Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Nouvelles nationales sur RNL
Nouvelles nationales sur RNL

Centrafrique: démarrage de la campagne électorale pour les législatives partielles

 

https://www.radiondekeluka.org/ samedi 27 février 2021 14:21

 

La campagne électorale pour les élections législatives partielles s’est ouverte ce samedi 27 février 2021 en République centrafricaine, et ce jusqu'au 12 mars prochain. Cependant, les acteurs du processus s'inquiètent de la situation sécuritaire à l'intérieur du pays ainsi que du maintien du couvre-feu qui, selon eux, viole les dispositions du Code électoral.

Même si la situation sécuritaire dans certaines circonscriptions électorales reste encore fragile, les autorités centrafricaines ont maintenu la date de l'ouverture de la campagne pour les législatives partielles. Celle-ci a démarré ce samedi 27 février 2021 à minuit. Elle va durer deux semaines. Cependant, comment vont se dérouler ces consultations ? Du côté de l'ANE, l'on se dit tenir compte de tous les risques encourus malgré les garanties sécuritaires de la part du gouvernement.

"Chaque circonscription est une élection. Ce n'est plus la présidentielle. Désormais, et la loi le permet, là où c'est possible nous allons organiser les législatives. On ne va pas emmener les électeurs, ni envoyer du personnel à la mort. C'est des risques sérieux, il faut en tenir compte. Mais nous avons des promesses voire des garanties de la part du gouvernement et ses partenaires" a fait savoir Théophile Momokoama, rapporteur de l'Autorité nationale des élections.

Pour sa part, l'opposition démocratique exige du gouvernement des garanties afin d'éviter les erreurs du passé. Selon elle, la décision doit être prise dès maintenant.

"Nous irons à des élections différenciées. Puisque la compagne commence à minuit, il faudra qu'on explique aux candidats et aux électeurs; où les élections auront lieu à commencer par la campagne. Il ne faudra pas attendre le dernier moment pour que des candidats se ruinent, se mettent en difficulté et en danger pour enfin prendre cette décision" a lancé André Nalké Dorogo, vice-président de l'URCA.

Le plan de sécurisation des scrutins, précédemment élaboré par le gouvernement, a connu des modifications compte tenu du contexte sociopolitique actuel.

"Nous constatons que ces groupes armés ralliés à l'ex-président restent dans leur dynamique. Ils ne veulent pas renoncer à leur projet. C'est la raison pour laquelle, on reste engagés dans ce plan de sécurisation" a soutenu Vladimir Monteiro, porte-parole de la mission onusienne en Centrafrique.

Selon la loi, la campagne électorale s'ouvre à minuit et se fera 24h/24 durant les 15 jours impartis. Alors que le couvre-feu est toujours maintenu de 20h00 à 5h00 du matin. L'opposition parle de violation des lois et demande des clarifications aux autorités. Pour l'instant, le gouvernement ne s'est pas encore prononcé sur cette question.

 

 

RCA: la Banque mondiale compte construire et réhabiliter 2.500 infrastructures scolaires à travers le pays

 

https://www.radiondekeluka.org/ vendredi 26 février 2021 14:55

 

Le gouvernement centrafricain et la Banque mondiale projettent construire et réhabiliter environ deux mille cinq cents établissements scolaires. Ceci à travers le projet d'urgence de soutien à l'éducation de base PUSEB qui consiste à réhabiliter, construire les salles de classes et former les enseignants du fondamental 1 et 2 dans 9 préfectures du pays. Une visite guidée de trois établissements a été faite ce mercredi 24 février 2021 à Bangui.

Cette visite a ciblé l'école Notre Dame d'Afrique, le lycée Barthelemy Boganda dans le 4ème arrondissement et l'école Nzangognan dans le 6ème arrondissement de Bangui. Au lycée Barthélemy Boganda, l'équipe PUSEB a échangé avec les responsables de l'établissement sur les difficultés auxquelles ils font face.                            

Ce projet d'urgence de soutien à l'éducation de base (PUSEB) consiste à améliorer les conditions d'enseignement. Il sera exécuté dans neuf (9) préfectures de la République centrafricaine. Il s’agit notamment de la Mambéré-Kadei, l'Ombella-Mpoko, l'Ouham, l'Ouham-Pendé, la Ouaka, la Basse-Kotto, le Bamingui-Bangoran, la Vakaga et la Sangha-Mbaéré.

"C'est pour améliorer l'accès à l'éducation et aussi la qualité de l'éducation. En Centrafrique, il faut recruter 16.000 enseignants pour garantir une éducation de qualité seulement dans le primaire. Les autres actions sont l'amélioration des infrastructures, la réhabilitation des écoles et la formation des enseignants. Nous allons réhabiliter 2.500 salles de classe sur toute l'étendue du territoire" a affirmé Han Fraeters, représentant de la Banque mondiale en Centrafrique.

Par ailleurs et selon la Banque mondiale, l'enseignement du sango (langue nationale), sera aussi inclue dans ce projet afin de permettre aux enfants de mieux assimiler les cours.

