Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » GUINEE : Alpha CONDÉ conduit au camp Makombo par les mutins, ce qui s’est réellement passé au palais présidentiel ?
GUINEE : Alpha CONDÉ conduit au camp Makombo par les mutins, ce qui s’est réellement passé au palais présidentiel ?

Lu pour vous

 

Par ISMAEL AIDARA 5 septembre 2021 (Confidentiel Afrique) Mis à jour 5 septembre, 2021 à 14H03

 

Tirs à l’arme lourde ce dimanche matin aux environs du palais présidentiel. Selon des sources sécuritaires parvenues à Confidentiel Afrique, des officiers des forces spéciales avaient pris le palais Sékoutoureya pour cible. Aux dernières nouvelles, le Président Alpha Conde est entre les mains des hommes du colonel Mamadi Doumbouya et serait acheminé vers le QG du camp Makombo. Détails exclusifs

Le Colonel Mamadi Doumbya, un ancien légionnaire de l’armée française est le nouvel homme fort de Conakry.

Selon des informations exclusives obtenues par Confidentiel Afrique, c’est lui qui a pris la tête du peloton des opérations de déposer du pouvoir le Président Alpha Condé (83 ans), a la tête du pays depuis 2010.  Le chef des mutins avait été arrêté depuis un mois et transféré au camp Dubreka. Son arrestation avait fait grincer des dents au sommet de l’armée guinéenne et braquer certains jeunes officiers contre le ministre de La Défense Mamadi Diané et l’entourage immédiat du clan présidentiel. L’affaire n’avait choqué personne au palais de Conakry. 

Selon des informations exclusives parvenues à Confidentiel Afrique, de jeunes officiers qui lui vouent respect et qu’il a formés sont allés le libérer hier soir samedi et ils l’ont mis devant pour nettoyer le reste. Une forte résistance a eu lieu de 11-12 h au camp présidentiel avant que Alpha ne soit lâché par sa garde rapprochée et les tireurs commandos du palais. Les dés sont pipés pour celui qui a dirigé la Guinée avec une main de fer, en embastillant dans classe politique oppositionnelle, sa société civile. L’économie est au trépas et les régies financières de l’État asséchées depuis la réélection du président Alpha Condé, suite au forcing de son troisième mandat, qui a engendré plus d’une cinquante de morts. Alassane Ouattara dès le début de la mutinerie ce matin avait pris l’option d’affréter un hélicoptère sur Conakry pour venir chercher son ami Alpha Conde.

Cette mutinerie intervient quatre jours après le retour du Président Alpha CONDE de ses vacances estivales effectuées sur l’île paradisiaque de la moelle en Italie, un domaine appartenant au milliardaire éthiopien d’origine juive. Confidentiel Afrique avait révélé d’ailleurs ce vendredi dans son édition électronique les destinations favorites de nos Chefs d’État africains durant leurs vacances estivales.

 

 

Guinée-Conakry : les forces spéciales revendiquent l'arrestation du président Alpha Condé

 

Une unité d'élite de l'armée a pris d'assaut le palais présidentiel dimanche matin, où résidait Alpha Condé, 83 ans, président depuis 2010.

 

Vers 8h ce dimanche matin, des tirs nourris d'armes automatiques ont retenti dans le centre de Conakry, aux alentours du palais présidentiel où se trouvait le chef de l'État, Alpha Condé. En début d'après-midi, le meneur de ce qui se révèle être un coup d'État, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, est apparu sur une vidéo circulant sur les réseaux sociaux. Il y affirme détenir le chef de l'État. «Nous avons décidé, après avoir vu le président qui est avec nous, de dissoudre la constitution en vigueur, dissoudre le gouvernement, et la fermeture des frontières terrestres et aériennes», a déclaré le putschiste, justifiant ce revirement politique par «le dysfonctionnement des institutions républicaines», «l'instrumentalisation de la justice» et «le piétinement des droits des citoyens».

Un peu plus tard, les putschistes sont apparus sur la chaîne publique guinéenne RTG, où le leader du coup d'Etat s'est à nouveau exprimé à l'adresse du «peuple vaillant de Guinée». «Nous n'avons plus besoin de violer la Guinée, nous avons juste besoin de lui faire l'amour», a-t-il clamé dans un discours manifestement improvisé.

