Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Guinée : La Junte Donne Un Ultimatum de 5 Jours À Condé Pour Signer Sa Démission
Guinée : La Junte Donne Un Ultimatum de 5 Jours À Condé Pour Signer Sa Démission

Lu pour vous

 

Galsen221.com By DIOP Mamadou

Le Comité national du rassemblement et du développement (Cnrd) dirigé par le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, nouvel homme fort de Conakry, a donné un ultimatum de 5 jours au président déchu Alpha Condé, pour signer sa démission.

Nous vous informons que l’ancien Chef de l’État Alpha Condé est pour l’instant en résidence surveillée et privé de moyens de communication avec l’extérieur. Il est accompagné de son cuisinier et de son médecin-traitant Dr Kaba. Alpha Condé refuse de signer sa démission officielle et de se retirer du pouvoir”, lit-on dans une note de la junte guinéenne.

Qui hausse le ton: “Face à cette obstination de l’ancien Président de ne pas reconnaître la légitimité du Cnrd, un délai de cinq jours lui a été accordé.

A défaut, Alpha Condé va devoir répondre à la justice de ses faits de corruption et de répression meurtrière durant ses dix années de règne”.

 

 

Guinée: révélations accablantes sur l’audit du gouvernement de Condé

 

https://www.lavraieinfo.com/ By Nathan Liam 16 septembre 2021

Dans une note rendue publique ce mercredi, le Comité national du rassemblement et du développement (CNRD) dirigé par le Colonel Mamady Doumbouya, actuel homme fort de Conakry, révèle que le début des activités d’audit du gouvernement d’Alpha Condé annonce « des résultats préliminaires gravissimes ».

Au total, le CNRD dit avoir déniché «450 marchés de gré à gré, en dehors de toute procédure légale, et un détournement de près 5 845 milliards de francs guinéens (584 millions de dollars US)». D’après la même source, parmi cet argent qui aurait été détourné, les 1 478 milliards (148 millions de dollars US) le sont au ministère de la Défense, 1 319 milliards (130 millions de dollars US) à la primature, 952 milliards (95 millions de dollars US) au ministère des Finances, 702 milliards (70 millions de dollars US) au ministère des Travaux publics, 647 milliards (65 millions de dollars US) au ministère de la Santé, 521 milliards (52 millions de dollars US) au ministère de l’Education nationale et 226 milliards (23 millions de dollars US) au ministère des Télécommunications.

Par ailleurs, le Colonel Doumbouya informe qu’à compter d’hier mardi 14 septembre 2021, il est interdit certaines pratiques dans la circulation de certains cadres, officiers généraux de l’armée, du haut-commandement de la gendarmerie nationale, de la police, des armées de terre, de l’air et de mer, du corps des conservateurs de la nature et de la protection civile.

Il s’agit notamment de «la réduction de la garde et du dispositif d’escorte à la stricte prescription du statut général et particulier de l’armée (et) l’interdiction des sirènes, excepté des véhicules médicalisés, du président de la République».

https://www.lavraieinfo.com/international/guinee-revelations-accablantes-sur-laudit-du-gouvernement-de-conde/  

 

 

Guinée : organiser la transition et décider du sort d'Alpha Condé, les défis de la junte

 

https://www.francetvinfo.fr/ franceinfo Afrique avec AFP14/09/2021 12:01

 

Un peu plus d'une semaine après le coup d'Etat du 5 septembre, la junte lance des pourparlers sous l'œil attentif de la communauté internationale.

 Quelle est la situation en Guinée depuis le coup d'Etat qui a mis fin au règne d'Alpha Condé ? Des consultations démarrent le 14 septembre 2021 à Conakry la capitale afin de parvenir à "la transition inclusive et apaisée" promise par les putschistes. 

Un putsch globalement bien accueilli par les Guinéens

"On veut que Doumbouya redresse la Guinée, confie un chauffeur guinéen de 35 ans. Sous Condé, on souffrait de tous les côtés." Le coup d'Etat semble susciter beaucoup d'espoir chez les Guinéens même s'il a surpris en dépit des mois de tensions qui l'ont précédé, provoquées par la décision d'Alpha Condé de briguer un troisième mandat en octobre 2020. La répression de la contestation a causé des dizaines de morts civils et des dizaines d'opposants ont été arrêtés avant et après la présidentielle, remportée officiellement par Alpha Condé, malgré la remise en cause de la crédibilité du résultat.

Beaucoup de Guinéens ont ainsi affiché leur soutien à la nouvelle junte militaire, saluant le coup de force, troisième du genre dans l'histoire du pays marquée par les régime autoritaires ou dictatoriaux depuis l'indépendance en 1958. Il n'y a pas que dans la rue que le putsch a été bien accueilli. Deux chefs de l'opposition, Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré, estiment que l'intervention des soldats était le dernier recours possible. "Est-ce que quelqu'un d'autre pouvait le faire si ce n'est les militaires ?", s'interroge Sidya Touré, de retour dans son pays après dix mois d'exil.

Quid de la transition ?

