Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Annonces & Divers » Les châteaux de l'empereur Bokassa, sa première entourloupe
Les châteaux de l'empereur Bokassa, sa première entourloupe

Lu pour vous

 

https://www.ledauphine.com/ Par Le Dauphiné Libéré - Aujourd'hui à 10:12 | mis à jour aujourd'hui à 10:20 

 

L'homme d'affaires décédé dimanche avait fait parler de lui pour la première fois lors du rachat de sept châteaux et hôtels français appartenant à l'ancien dirigeant centrafricain Jean-Bedel Bokassa. Une vente au rabais négociée de façon audacieuse par Bernard Tapie, qui lui avait valu une première condamnation.

C’est la première des frasques de Bernard Tapie. À 36 ans, alors qu’il est encore méconnu du public, l’homme d’affaires, décédé dimanche 3 octobre, s’illustre par une drôle d’entourloupe. En 1979, il réussit à convaincre Jean-Bedel Bokassa, autoproclamé «empereur à vie» de Centrafrique mais détrôné quelques semaines plus tôt, de lui vendre sept châteaux et hôtels situés en France à prix bradés.

Les sept châteaux et hôtels de Bokassa

Le château d'Hardricourt et un domaine à Mezy (Yvelines) ; un domaine à Neuvy-sur-Barangeon (Cher) ; le domaine de la Cotencière à Selles-Saint-Denis (Loir-et-Cher) ; une partie de la propriété de Villemorant et une maison à Neung-sur-Beuvron (Loir-et-Cher) ; une propriété du quartier de Saint-Antoine à Nice (Alpes-Maritimes).

Spécialisé dans le rachat des entreprises en dépôt de bilan, Bernard Tapie fait ainsi croire à l’ancien chef d’État que le fisc français s’apprête à saisir ses propriétés immobilières. Il s’appuie pour cela sur un sondage dans lequel une majorité de Français se serait déclarée en faveur d’une confiscation. «Il dit qu’il est mandaté par l’Élysée, qu’une loi va être votée», complète Jean-Barthélémy Bokassa, le petit-fils de l’«empereur» au micro de BFM TV.  

Également connu dans l’Hexagone pour avoir offert des diamants à Valéry Giscard d’Estaing, Bokassa tombe dans le panneau et s’empresse de céder ses biens, à prix réduits. «ll faut être très culotté, grince son petit-fils. Aller voir quelqu’un qui est à terre pour essayer de le piéger de cette façon-là, je trouve ça un peu facile. C’est affligeant.»

10% de la valeur réelle

C’est ainsi que le futur ministre de la Ville rachète l’ensemble des résidences pour seulement 12,5 millions de francs, soit moins de deux millions d’euros. Un prix estimé à 10% de la valeur réelle des biens. L’affaire fait la Une du New York Times lorsque Tapie se mue en mécène en annonçant mettre le lot aux enchères au profit du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef). 

Un dessein réfléchi en amont de la transaction et qui aurait été soumis au président ivoirien Félix Houphouët-Boigny. «Vous vous discréditez aux yeux des Français en abritant Bokassa, et plus encore en tolérant - alors que vous le nourrissez - qu'il garde ses biens en France, lui aurait ainsi lancé Bernard Tapie. Je propose de les racheter pour faire cadeau de leur contre-valeur à l'Unicef.» L’opération philanthropique est finalement annulée lorsque Bokassa saisit le subterfuge et traîne l’affaire devant le tribunal d’Abidjan.

Le 10 décembre 1981, le tribunal civil de Paris rend la peine prononcée en Côte-d’Ivoire exécutoire en France : Bernard Tapie doit rendre les propriétés et est condamné à verser 100 000 francs (38 000 euros) de dommages et intérêts à Jean-Bedel Bokassa.

Ce que le New York Times disait de Bernard Tapie le 27 octobre 1979

- "L'histoire de M. Tapie, qu'il a racontée lors d'une interview à la Galleria, un luxueux immeuble d'habitation du centre de Manhattan, est un récit d'aventure avec tous les éléments d'un thriller. Il interrompt fréquemment sa narration en français pour se plaindre de l'inefficacité des politiciens français face à M. Bokassa, qui, selon les groupes de défense des droits de l'homme, a participé au massacre d'une grande partie de son peuple, y compris des enfants".

- "M. Tapie a insisté sur le fait qu'il n'était pas un militant politique et qu'il était désenchanté par la politique des partis en France. Mais il n'a pas nié que ses actions audacieuses impliquant M. Bokassa pourraient servir à le lancer dans une carrière politique et a admis que s'il obtenait une notoriété politique en conséquence, cela "ne ferait pas de mal".

- M. Tapie a parlé avec plaisir de son exploit, donnant l'impression qu'il était sûr de pouvoir mener à bien cette opération complexe. Il a déclaré que ses entreprises employaient 2 000 personnes et rapportaient 150 millions de dollars par an".

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
La demande a été déposée en urgence lundi pour ce médicament appelé molnupiravir, facile à administrer et complémentaire des vaccins. Un no » ...la suite
Edifié au XIXe siècle en Sologne, un temps convoité par Bernard Tapie, il a été entièrement rénové et décoré par un architecte d’intérieu » ...la suite
L’ONU et les partenaires internationaux de la République centrafricaine saluent la mesure prise par le Président Faustin Archange Touadera, le 15 » ...la suite
Le G5+, un groupe d'Etats et d'institutions internationales partenaires de la République centrafricaine se félicite de la déclaration du Président » ...la suite
Pour échapper à la Caf et au bracelet électronique, une habitante de Mantes-la-Jolie (Yvelines) s'est autoproclamée diplomate de la République ce » ...la suite
Le documentaire de Fabrice Gardel et Mathieu Weschler rappelle le scandale que provoqua, en 1921, l’attribution du prestigieux prix littéraire à » ...la suite
Le château de Saint-Hubert à Neuvy-sur-Barangeon dans le Cher, également appelé le château du Grand Chavanon est en vente. Il est connu pour avoi » ...la suite
En mission à la Cour Pénale Internationale à La Haye, le ministre d'état à la justice Arnaud Djoubaye Abazène a eu ce mercredi 13 octobre 2021 u » ...la suite
Ça y est, ils ont trouvé. L’an dernier, le CHUV touchait un financement européen de 5 millions pour identifier des anticorps capables de «bloque » ...la suite
Un homme d’affaires congolais – proche du président Denis Sassou-Nguesso – a été interpellé en France et placé en garde à vue. Il s’agit » ...la suite