Après un long silence des autorités guinéennes, le ministère de la Défense a cherché à démentir le coup d'Etat en début d'après-midi, dans un communiqué affirmant que l'attaque des forces spéciales avait été «repoussée»... Une annonce qui tranche avec les images circulant sur les réseaux sociaux, montrant le chef de l'Etat de 83 ans enfoncé dans son canapé, la mine sombre, entouré des soldats d'élite. «On a touché à un seul de vos cheveux ? On vous a brutalisé ?», interroge l'une des forces spéciales, pour obtenir confirmation du président qui, de son côté, reste muet.

Un civil retrouvé mort

Ancien légionnaire de l'armée française, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya est à la tête du Groupement des forces spéciales (GPS), une unité d'élite de l'armée extrêmement entraînée et équipée. Selon le magazine Jeune Afrique, il aurait tenté, ces derniers mois, de renforcer l'indépendance du GPS vis-à-vis du ministère de la Défense, suscitant de facto la méfiance de l'exécutif. En mai, des rumeurs auraient même fait état, à tort, d'une possible arrestation de Mamady Doumbouya à Conakry.

Des habitants joints ont rapporté à l'AFP avoir vu toute la matinée de nombreux soldats intimant aux résidents de rentrer chez eux et de ne pas en sortir. Certains ont également signalé qu'un civil avait été abattu sur la presqu'île de Kaloum, centre de la capitale guinéenne où siègent la présidence, les institutions et les bureaux d'affaires.

Un troisième mandat décrié

A l'issue de leur prise de parole à la télévision nationale, les putschistes ont pourtant été acclamés en passant par les quartiers populaires de Conakry, où les images témoignent de scènes de liesse.

Depuis des mois, ce pays d'Afrique de l'Ouest parmi les plus pauvres du monde malgré des ressources minières et hydrologiques considérables, est en proie à de profondes crises politique et économique. Alpha Condé, 83 ans, a été définitivement proclamé président pour un troisième mandat le 7 novembre, malgré les recours de son principal challenger, Cellou Dalein Diallo, et de trois autres candidats qui dénonçaient des «bourrages d'urnes» et des irrégularités de toutes sortes.

La candidature du chef de l'État à un troisième mandat, après une réforme de la constitution fortement controversée, avait provoqué avant et après l'élection des mois de tensions qui ont causé des dizaines de morts dans un pays coutumier des confrontations politiques sanglantes. L'élection a été précédée et suivie par l'arrestation de dizaines d'opposants.

 

Discours du Colonel Mamady Doumbouya  

 

Chers compatriotes,

 

Le geste que nous posons aujourd’hui n’est pas un coup d’État mais une action inaugurale permettant de créer les conditions d’un État. Plus précisément un État de droit. Car l’histoire politique de notre pays, marquée par des violences, des injustices et inégalités, prouve qu’en Guinée la volonté du plus fort a toujours supplanté le droit, et donc que depuis l’accession à l’indépendance l’esprit #autoritaire a triomphé sur l’esprit du juste et du raisonnable. Et c’est d’ailleurs parce que nous jugeons cette situation profondément anormale et injustifiable que nous avons décidé d’agir, de poser un geste autour duquel nous voulons mobiliser toutes les bonnes #consciences afin de sortir notre pays de la malédiction politique.

 

Chers compatriotes,

 

Notre action n’a rien d’un coup d’État. Il traduit seulement l’aspiration légitime des personnes à vouloir vivre dans un environnement où les besoins humains de base peuvent être satisfaits ; où il est possible à chacun, sans crainte, de jouir de la vie, d’étudier, de se soigner, de travailler humblement sans être soumis aux contraintes de réseaux informels ; où enfin le pouvoir est responsable de sa population. Pour ainsi réconcilier la politique et l’humain.

 

 Notre geste donc n’est rien d’autre que l’expression de notre désir de dignité que certainement vous partagez avec nous.