"On va mettre en place un projet pilote pour introduire la langue nationale dans les premiers grades de l'enseignement primaire. C'est quelque chose de très important. En Centrafrique, les plus petits qui vont à l'école pour la première fois, ne doivent pas apprendre ce qu'ils doivent apprendre. Mais, doivent l'apprendre dans une nouvelle langue" a conclu Han Fraeters. 

Ce projet d'urgence de soutien à l'éducation de base s'étend sur une durée de Cinq (5) ans pour un coût estimé à 25 millions de dollars, soit environ 13 milliards FCFA.

 

 

RCA: une trentaine d'éléments de l'ex-Séléka rénovée désarmés à Bangui

 

https://www.radiondekeluka.org/ vendredi 26 février 2021 15:04

 

Les éléments de la Séléka rénovée qui occupent le camp RDOT au Pk11 à la sortie Nord de Bangui, adhèrent au processus de Désarmement démobilisation, réinsertion et rapatriement (DDRR). Une trentaine d’éléments sur les 217 répertoriés, ont été désarmés ce 25 février 2021 à l'occasion de la première journée de cette opération pilotée par l'équipe mobile du DDRR en partenariat avec la Minusca.

Les ex combattants visés par cette opération campent depuis plus de six (6) ans sur le terrain militaire de RDOT tombé en ruine. Ils sont tous issus de la Séléka rénovée, un des groupes armés signataires de l’accord politique pour la paix du 6 février 2021 (APPR).

Après la chute du régime Djotodia en janvier 2014, ils y ont été cantonnés pour raisons de sécurité. Plusieurs années plus tard, ceux-ci adhèrent volontairement au processus de désarmement, démobilisation et réinsertion. Pour la première journée de cette opération, une trentaine d'éléments ont été volontairement désarmés.

A l'appel de leurs noms, chaque élément avance avec son arme. Ensuite, les fusils sont recueillis par la cellule de désarmement. Un arsenal constitué de plusieurs armes légères et automatiques, notamment, des lance-roquettes RPG7, des kalachnikovs, des MAS 36, des pistolets et des caissettes de munitions. Après cette phase, l'ex-combattant poursuit le processus au niveau de la cellule santé. Pour ces ex-rebelles, ce processus est un changement de cap.

 "Je dois choisir parmi les options que l'UNDDR m'a présentées. Parce que si l'armée nationale me fait appel, je dois être qualifié pour aller servir mon pays. Les armes portent toujours malheur dans notre pays. Avec ce processus, nous voulons dire non à la prolifération des armes en Centrafrique" a affirmé Gildas Tchenogolo-Biguibanda, capitaine de la Séléka rénovée.

De leur coté, les autorités centrafricaines appellent les éléments désarmés à respecter leurs engagements.

"Mon message, c'est de leur dire d'être assidus et qu'ils respectent leurs engagements puisque, c'est eux-mêmes qui ont fourni leurs listes et qui ont demandé leur désarmement. A ceux qui détiennent encore des armes et qui sont réticents, c'est le moment de venir se faire désarmer" a martelé capitaine Guy Silvère Ngoni, directeur des opérations DDRR.

Au total, 217 éléments de la Séléka rénovée seront désarmés au cours de ce processus. Ces éléments quitteront également le camp RDOT et les maisons environnantes, notamment, celles des particuliers qu'ils occupent depuis 6 ans. Cette phase du DDRR intervient au moment où les Forces armées centrafricaines, appuyées par leurs alliés russes et rwandais, poursuivent la reconquête du territoire national contre la rébellion de la CPC.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Trois jours après la mort du sultan maire de Koui, Aladji Yaya Adamou Daouda, plusieurs questions tournent autour des circonstances dans lesquelles i » ...la suite
Le nouveau Premier ministre centrafricain Henri-Marie Dondra a déclaré mardi vouloir «relancer l'économie» avec comme «partenaire stratégique» » ...la suite
300 chrétiens de retour vers Bangui après avoir assisté à un congrès d’Eglises ont été attaqués par des milices armées. Il y a eu des dég » ...la suite
L’Autorité nationale des élections a annoncé les résultats des législatives tenues le week-end dernier. En décembre, le scrutin avait été fo » ...la suite
La configuration de la 7ème législature de la 6ème République se dessine à l'horizon en attendant la décision de la Cour constitutionnelle. L'Au » ...la suite
Lors d’une réunion, mercredi, du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la situation en RCA, la Centrafricaine Martine Kessy Ekomo-Soignet a p » ...la suite
En Centrafrique, les opérations de reconquête du territoire par l’armée et les alliés bilatéraux se poursuivent. L’armée centrafricaine a re » ...la suite
Les députés centrafricains sollicitent de l’exécutif une session extraordinaire pour statuer sur les conditions d’organisation des prochaines o » ...la suite
Près de 3.000 personnes se sont rassemblées à Bangui pour remercier la Russie qui avait envoyé des instructeurs et ainsi aidé l’armée gouverne » ...la suite
Dans un décret signé le 12 février 2021, le président Touadéra convoque le corps électoral pour le deuxième tour, ainsi que pour la reprise du » ...la suite