer la gouvernance du secteur de la sécurité » et pour « un processus de réforme efficace ».

Le déploiement de troupes au titre d’accords bilatéraux a permis de faire face à la situation reconnaît le secrétaire général - sans jamais citer ni la Russie ni le Rwanda. Néanmoins, il appelle à une meilleure coordination entre les partenaires en charge de la sécurité « afin de garantir la protection des soldats de la paix et de faciliter l’accès humanitaire ». La Minusca a dû assumer « une part du fardeau plus importante que prévue » au cours de ces derniers mois, affirme-t-il. Parmi ses observations, il recommande l’augmentation des effectifs de la mission onusienne. Le secrétaire général demande un supplément de 2 750 militaires et 940 policiers ce qui porterait au total la mission à plus de 17 000 les forces de la mission pour notamment « inverser la tendance ».

Le rapport souligne enfin l’aggravation de la crise humanitaire. Plus de la moitié de la population a besoin d’une aide humanitaire aujourd’hui. Les incidents contre les acteurs humanitaires sont en progression. En janvier 2021 : 66 incidents ont été répertoriés, c’est le plus grand nombre jamais enregistré. En 2020, ce sont 424 incidents qui ont eu lieu faisant 3 morts et 29 blessés. Depuis la mi-décembre, environ 240 000 personnes supplémentaires ont été déplacées en « raison des violences liées aux élections ». La moitié de ces déplacés n’a pas encore pu rentrer chez elle. 

 

 

Où se trouve l'ancien président centrafricain François Bozizé?

 https://www.rfi.fr/ 25/02/2021 - 23:22

Le sommet sur la crise centrafricaine est prévu à Luanda (Angola) mais la date n’est pas encore confirmée. Les consultations se poursuivent. L’un des points de blocages concerne la présence ou non de l’ancien président François Bozizé accusé de soutenir les groupes armés.

Les autorités de Bangui s’y opposent et affirment qu’il n’est pas question de parler avec ceux qui ont pris les armes. Pendant ce temps, sur le terrain, les forces pro-gouvernementales poursuivent leur contre-offensive. Mercredi, elles ont repris la ville de Bossangoa à 280 km au nord de Bangui.

« Quand ils sont entrés dans Bossangoa, nous nous sommes retirés. François Bozizé était en lieu sûr, assez loin de là, quelque part dans le nord-ouest », affirme une source de la Coalition des patriotes pour le changement, qui ne veut pas en dire plus pour raison de sécurité. « Nous savons qu’il est la cible numéro 1 du régime, qu’ils veulent avoir sa tête coûte que coûte mais nous le protégeons », précise ce responsable.

Selon plusieurs sources, François Bozizé est très prudent, il ne dort quasiment jamais deux nuits d’affilée au même endroit. Il redoute d’être tracé avec un téléphone. Il craint également d’être repéré par des drones russes.

D’après une source bien informée, les forces pro-gouvernementales étaient à Bézambé hier, son village non loin de Bossangoa. L’ancien président passerait le plus clair de son temps dans le nord-ouest, non loin de la frontière tchadienne mais il pourrait se trouver actuellement au sud du Tchad pour des consultations en vue du prochain sommet de Luanda.

 

 

La RCA soulagée après ses discussions au Cameroun pour relancer le transport routier

https://www.rfi.fr/  25/02/2021 - 03:43 Avec notre correspondante à Bangui, Charlotte Cosset

Le ministre des Transports et sa délégation sont rentrés à Bangui mercredi 24 février après près d’une semaine de mission au Cameroun. Le ministre s’est rendu à Yaoundé pour rencontrer les autorités pour discuter des conditions de la reprise du trafic sur le corridor de ravitaillement bloqué depuis la mi-décembre.

Objectif numéro un de cette visite : apporter des garanties aux autorités et aux acteurs du secteur des transports camerounais…

« Toutes nos revendications ont obtenu une solution favorable notamment la question concernant la reprise du trafic par les conducteurs camerounais. Ils sont tous rassurés que le gouvernement centrafricain avec l’appui des partenaires bilatéraux et multilatéraux ont pris des mesures pour assurer durablement le corridor. Ils vont maintenant reprendre régulièrement le trafic sur le corridor », explique Arnaud Djoubaye Abazene, le ministre des Transports.

Autre objectif de la mission trouver une solution aux pénalités accumulées depuis l’arrêt du trafic : les frais de stationnement, de location ou encore d’encombrement. « Il y a au moins quatre à cinq frais qui ont été annulés, poursuit-il. Nous avons eu 100% de solutions apportées à nos problèmes. Ca peut faire des milliards, c’est vraiment un ouf de soulagement pour les opérateurs centrafricains. »

La reprise du trafic à la normale sur le corridor de ravitaillement est très importante pour la Centrafrique. En plus de l’approvisionnement du pays, il s’agit de faire rentrer les taxes dans les caisses de l’État. Les recettes douanières représentent environ un tiers du budget du pays.

Compte tenu de l’encombrement du corridor, les autorités centrafricaines étudient le contournement du corridor par le Congo. Ils devraient organiser prochainement une mission dans cet État voisin pour en discuter les conditions.

1 commentaire

P
Cela peut paraitre paradoxal : il n'est pas incompatible de combattre les milices afin de reconquérir le territoire national tout en les invitant à la table des négociations
Gagner la paix , c'est gagner la guerre sur le terrain tout en organisant la paix autour de la table de négociations .
Le languerre sur le terrain tout en organisant la paix autour de la table de négociations .
Le langage des armes ne suffit pas à mener à la paix. Cependant, il est nécessaire car il est préférable de négocier en position de force.


» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L’Autorité nationale des élections a annoncé les résultats des législatives tenues le week-end dernier. En décembre, le scrutin avait été fo » ...la suite
La configuration de la 7ème législature de la 6ème République se dessine à l'horizon en attendant la décision de la Cour constitutionnelle. L'Au » ...la suite
La campagne électorale pour les élections législatives partielles s’est ouverte ce samedi 27 février 2021 en République centrafricaine, et ce j » ...la suite
Lors d’une réunion, mercredi, du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la situation en RCA, la Centrafricaine Martine Kessy Ekomo-Soignet a p » ...la suite
Les députés centrafricains sollicitent de l’exécutif une session extraordinaire pour statuer sur les conditions d’organisation des prochaines o » ...la suite
Près de 3.000 personnes se sont rassemblées à Bangui pour remercier la Russie qui avait envoyé des instructeurs et ainsi aidé l’armée gouverne » ...la suite
Dans un décret signé le 12 février 2021, le président Touadéra convoque le corps électoral pour le deuxième tour, ainsi que pour la reprise du » ...la suite
Les réfugiés centrafricains arrivent en grand nombre au Nord de la RDC, en raison des violences et de l’insécurité survenues dans le contexte de » ...la suite
En cause, des attaques de groupes armés sur la route principale reliant le pays au Cameroun empêchent l’acheminement de l’aide humanitaire et de » ...la suite
Alors que la reprise des combats menace la tenue du second tour des élections législatives, certains députés réclament un renforcement des mesure » ...la suite