A leur arrivée au pouvoir, les militaires ont dissous le gouvernement et les institutions. Une concertation entre les militaires, les forces politiques et la société civile est lancée pour préparer la transition et la formation d'un gouvernement. L'opposant Cellou Dalein Diallo, empêché de se présenter au dernier scrutin présidentiel, souhaite "des élections libres et transparentes dans un délai raisonnable". A l'instar des Nations unies. Mahamat Saleh Annadif, représentant spécial d'Antonio Guterres pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel, s'est rendu en Guinée à la veille du processus. "Jusque là nous avons dit : 'Nous voulons une durée raisonnable, mais la durée raisonnable dépend des Guinéens eux-mêmes'", a-t-il déclaré. La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a exigé pour sa part "un retour immédiat à l'ordre constitutionnel". 

La communauté internationale attentive à l'état du président déchu

La Cédéao et l'Union africaine ont suspendu la Guinée. La première a dépêché une mission le 10 septembre 2021 et n'a prononcé aucune sanction économique pour l'instant, répondant au souhait des deux principales figures de l'opposition, Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré, qui s'y opposent.

Les Nations unies ont également condamné le putsch et réclamé la libération d'Alpha Condé. Elles ont aussi indiqué "leur intention d'accompagner la Guinée pour sortir de la crise", a rappelé Mahamat Saleh Annadif le 13 septembre 2021. 

Les Nations unies et la Cédéao ont rencontré les différents acteurs politiques guinéens – le chef de la junte, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, des chefs de parti et des diplomates , ainsi qu'Alpha Condé. "Nous nous sommes assurés de sa sécurité et sa santé, il se porte bien", a déclaré Mahamat Saleh Annadif

Même constat pour les représentants de la Cédéao.  A la mission, Alpha Condé a dit "qu'il est toujours président" et "qu'il faut que la Cédéao le rétablisse", a rapporté une source proche de la délégation sous couvert d'anonymat. Le principe d'une libération de l'ancien dirigeant guinéen "est acquis", a affirmé à la fin de la visite la secrétaire générale du ministère des Affaires étrangères, Fanta Cissé, sans qu'apparaisse clairement comment cela pourrait se traduire concrètement. 

Le sort d'Alpha Condé, un casse-tête pour les putchistes

En laissant sortir Alpha Condé, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya prendrait un gros risque, préviennent des acteurs de la crise des mois passés qui prêtent au président déchu de puissantes amitiés, y compris parmi les dirigeants africains, et une fortune considérable, à même d'assouvir sa probable soif de revanche. Les experts du think-tank International Crisis Group (ICG) jugent "tout à fait concevable" un contre-coup d'Etat, tant les forces de sécurité sont "factionnalisées". 

Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré, deux anciens Premiers ministres, mettent aussi en garde contre le risque d'une libération d'Alpha Condé, comme l'exige la Cédéao. Ils croient à une forte capacité de nuisance de l'ancien chef d'Etat. "Connaissant M. Alpha Condé, je ne suis pas sûr qu'il puisse rester tranquille", prédit Cellou Dalein Diallo. 

Qu'ils lui rendent ou non la liberté, il faut aussi aux militaires décider s'ils créent ou non les conditions d'un procès futur. "Oui, M. Alpha Condé doit rendre des comptes à la justice", a confié à l'AFP Foniké Menguè, alias Oumar Sylla, une figure de la contestation contre le troisième mandat d'Alpha  Condé, libéré avec plusieurs dizaines d'autres par la junte deux jours après le coup d'Etat, et sorti sérieusement malade de plusieurs mois de détention.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Deux décennies après la désintégration de l’URSS, la Russie occupe à nouveau une place significative dans l’échiquier de la géopolitique in » ...la suite
Les participants à un séminaire sous régional sous le thème « L’Union africaine à l’aune de la question du Sahara : Comment passer d’une d » ...la suite
Il y a une méconnaissance de l'histoire des Etats, et certains en profitent pour avancer le principe de l'intangibilité des frontières après la co » ...la suite
La République Centrafricaine a émis des accusations à l’endroit de la France, faisant suite aux déclarations hostiles du ministre hexagonal des » ...la suite
La République Centrafricaine a émis des accusations à l’endroit de la France, faisant suite aux déclarations hostiles du ministre hexagonal des » ...la suite
Amnesty International l’appel “L’armée secrète de Vladimir Poutine”, les observateurs parlent d’un outil géopolitique du Kremlin. Depuis » ...la suite
Bangui revendique la liberté de choisir ses partenaires et la coopération avec la Russie a permis d’atteindre des résultats jusque-là inégalés » ...la suite
A l'heure de la multiplication des fake news et des attaques informationnelles, impossible de gagner la guerre sans pratiquer la cyber-influence et co » ...la suite
L’émissaire de l’ONU en Centrafrique, Mankeur Ndiaye, a mis en garde contre « tout retard ou la non-tenue » des élections locales, lundi 18 oc » ...la suite
Trois mois après la reconduction de l’embargo sur les armes à destination de la République centrafricaine, une mission du Comité de sanctions de » ...la suite