Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Droit de l'Homme » Centrafrique: Human Right Watch salue l’arrestation d’Eugène Ngaïkoisset
Centrafrique: Human Right Watch salue l’arrestation d’Eugène Ngaïkoisset

 

 

https://www.radiondekeluka.org/ jeudi 16 septembre 2021 17:10

 

Près de deux semaines après l’arrestation du capitaine Eugène Ngaïkoisset, l’Organisation de défense des droits de l’Homme Human Right Watch se félicite de l’action. Si cette capture marque un pas important vers la justice, l’ONG se dit préoccupée de la réparation qui doit aussi apaiser le cœur des victimes.

Ancien garde-rapproché de l'ancien président François Bozizé, Eugène Ngaïkoisset a été arrêté par les autorités centrafricaines, le 04 septembre 2021 au village Liton à 22 kilomètres de Bangui sur la route de Damara. Cité dans un rapport de Human Right Watch en 2008 pour de graves violations de droits humains en 2005, cette arrestation, selon les organisations des droits de l'Homme, marque le début d’une réponse judiciaire aux récurrentes crises que connait la République centrafricaine. Position exprimée à Bangui, le 15 septembre 2021par l’organisation.

"Décidément la justice est en marche. Pour nous, c'est une très bonne chose. Nous soutenons le système judiciaire centrafricain mais il faut être réaliste car le système était complètement détruit en 2013. J'ai vu comment ils ont détruit les archives voire les parquets. Donc, nous devons avoir le soutien de la CPS pour avancer sur de grands dossiers comme celui là. Voir des juges et procureurs centrafricains à côté des juges internationaux ici à Bangui, pour nous c'est une très bonne chose" s’est réjoui Lewis Mudge, directeur-Afrique de Human Right Watch.

Pour l’organisation des droits humains, il y a des attentes vis-à-vis de ces dossiers. Notamment, la question de réparation qui est très importante et qui doit être liée à la justice ; quelles que soient les juridictions.

"Parmi ces aspects, il y a des gens qui ont perdu des parents, des biens voire leurs maisons à cause des crimes commis par les hommes d’Eugène Ngaïkoisset ou par lui-même. Cette question de réparation est très importante et elle est liée à la justice. Ce sera quelque chose que, soit le système judiciaire centrafricain, soit la Cour pénale spéciale doit s'y intéresser" conclu le directeur-Afrique de Human Right Watch.

Surnommé « Boucher de Paoua » par Human Right Watch, Eugène Ngaïkoisset est accusé pour son rôle dans les opérations de répression suite à un soulèvement populaire dans le Nord-ouest de la République centrafricaine après l’élection de François Bozizé à la tête du pays en 2005. Selon l’organisation, Eugène Ngaïkoisset dirigeait l’une des unités impliquées dans cette répression où ses soldats avaient ouvert le feu sur des foules, pillé et incendié des milliers d’habitations voire rasé des villages entiers. Quelques jours après cette interpellation, la Cour pénale spéciale (CPS) s’est saisie du dossier.

Ce chapitre intervient après l’arrestation et le transfèrement devant la Cour pénale internationale, en janvier dernier, de Mahamat Saïd Abdel Kani, un ex-leader de la coalition Séléka. 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
La Cour pénale spéciale (CPS) en République centrafricaine a mis en examen l’ex-capitaine Eugène Ngaïkosset, surnommé le « Boucher de Paoua » ...la suite
Un important ancien chef d'une des milices qui s'affrontaient au plus fort de la guerre civile en Centrafrique a été inculpé vendredi 10 septembre » ...la suite
La Cour pénale spéciale pour la Centrafrique a été créée en 2015 pour juger les crimes de guerre et contre l’humanité commis en Centrafrique » ...la suite
À La Haye, les audiences dans l'affaire centrafricaine Alfred Yekatom Rhombot/Patrice Edouard Ngaïssona ont repris ce lundi 30 août après avoir é » ...la suite
A peine désigné procureur de la Cour pénale internationale, Karim Khan se saisit de la plainte déposée contre le gouvernement tchadien pour “cr » ...la suite
Ce mercredi 16 juin, Fatou Bensouda quitte ses fonctions, après avoir occupé pendant 17 ans les deux positions les plus élevées du bureau du procu » ...la suite
Il s’agit d’un pas important vers la justice pour les victimes de crimes commis dans le cadre du conflit depuis 2012 Le procès de deux dirigea » ...la suite
Le procès de deux ex-dirigeants « anti-balaka » qui s’ouvrira le 9 février à la Cour pénale internationale (CPI) sera le premier à être tenu » ...la suite
Arrêté en Centrafrique le 20 janvier, Mahamat Saïd a été transféré hier soir au siège de la Cour pénale internationale, à La Haye. Le parcou » ...la suite
Il s’appelle Mahamat Said Abdel Kani. C’est un ancien chef rebelle de l’ex-Séléka, du nom de cette milice à majorité musulmane qui, avec sa » ...la suite