Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Deux rapports d'ONG dénoncent les «kleptocraties» en Afrique
Deux rapports d'ONG dénoncent les «kleptocraties» en Afrique

 

https://www.rfi.fr/ 18/09/2021 - 00:20

Deux rapports publiés le 15 septembre par le Ghana Center for Democratic Development (Centre pour le développement démocratique au Ghana) et par l’organisation Democracy in Africa (Démocratie en Afrique) montrent comment les dits « kleptocrates » sapent les institutions démocratiques dans le seul but de s’enrichir au détriment des populations.

Les deux rapports forment ensemble un pavé de plus de 300 pages. Les auteurs s’appuient sur l’analyse d’exemples dans neuf pays, de l’Ouganda, en passant par le Zimbabwe et jusqu’au Mozambique considéré comme le pire élève de l'échantillon.

Des systèmes pour accaparer les pouvoirs ou les biens

Mais même les États les plus démocratiques, comme le Ghana, n’échappent pas aux pratiques kleptocrates : financement occulte des partis, clientélisme, achat de voix, les outils pour saper la démocratie connaissent un essor de plus en plus inquiétant. Les auteurs affirment qu'en Afrique du Sud une richissime famille d’hommes d’affaires indiens a pillé les caisses de l'État avec la complicité de l’ex-président Jacob Zuma

Les rapports démontrent que le phénomène de kleptocratie « capture toutes les institutions démocratiques » : l’exécutif, le Parlement et la justice. Au Ghana, ce sont des élites du secteur privé qui détournent le processus électoral. Au Zimbabwe, les militaires dirigent dans l’ombre tandis qu'au Bénin, il s’agit d’hommes d’affaires, à l’image du président Patrice Talon, qui masquent leurs intérêts privés derrière ceux du public.

Selon les rapports, les kleptocrates sont le plus souvent des personnes non élues et très protégées par l’État. Des systèmes souvent hérités de l’ère coloniale, et qui pour les auteurs, mettront des années à se déconstruire tant que la corruption existera.

L’accaparement de la démocratie au Kenya se caractérise par la manipulation du processus électoral et des institutions qui sont censées garantir la recevabilité. Ce sont des institutions judiciaires, du parlement, de la gestion des élections et de l’audit du gouvernement. Dans ce contexte, les élections n’ont aucun sens, car elles ne permettent pas de rendre des comptes à la population.

Migai Akech, professeur à l'École de droit de Nairobi, revient sur l'exemple du Kenya

Christina Okello

 

CAPTURE DE LA DEMOCRATIE & L'OMBRE D’ETAT EN AFRIQUE  

 

https://democracyinafrica.org/ Par La démocratie en Afrique 14 septembre 2021

 

À l'occasion de la Journée mondiale de la démocratie, le 15 septembre 2021, le Centre pour le développement démocratique et la démocratie en Afrique unira ses forces pour publier deux rapports majeurs sur la capture de systèmes politiques prétendument démocratiques par des réseaux occultes qui travaillent dans leur propre intérêt plutôt que celui du public. . Sur la base de nouveaux entretiens, de la collecte de données et de la cartographie du réseau, une équipe de dix chercheurs peut désormais révéler pour la première fois dans quelle mesure les développements politiques et économiques sont façonnés par des forces non élues et souvent antidémocratiques.

Ensemble, les rapports démontrent que dans de nombreux pays africains, mais pas tous, certaines des décisions politiques et économiques les plus importantes ne sont pas prises par des individus responsables devant les citoyens, mais par des réseaux composés de l'exécutif, de responsables politiques, de la famille du président, de juges, hommes d'affaires, hauts fonctionnaires, chefs militaires, financiers internationaux, etc. Dans un certain nombre de cas, ces réseaux traversent les frontières nationales, soit par des liens étroits avec des entreprises multinationales, soit par l'intégration dans des réseaux criminels organisés transnationaux, de sorte que des ressources importantes sont retirées du pays.

Pour télécharger le rapport sur la capture de la démocratie au Bénin, au Ghana, au Kenya, au Mozambique et au Nigeria, cliquez ici.

