Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Nouvelles nationales sur RFI
Nouvelles nationales sur RFI

Les officiels centrafricains peinent à obtenir des visas vers la France

 

https://www.rfi.fr/ 14/09/2021 - 03:56  Avec notre correspondant à Bangui, Carol Valade

Il n’est plus aussi simple de voyager vers la France pour les officiels centrafricains qui se plaignent de délais plus longs pour l’obtention des visas et les formalités bien plus complexes. Officiellement, la procédure est rallongée en raison de la crise sanitaire et les congés d’été, mais pour certains officiels centrafricains il s’agirait plutôt d’une nouvelle étape de la détérioration des relations diplomatiques entre les deux pays.

En juin dernier, cinq députés dont le premier vice-président de l’Assemblée nationale doivent se rendre en mission parlementaire à Bruxelles. Malgré une note de l’ambassade Belge, leurs demandes de visa sont refusées par l’ambassade de France à Bangui. Motif : dépôt tardif du dossier, trois jours seulement avant leur départ. 

Invitée officiellement en Italie, la ministre centrafricaine des Affaires étrangères préfère utiliser son passeport français plutôt que son passeport diplomatique, ses collaborateurs s’ayant vu refuser le sésame pour le même motif.

« Les usages protocolaires sont foulés au pied », s’insurge un officiel. Le visa ne s’obtient plus en 24h pour les hautes personnalités, les sollicitations directes auprès de l’ambassade restent sans réponse, des voyages médicaux auraient été refusées, les visas accordés sont plus courts.

A l’ambassade, si l’option d’une restriction pour les personnalités jugées « hostiles à la France » est régulièrement évoquée, on assure que c’est le « contexte sanitaire qui rallonge les délais ». Même si l’on concède une « vigilance accrue sur certains cas particuliers ».

Paris se plaint de campagnes de désinformation à son égard, de difficultés faites à ses entreprises mais surtout de l’influence croissante en RCA de paramilitaires russes qualifiés de « mercenaires » par les experts des Nations unies.

 

 

En Centrafrique, les premières audiences de la Cour martiale attendues d'ici la fin du mois

https://www.rfi.fr/ 14/09/2021 - 15:46

La Cour martiale est en charge de juger les personnels militaires ou assimilés. C'est une première pour cette nouvelle juridiction, alors que la justice et la lutte contre l'impunité faisaient partie des promesses de campagne du président Touadéra.

Ce seront effectivement les premières audiences pour cette Cour qui a été créée dans le cadre de la réforme judiciaire du 24 mars 2017. Elle est composée d’un magistrat de l'ordre judiciaire professionnel, assisté par quatre assesseurs issus des rangs de l'armée ou de la gendarmerie. Selon le Code pénal, le corpus de peine va jusqu'à la peine capitale, en passant par la prison ou encore les travaux forcés.

Benoît Narcisse Fokpio est commissaire du gouvernement auprès des juridictions militaires de Bangui et il représentera le ministère public lors de ces audiences. Il explique que le parquet général se prépare pour cette première échéance : « Nous allons juger en matière criminelle certains membres des forces armées, de la gendarmerie ou de la police nationale qui ont commis des crimes de sang. Déjà, nous avons une dizaine de dossiers bien ficelés par les juges d’instruction et qui attendent seulement d’être enrôlés très prochainement. »

Pour le commissaire du gouvernement, cette nouvelle juridiction doit permettre de contribuer à la lutte contre l'impunité dans le pays : « La justice est un outil que nous devons utiliser dans le cadre de la discipline, dans le cadre de la pédagogie, dans le cadre aussi de la dissuasion, dans cette catégorie de profession qui est appelée à manipuler les armes sur le terrain, dans des opérations un peu difficiles. Nous sommes dans un État de droit, alors il faudrait que chacun puisse répondre de ses actes dans le cadre des différentes activités, en termes de redevabilité. Quand une infraction est commise, il faut poursuivre les auteurs présumés. »

Par ailleurs, début mai, une commission d'enquête a été mise en place par les autorités pour « faire la lumière sur les présumés crimes graves » et violations des droits de l’homme qu’auraient commis les forces armées centrafricaines et leur allié russe. La Cour martiale attend les conclusions des travaux de la commission pour décider de s'emparer ou non de certains dossiers.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Mouvement de grogne des avocats en Centrafrique. Ils ont demandé une audience ce lundi pour remettre un mémorandum au chef de l'État. Depuis le 9 s » ...la suite
Bozoum, chef-lieu de l’Ouham-Pendé située à 387 km de Bangui au Nord-Ouest de la République centrafricaine, accueille un nouveau chantier minier » ...la suite
Le taux de mortalité maternelle en République centrafricaine (RCA) est estimé à environ six décès par jour, a-t-on appris samedi de source offic » ...la suite
Le MLPC alerte sur le sort des populations du nord-ouest du pays, théâtre de violents affrontements entre les forces pro-gouvernementales et le grou » ...la suite
Deux rapports publiés le 15 septembre par le Ghana Center for Democratic Development (Centre pour le développement démocratique au Ghana) et par l » ...la suite
Cinquante détenus et deux agents de la prison de la ville centrafricaine de Bangassou (sud-est) viennent d'achever une formation dans les domaines de » ...la suite
Un film suisse raconte l'engagement de deux leaders religieux contre les violences qui minent leur pays. Rencontre Le 1er mai 2018, des hommes arm » ...la suite
Dans cette ville meurtrie de l’extrême Nord-Est de la Centrafrique, à environ 1067 kilomètres de la capitale Bangui, les activités génératric » ...la suite
En visitant les sites de Borgop et Ngam dans la région de l’Adamaoua hier, le ministre de l’Administration territoriale a évalué les besoins de » ...la suite
Les avancées des instructeurs russes dans la formation des forces armées de la RCA ont donné lieu au lancement d'une campagne visant à dénigrer l » ...la suite