Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Nouvelles nationales sur RFI
Nouvelles nationales sur RFI

Législatives en Centrafrique: le MCU pour l'instant majoritaire, talonné par les indépendants

 

https://www.rfi.fr/ 22/03/2021 - 04:18 Avec notre correspondante à BanguiCharlotte Cosset

L’Autorité nationale des élections a annoncé les résultats des législatives tenues le week-end dernier. En décembre, le scrutin avait été fortement perturbé par l’insécurité et des problèmes techniques beaucoup de circonscriptions n’avaient pas pu aller voter. Le week-end dernier on a donc revoté. Pas de taux de participation général, selon les circonscriptions il varie de 30% à plus de 90%. Trois circonscriptions n’ont pas pu voter, 11 ont voté partiellement sur les 140. L’ANE annonce un taux d’ouverture des bureaux de vote de 96%.

70 députés ont été élus à l’issue du scrutin du week-end dernier. Avec ceux du premier tour de décembre dernier se sont en tout 92 élus confirmés. Si le MCU, le mouvement présidentiel, est pour l’instant majoritaire avec 25 candidats déjà assurés, ce n’est cependant pas la vague bleue tant annoncée.

Les indépendants talonnent avec 21 élus. Il s’agira cependant de savoir comment ces députés se positionneront dans l’hémicycle. L’opposition que les observateurs avaient dit affaibli n’est pas en reste : le MLPC de Martin Ziguélé compte 7 députés, le KNK de l’ancien président Bozizé 7 aussi, l’URCA d’Anicet Georges Dologuélé 5 députés.

Avec 48 circonscriptions qui doivent encore se rendre aux urnes rien n’est joué quant aux rapports de forces qui constitueront la nouvelle assemblée. Cette dernière doit prendre ses fonctions le 2 mai prochain au plus tard.

 

 

Centrafrique: le président Touadéra annonce l'organisation d'un dialogue républicain

 

https://www.rfi.fr/ 19/03/2021 - 14:23

Le président Faustin-Archange Touadéra a déclaré que des consultations nationales vont être organisées dans les prochains jours afin de recueillir l'avis et les recommandations des Centrafricains. Le chef de l’État a récemment été réélu à son poste lors d’élections générales marquées par des offensives rebelles dans plusieurs villes du pays, dont la capitale Bangui.

Jeudi soir, le président Touadéra a rappelé son attachement à un dialogue républicain. « Pour être viable, notre démocratie retrouvée, dit-il en référence aux scrutins présidentiel et législatifs, cette démocratie doit être entretenue par un dialogue constant et constructif. » Il dit vouloir un dialogue sincère et inclusif. Une réponse aux appels ces derniers mois de l’opposition. Mais avant cela, il propose l’ouverture dans les prochains jours « de concertations », pour dit-il, « décrisper la crise sécuritaire ». 

Cet appel au dialogue reste toutefois flou. On sait que le président Touadéra a déjà exclu à plusieurs reprises tout dialogue avec les groupes armés et les acteurs politiques qui soutiennent la rébellion. Cette concertation préalable, annoncé par le chef de l’État, était une demande de la communauté internationale afin qu’il y ait un consensus préalable pour éviter l’échec d’un dialogue.

À noter aussi que cette annonce d’une concertation, suivi d’un dialogue, sonne comme une reprise en main par Bangui et une fin de non-recevoir aux tentatives de médiation de la communauté internationale. Le chef de l’État qui rappelle que les accords de paix ou cessez- le-feu signés jusqu’à présent -et qui étaient chapeautés par la région- n’ont pas apporté de solution à la crise. Ils ont même été vus par certains comme un tremplin pour accéder à des postes au sein de l’État.

Les chefs d'Etat de la région invités aux concertations

Selon une source proche de la présidence, ce dialogue pourrait s’ouvrir dès le mois de mai. Il sera précédé de concertations nationales -  qui devraient démarrer dans les prochains jours - avec les forces vives de la nation : partis politiques, sociétés civiles, plateformes religieuses. Mais également avec les chefs d’Etat de la région, qui seront invités à titre d’observateurs lors de ce dialogue républicain.

Dans son allocution le chef de l’Etat a dit vouloir mobiliser tous les segments de la société autour d’un agenda, afin de consolider la paix, la stabilité politique, la gouvernance inclusive et démocratique.  Le but est de ne pas refaire les mêmes erreurs que dans le passé affirme cette source proche de la présidence.

