Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » L’association nationale des chefs traditionnels peuls de Centrafrique condamne les tueries de Bambari
L’association nationale des chefs traditionnels peuls de Centrafrique condamne les tueries de Bambari

L’association nationale des chefs traditionnels peuls de Centrafrique condamne avec la dernière rigueur toutes les tueries et les massacre des populations innocentes de Centrafrique.

La recherche du pouvoir, la recherche des compromis ou la démonstration des rapports des forces ne peuvent en aucun cas justifier les sacrifices des vies humaines et les morts enregistrés dans le pays ce dernier temps en République Centrafricaine. 

Le Dialogue demandé avec insistance et accepté par le président de la République Centrafricaine reste et demeure l’un des cadres à privilégier pour porter les revendications légitimes des Centrafricains, qu’elles viennent de l’opposition démocratique ou des groupes armés. 

La mort des Centrafricains innocents ne sauraient justifier aucune revendication légitime. 

Les Chefs Traditionnels peuls de Centrafrique s’indignent et s’inclinent devant les corps des victimes innocentes dont les vies ont été irréversiblement ôtées par les ennemis de la paix et les opposants au retour de la paix et de la sécurité, par la voie du DIALOGUE RÉPUBLICAIN déjà en cours d’organisation. 

Les Chefs Traditionnels peuls de Centrafrique demandent au gouvernement et aux partenaires de la République Centrafricaine de mettre fin à cette spirale de violence qui atteint des limites infranchissables d’ampleur inhumaine observées aujourd’hui.

Pour cela des actions urgentes et vigoureuses doivent être menées par le gouvernement et la communauté internationale pour débarrasser la République Centrafricaine des tous les groupes criminels et terroristes qui empêchent le peuple Centrafricain à vivre ensemble en paix. 

Pour cela les auteurs de tous les actes criminels identifiés par la commission d’enquête spéciale ainsi que les autres initiatives internationales et qui ont rendu leurs conclusions, doivent être recherchés, Arrêtés et mis à la disposition des juridictions compétentes. Le cas échéant les neutraliser systématiquement. 

Le peuple centrafricain veut des actions concrètes et immédiates.

C’est la revendication légitime des Chefs traditionnels peuls de Centrafrique.

Fait à Bangui le 07 Octobre 2021. 

Pour les Chefs traditionnels.

 

Lamido Issa bi Amadou.

Copies:

A qui de droit.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Au moins 250 réfugiés centrafricains, regroupés en 75 ménages, ont regagné leur pays d’origine ce vendredi 22 octobre 2021 après huit années » ...la suite
Plusieurs dizaines de familles campent depuis le début de l’année sur le site de Lazard dans le village Niakari, situé à environ 20 Km de Bangas » ...la suite
Plusieurs mois après le lancement du vaccin contre la Covid_19 dans certaines villes de province de la RCA, les populations n’ont pas reçu tous le » ...la suite
Du 15 au 21 Octobre 2021, Madame Annie Michelle MOUANGA, la ministre Centrafricaine en charge du Travail, de l'Emploi, de la Protection Sociale et de » ...la suite
Sur les 444.8 millions de dollars pour une réponse humanitaire en 2021, au moins presque la moitié a été mobilisée par le bureau Nations-Unies p » ...la suite
Dans le village natal de François Bozizé, les habitants dénoncent une campagne punitive menée par des mercenaires russes, alliés du gouvernement. » ...la suite
Les cours ont repris ce 18 octobre en République centrafricaine. Cette rentrée académique est intervenue après celle de l’administration la sema » ...la suite
Le secrétaire général des Nations unies, par la voie de son porte-parole, a salué ce samedi 16 octobre la décision du président Faustin-Archange » ...la suite
Le Président de la République Faustin Archange Touadera a honoré de sa présence la cérémonie de la Journée Mondiale de l’Alimentation ce sam » ...la suite
Près de deux semaines après la tuerie de civils non loin de Bambari, le Conseil national de la jeunesse (CNJ) interpelle le Premier ministre. La ren » ...la suite