Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Une campagne de désinformation menée contre les instructeurs russes en RCA
 Une campagne de désinformation menée contre les instructeurs russes en RCA

Lu pour vous

 

13 Sep 2021     Afrique Media

 

Les avancées des instructeurs russes dans la formation des forces armées de la RCA ont donné lieu au lancement d'une campagne visant à dénigrer les éléments de la Communauté des Officiers pour la Sécurité Internationale (COSI). Le plus souvent c’est édition en ligne dénommée Corbeau News bloqué en république centrafricaine, médias qui publie toujours les fakes sur les russes. C'est sur le site de cette édition en ligne qu’on peut trouver des titres des articles tels que : « la triste réalité de la présence russe en Centrafrique », « Paoua, un mercenaire russe fait usage de son arme pour braquer des civils au niveau du marché central », « Un bombardement russe fait trois morts dans une localité de la Mambéré-Kadéï », « RCA : pillage des boutiques par les mercenaires russes au village Létélé », etc.

Cette fois-ci, la fausse nouvelle sur l'assassinat de plus de 40 personnes par des instructeurs russes dans la préfecture de Nana-Mambéré semble avoir franchi toutes les limites. Le chef du COSI s'est exprimé sur les fausses informations diffusées :

« Une autre intox est apparue contre les instructeurs russes de la Communauté des Officiers pour la Sécurité Internationale. L'édition française Corbeau News a décidé d'inventer un nouveau crime monstrueux, dans lequel les instructeurs pourraient être impliqués». D’après Alexandre IVANOV, le site Corbeau News a été bloqué en RCA afin de protéger les citoyens de la désinformation, mais quelqu'un continue de soutenir une rédaction de propagande basée en France. « Ses employés ne comprennent rien à ce qui se passe sur le sol centrafricain, car ils n'y sont pas allés depuis longtemps. De plus, ce projet hypocrite continue d’être soutenu par le Facebook américain, qui s'intéresse apparemment aux discours de haine», a-t-il poursuivi.

Le Chef de la COSI explique ces intox par l'impuissance de la France qui continue à perdre son influence sur les pays africains. « D’immenses territoires et de plusieurs millions d'habitants sont en train d'être retirés du système néocolonial, et la France n'y peut rien. La seule chose qu'elle puisse faire, c'est soutenir les faux médias qui continuent à salir tout le monde », a déclaré M. IVANOV dans son communiqué.

Les médias diffusant les fausses nouvelles doivent être poursuivies par la justice. La liberté d’expression ne s’applique pas par le lancement de la campagne de désinformation.

« Nous poursuivrons en justice en France, en République centrafricaine, en Russie et dans tous les autres pays dont les médias répandront de fausses accusations contre les citoyens russes. Nous allons certainement obtenir justice et punir tous ceux qui trompent les gens en répandant des mensonges et en incitant à la haine conformément à la loi ! », a martelé Alexandre IVANOV.

Le porte-parole de la présidence s’est également exprime la position d’Etat centrafricain a l’égard de la diffusion des fakes news en Centrafrique. Le 10 septembre 2021 il a animé une conférence de presse à Bangui. Il était question de discuter des sujets brulants d’actualité, entre autres, les allégations du média en ligne, «Corbeau News Centrafrique», qui brille par la fabrication de fakes news, notamment contre les instructeurs russes en Centrafrique.

«En Centrafrique, et notamment sur les réseaux sociaux, il existe certaines presses qui cherchent à créer la psychose au sein de la population. Ces médias cherchent des voies et moyens à discréditer l’image du pays à l’étranger, alors que les réalités sur le terrain ont toujours démontré le contraire», a reconnu le porte-parole de la présidence Albert Yaloké Mokpème.

D’après le porte-parole, ce gros mensonge monté de toutes pièces a pour le but de ternir l’image des instructeurs russes qui font un travail remarquable sur le terrain et surtout de décrédibiliser le régime Touadéra.

Le porte-parole a rappelé que la reconquête du territoire national des mains des groupes armés a été possible grâce aux soutiens multiformes des alliés russes et rwandais. La République centrafricaine n’a pas seulement cette relation avec la Russie, mais aussi avec d’autres pays tels que le Rwanda, l’Angola et bien d’autres. 

«La participation de la Russie aux cotés des FACA pour les opérations de pacification du pays en un laps de temps est une insulte pour ceux qui veulent toujours maintenir le pays dans le chaos. Ceux-là ne digèrent pas cet échec de la CPC jusqu’aujourd’hui et cherchent à jeter le discrédit sur le régime de Touadéra qui se bat pour libérer le pays de la griffe des forces du mal. La reconquête du territoire national des mains des groupes armés a été possible grâce aux soutiens multiformes des alliés russes et rwandais» a martelé le porte-parole de la présidence Albert Yaloké Mokpème.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Mouvement de grogne des avocats en Centrafrique. Ils ont demandé une audience ce lundi pour remettre un mémorandum au chef de l'État. Depuis le 9 s » ...la suite
Bozoum, chef-lieu de l’Ouham-Pendé située à 387 km de Bangui au Nord-Ouest de la République centrafricaine, accueille un nouveau chantier minier » ...la suite
Le taux de mortalité maternelle en République centrafricaine (RCA) est estimé à environ six décès par jour, a-t-on appris samedi de source offic » ...la suite
Le MLPC alerte sur le sort des populations du nord-ouest du pays, théâtre de violents affrontements entre les forces pro-gouvernementales et le grou » ...la suite
Deux rapports publiés le 15 septembre par le Ghana Center for Democratic Development (Centre pour le développement démocratique au Ghana) et par l » ...la suite
Cinquante détenus et deux agents de la prison de la ville centrafricaine de Bangassou (sud-est) viennent d'achever une formation dans les domaines de » ...la suite
Un film suisse raconte l'engagement de deux leaders religieux contre les violences qui minent leur pays. Rencontre Le 1er mai 2018, des hommes arm » ...la suite
Il n’est plus aussi simple de voyager vers la France pour les officiels centrafricains qui se plaignent de délais plus longs pour l’obtention des » ...la suite
Dans cette ville meurtrie de l’extrême Nord-Est de la Centrafrique, à environ 1067 kilomètres de la capitale Bangui, les activités génératric » ...la suite
En visitant les sites de Borgop et Ngam dans la région de l’Adamaoua hier, le ministre de l’Administration territoriale a évalué les besoins de » ...la suite