 

 Or, c’est parce que le respect de notre dignité est bafoué depuis 1958 par une minorité qui confisque le pouvoir et ses avantages économiques que nous avons pris l’initiative, convoqués par le sens du devoir, de créer les conditions d’un nouveau départ politique et social. L’action que nous accomplissons aujourd’hui se veut par ce fait même un premier pas, un moment inaugural.

 

Chers compatriotes,

 

Nous n’avons aucune mission prophétique. Ce n’est pas le peuple de Guinée que nous voulons sauver, mais la Guinée avant tout. Car un peuple ne peut pas être sauvé alors que l’espace dans lequel il vit est un enfer. Il faut éteindre le feu d’abord. C’est ce rôle de pompier que nous avons voulu assumer. Notre pays ne souffre pas d’un manque de ressources humaines, moins encore est-il victime d’une précarité des ressources naturelles. Non : nos maux se nomment manque de courage politique ; tyrannie de l’argent ; extraversion ; absence de #moralité collective. 

 

Ce dont nous manquons et que nous avons manqué, ce sont des hommes capables de traduire politiquement et économiquement cette richesse qu’est la Guinée. 

Notre problème, ce n’est même pas l’absence de démocratie, mais le manque de vision, de valeur politique et sociale. C’est pour mettre fin à cet aveuglement volontaire, qui a rendu #misérable la vie du Guinéen, que nous décidons aujourd’hui d’assumer notre responsabilité. Pour que nous autres guinéens accédions enfin à la lucidité, celle qu’exige justement l’état de droit.

 

Aux partenaires extérieurs de la Guinée, nous ne demandons pas forcément un soutien financier, mais une compréhension de votre part. Avant de brandir l’idée de #restauration de l’État, demandez-vous avant s’il n’a jamais existé un État en Guinée. Avant de brandir des sanctions, cherchez à savoir si la sanction n’a toujours pas été le lot infernal des Guinéens, de Sékou Touré à Alpha Condé. Nous, nous contestons notre condition injuste ; nous jugeons que notre situation politique n’est pas acceptable et est humaine condamnable. Nous espérons de votre part donc un soutien moral.  

Nous invitons tous les responsables de la société civile et les différents partis politiques a une rencontre d’urgence pour que collectivement nous sortions de ce moment inaugural et amorcer la seconde étape, celle d’organiser la société guinéenne sous les principes de l’État de droit. Ce qui inclura essentiellement une réorganisation de l’armée afin de mettre un terme à sa longue et tragique politisation.

 

 Colonel Mamady Doumbouya 

 

 Fait à Conakry le 5 septembre 2021

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Deux décennies après la désintégration de l’URSS, la Russie occupe à nouveau une place significative dans l’échiquier de la géopolitique in » ...la suite
Les participants à un séminaire sous régional sous le thème « L’Union africaine à l’aune de la question du Sahara : Comment passer d’une d » ...la suite
Il y a une méconnaissance de l'histoire des Etats, et certains en profitent pour avancer le principe de l'intangibilité des frontières après la co » ...la suite
La République Centrafricaine a émis des accusations à l’endroit de la France, faisant suite aux déclarations hostiles du ministre hexagonal des » ...la suite
La République Centrafricaine a émis des accusations à l’endroit de la France, faisant suite aux déclarations hostiles du ministre hexagonal des » ...la suite
Amnesty International l’appel “L’armée secrète de Vladimir Poutine”, les observateurs parlent d’un outil géopolitique du Kremlin. Depuis » ...la suite
Bangui revendique la liberté de choisir ses partenaires et la coopération avec la Russie a permis d’atteindre des résultats jusque-là inégalés » ...la suite
A l'heure de la multiplication des fake news et des attaques informationnelles, impossible de gagner la guerre sans pratiquer la cyber-influence et co » ...la suite
L’émissaire de l’ONU en Centrafrique, Mankeur Ndiaye, a mis en garde contre « tout retard ou la non-tenue » des élections locales, lundi 18 oc » ...la suite
Trois mois après la reconduction de l’embargo sur les armes à destination de la République centrafricaine, une mission du Comité de sanctions de » ...la suite