Pour télécharger le rapport sur The Shadow State en République démocratique du Congo, en Ouganda, en Zambie et au Zimbabwe, cliquez ici.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Lancement du rapport sur la corruption, le clientélisme, la criminalité et la subversion de la démocratie en Afrique

À l'occasion de la Journée mondiale de la démocratie, le 15 septembre 2021, le Ghana Center for Democratic Development (CDD-Ghana) et Democracy in Africa (DIA) publieront deux grands rapports sur la capture de systèmes politiques prétendument démocratiques par des réseaux privés qui travaillent dans leur propre intérêt. , plutôt que celle du public.

Le lancement aura lieu le mercredi 15 septembre 2021 à 14h00 GMT sur Zoom et sera diffusé en direct sur Facebook et YouTube.

À l'aide de preuves provenant de nouveaux entretiens, de la collecte de données et de la cartographie du réseau, une équipe de 10 chercheurs indiquera dans quelle mesure les décisions politiques et économiques dans les démocraties africaines sont façonnées par des individus ou des groupes qui ne sont souvent pas élus et qui s'efforcent de renverser les institutions formelles de l'État. pour faire avancer leurs propres intérêts et agendas. Ensemble, les rapports démontrent que dans de nombreux pays africains, mais pas dans tous, certaines des décisions politiques et économiques les plus importantes ne sont pas prises par des individus responsables devant les citoyens, mais par des réseaux comprenant des initiés de l'exécutif, des responsables politiques, la famille du président, des juges , hommes d'affaires, hauts fonctionnaires, chefs militaires et financiers internationaux, entre autres. Dans un certain nombre de cas, ces réseaux traversent les frontières nationales, soit par des liens étroits avec des entreprises internationales, soit par l'intégration dans des réseaux criminels organisés transnationaux, de sorte que des ressources importantes sont retirées du pays.

Les rapports montrent également que l'étendue de la capture de la démocratie varie considérablement. Il est relativement plus faible ou moins prononcé dans des pays comme le Ghana, avec une expérience de multiples transferts de pouvoir par le biais d'élections compétitives, et beaucoup plus élevé dans des États comme le Zimbabwe où le gouvernement n'a jamais changé de mains. La forme que prennent les réseaux varie également énormément et il n'y a pas deux états fantômes identiques :

  • En Ouganda, l'État fantôme est dirigé par un axe de la famille du président Museveni et de « l'aristocratie militaire » du pays, ainsi que par un certain nombre d'interlocuteurs du monde des affaires.
  • Au Bénin, les choses sont très différentes, car le président Patrice Talon a exploité la faiblesse du système juridique, du pouvoir judiciaire et du pouvoir législatif pour transformer l'une des démocraties les plus dynamiques du continent en un quasi-État à parti unique.
  • En RDC, les alliances militaires internationales autour de l'ancien président Joseph Kabila ont joué un rôle essentiel dans la création d'un État fantôme intimement lié aux réseaux de contrebande transnationaux.
  • En Zambie, les forces de sécurité ont été moins pertinentes et au lieu de cela, la capture de la démocratie a été conduite par le lien entre les politiciens civils, les représentants du gouvernement et les hommes d'affaires privés.
  • Au Zimbabwe, l'importance de l'armée s'est accrue depuis le début des années 2000, pénétrant de plus en plus de domaines de l'État et de l'économie, soulevant des questions quant à savoir si le président Emmerson Mnangagwa ou les chefs de l'armée détiennent réellement le pouvoir.

Comprendre comment la démocratie est capturée est essentiel car cela aide à expliquer le manque de progrès dans de nombreux pays vers la consolidation démocratique, à quel point les gouvernements peu performants sont capables de rester au pouvoir, pourquoi les programmes de développement ne parviennent souvent pas à répondre aux besoins des citoyens ordinaires, et pourquoi le l'écart entre les « nantis » et les « démunis » continue de croître.

Les principales idées et conclusions comprennent :