Pour l’opposition qui réclame depuis des mois ce dialogue national, il est grand temps. Il faut maintenant quitter le stade de l’annonce pour passer à celui de l’action, indique le principal parti d’opposition. L’Urca pour qui ce dialogue se doit d’être le plus inclusif possible afin de donner une plus grande chance à la paix, Et ce avec l’implication d’un médiateur international.

Mes chers compatriotes, je voudrais vous présenter la feuille de route du dialogue républicain et vous annoncer l’ouverture, dans les tous prochains jours, des concertations nationales. Ce dialogue républicain, que je veux sincère, inclusif et constructif, permettra -je l’espère vivement- de mobiliser tous les segments de la société centrafricaine, autour d’un agenda pour la consultation de la paix et de la sécurité, la stabilité politique et institutionnelle, la réconciliation nationale, l’appropriation et la bonne gestion de nos ressources naturelles, une gouvernance inclusive et démocratique, ainsi que le développement. L’objet de ces consultations consiste à recueillir vos avis, vos recommandations et suggestions pertinentes sur les résultats escomptés, ainsi que l’agenda d’intérêt national prioritaire et les principes fondamentaux à préserver. Je suis donc à l’écoute de tous les Centrafricains et Centrafricaines!

Faustin-Archange Touadéra, président centrafricain

RFI

 

 

Centrafrique : Christian Guenebem nommé à la tête du KNK, le parti de François Bozizé

 

https://www.rfi.fr/  20/03/2021 - 22:57 Avec notre correspondante à Bangui, Charlotte Cosset

 

Dans un document rendu public samedi soir, Christian Guenebem est nommé président intérimaire du parti par François Bozizé lui-même, qui a officiellement pris la coordination de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC).

Le document est signé : « général d’armée François Bozizé », le 18 février à Kamba Kota. C’est ce même jour que François Bozizé accepte de devenir le coordonnateur de la CPC, suite à l’appel du 15 février par les groupes armés.

Christian Guenebem, secrétaire adjoint du parti, actuellement hors de Centrafrique, prend donc la tête par intérim du KNK. Qu’en est-il du rôle de François Bozizé dans le parti ? Christian Guenebem assure qu’il s’est retiré de lui-même en prenant la tête de la CPC.

Et qu’en est-il du KNK vis-à-vis de la CPC ? Christian Guenebem affirme que la position du parti a toujours été claire : il a toujours appelé à la cessation immédiate des combats et demandé un dialogue inclusif de tous les acteurs du conflit.

« J’espère de ce point de vue que la justice et les autorités feront la part des choses », déclare Christian Guenebem. Ce changement à la tête du parti intervient alors qu’à Bangui le bruit court depuis plusieurs semaines de la volonté de dissoudre le KNK.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
La configuration de la 7ème législature de la 6ème République se dessine à l'horizon en attendant la décision de la Cour constitutionnelle. L'Au » ...la suite
La campagne électorale pour les élections législatives partielles s’est ouverte ce samedi 27 février 2021 en République centrafricaine, et ce j » ...la suite
Lors d’une réunion, mercredi, du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la situation en RCA, la Centrafricaine Martine Kessy Ekomo-Soignet a p » ...la suite
En Centrafrique, les opérations de reconquête du territoire par l’armée et les alliés bilatéraux se poursuivent. L’armée centrafricaine a re » ...la suite
Les députés centrafricains sollicitent de l’exécutif une session extraordinaire pour statuer sur les conditions d’organisation des prochaines o » ...la suite
Près de 3.000 personnes se sont rassemblées à Bangui pour remercier la Russie qui avait envoyé des instructeurs et ainsi aidé l’armée gouverne » ...la suite
Dans un décret signé le 12 février 2021, le président Touadéra convoque le corps électoral pour le deuxième tour, ainsi que pour la reprise du » ...la suite
Les réfugiés centrafricains arrivent en grand nombre au Nord de la RDC, en raison des violences et de l’insécurité survenues dans le contexte de » ...la suite
En cause, des attaques de groupes armés sur la route principale reliant le pays au Cameroun empêchent l’acheminement de l’aide humanitaire et de » ...la suite
Alors que la reprise des combats menace la tenue du second tour des élections législatives, certains députés réclament un renforcement des mesure » ...la suite