  • La façon dont les « juges milliardaires » au Nigeria font fortune en acceptant des pots-de-vin pour disculper les dirigeants politiques et les organisations criminelles, facilitant la corruption et créant une culture d'impunité qui sape à la fois la responsabilité démocratique et l'état de droit.
  • Comment les responsables de la sécurité, les directeurs de banque, les agents électoraux, les juges et les journalistes s'entendent avec les membres du parti au pouvoir pour empêcher les partis d'opposition de faire campagne efficacement lors des élections dans des pays comme le Mozambique, l'Ouganda et le Zimbabwe, empêchant ainsi un transfert de pouvoir.
  • La façon dont la police et l'armée en RDC ont installé des postes de commandement près du puits minier nouvellement productif, non pas pour protéger les travailleurs mais plutôt pour émettre des « taxes » officieuses, de sorte que certains exploitants miniers doivent payer 40 redevances régulières – dont seulement 9 sont prélèvements officiels du gouvernement national.
  • Comment des entreprises liées au parti au pouvoir et à l'armée au Zimbabwe ont utilisé leurs relations pour créer artificiellement une pénurie de carburant qui leur a permis de gonfler leurs prix au détriment des automobilistes, créant des défis majeurs pour les entreprises et les citoyens ordinaires.
  • La façon dont des présidents tels que Yoweri Museveni de l'Ouganda accordent des exonérations fiscales à leurs alliés commerciaux en échange de contributions financières à leur campagne électorale « la caisse de guerre », refusant au Trésor des centaines de millions de dollars de revenus et réduisant les fonds disponibles pour la santé et éducation.
  • Comment la capture partielle de la démocratie au Ghana a contribué à l'émergence d'une classe distincte de Ghanéens super privilégiés, qui sont devenus riches en partie en raison de leur accès privilégié à l'État, y compris les politiciens des partis au pouvoir et de l'opposition et leurs copains dans les affaires secteur et la direction des agences bureaucratiques et parapubliques de l'État.

Selon le professeur H. Kwasi Prempeh, directeur exécutif du CDD-Ghana, « Plutôt qu'un gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple, la démocratie en Afrique, y compris la légitimité qu'elle confère aux gouvernements, semble être capturée pour servir d'autres intérêts. que celui du peuple, laissant ainsi de nombreuses personnes remettre en question de plus en plus la pertinence de la démocratie. L'avenir de la démocratie en Afrique dépend de notre capacité à inverser cette image.

Pour sa part, Nic Cheeseman, professeur de démocratie à l'Université de Birmingham a déclaré : « la croissance des États fantômes – de puissants réseaux d'individus non élus qui utilisent leur accès au gouvernement pour poursuivre leurs propres intérêts aux dépens du public – représente le défi politique le plus important auquel sont confrontés les pays africains aujourd'hui, et est à l'origine du recul démocratique que nous avons vu dans de nombreux États au cours des dix dernières années ».

John Githongo, un militant anti-corruption kenyan réputé, était également d'avis que « ces rapports représentent l'analyse la plus complète et la plus perspicace de la manière dont la démocratie, l'économie et la subversion en Afrique sont disponibles à ce jour. Ils révèlent que les États fantômes et la capture de la démocratie sont les causes profondes de la corruption, des inégalités et de l'échec du développement.

Les pays couverts par ce projet sont le Bénin, la République démocratique du Congo, le Ghana, le Kenya, le Mozambique, le Nigeria, l'Ouganda, la Zambie et le Zimbabwe.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Au moins 250 réfugiés centrafricains, regroupés en 75 ménages, ont regagné leur pays d’origine ce vendredi 22 octobre 2021 après huit années » ...la suite
Plusieurs dizaines de familles campent depuis le début de l’année sur le site de Lazard dans le village Niakari, situé à environ 20 Km de Bangas » ...la suite
Plusieurs mois après le lancement du vaccin contre la Covid_19 dans certaines villes de province de la RCA, les populations n’ont pas reçu tous le » ...la suite
Du 15 au 21 Octobre 2021, Madame Annie Michelle MOUANGA, la ministre Centrafricaine en charge du Travail, de l'Emploi, de la Protection Sociale et de » ...la suite
Sur les 444.8 millions de dollars pour une réponse humanitaire en 2021, au moins presque la moitié a été mobilisée par le bureau Nations-Unies p » ...la suite
Dans le village natal de François Bozizé, les habitants dénoncent une campagne punitive menée par des mercenaires russes, alliés du gouvernement. » ...la suite
Les cours ont repris ce 18 octobre en République centrafricaine. Cette rentrée académique est intervenue après celle de l’administration la sema » ...la suite
Le secrétaire général des Nations unies, par la voie de son porte-parole, a salué ce samedi 16 octobre la décision du président Faustin-Archange » ...la suite
Le Président de la République Faustin Archange Touadera a honoré de sa présence la cérémonie de la Journée Mondiale de l’Alimentation ce sam » ...la suite
Près de deux semaines après la tuerie de civils non loin de Bambari, le Conseil national de la jeunesse (CNJ) interpelle le Premier ministre. La ren » ...la suite