Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Centrafrique : une meurtrière attaque d'un groupe rebelle accroît la psychose près de Bambari
Centrafrique : une meurtrière attaque d'un groupe rebelle accroît la psychose près de Bambari

Lu pour vous

 

https://observers.france24.com/ 08/10/2021 - 18:53

Plusieurs images publiées sur les réseaux sociaux montrent les dégâts matériels et humains d'une attaque d'un groupe rebelle perpétrée le 5 octobre sur la route qui mène à Bambari et qui a fait au moins 38 morts. Cette grande ville du centre du pays est la cible d’attaques récurrentes des rebelles de la Coalition des Patriotes au Changement (CPC), qui veulent en prendre à nouveau le contrôle. 

Des camions calcinés et une dizaine de corps qui jonchent le sol. Mardi 5 octobre des rebelles présumés de la Coalition des Patriotes au changement (CPC) ont attaqué en fin de matinée un convoi de trois camions qui transportaient des marchandises et des personnes de la ville Bambari, l’une des plus importantes villes du pays, dans la préfecture de Ouaka à 380 km de Bangui. Il se dirigeait vers Alindao, une ville agricole.

"Les rebelles du CPC se cachent dans la forêt pour attaquer les populations"

Le bilan est lourd. Au moins 38 personnes sont mortes selon les autorités locales et la Croix-Rouge. Contacté par la rédaction des Observateurs de France 24, Jean (pseudonyme) un humanitaire centrafricain qui intervient dans la zone et s’est entretenu avec un rescapé raconte. Son prénom a été changé pour des raisons de sécurité.

Le convoi de camions transportait aussi des passagers. Du fait de l’insécurité et du mauvais état de la route, il y a de moins en moins de transports. Les voyageurs profitent donc des convois de poids-lourds pour se rendre à Bambari ou la quitter.

La route qui relie Bambari à Alindao est très dangereuse et traverse la forêt dense de Ouaka. Les rebelles du CPC s’y cachent pour attaquer les populations. Ils font du kidnapping, du braquage ou du racket. Le plus souvent, après leur forfait, ils laissent les camions repartir, mais mardi ça a été le drame.

Au moment où les rebelles interceptaient les camions et forçaient les passagers à descendre au niveau du village Matshika, un pick-up dans lequel se trouvait un soldat des Forces armées centrafricaines (Faca) venait dans le sens inverse. Il a ouvert le feu. Et les rebelles ont riposté pensant que des soldats étaient cachés dans les camions. Une trentaine de personnes sont mortes. Vingt-deux corps ont été transportés au Centre hospitalier de Bambari et une dizaine de personnes ont été envoyées à la mosquée pour des inhumations selon les rites musulmans.

Au plus fort de la crise centrafricaine en 2014, Bambari était une ville contrôlée par les rebelles de l'Unité pour la paix en Centrafrique (UPC), un groupe issu de la coalition Séléka à majorité musulmane. Ils ont depuis perdu leurs positions stratégiques grâce aux différentes offensives menées par la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (Minusca) et les Faca. Regroupés aujourd’hui avec d’autres mouvements armés au sein du CPC dirigé par l’ex-président François Bozizé, les rebelles multiplient les incursions dans le but de reconquérir la ville de Bambari. 

"Je ne comprends pas pourquoi les camions n’ont pas été escortés mardi"

Contacté par RFI, l’UPC a affirmé ne pas être responsable de l’attaque, assurant ne pas s’en prendre aux civils. Jeudi 7 octobre, une nouvelle attaque attribuée aux rebelles du CPC contre des positionnements des Forces armées centrafricaines dans la ville de Ngakobo, toujours dans la préfecture de Ouaka, a fait trois morts.

Ces attaques, malgré le couvre-feu instauré depuis le 1er octobre dans la préfecture de Ouaka, inquiètent notre Observateur, qui alerte sur l’insécurité alimentaire des populations. 

Habituellement, les transporteurs de marchandises sollicitent les Casques bleus de la Minusca pour les escorter sur l’axe Alindao- Bambari. Je ne comprends pas pourquoi les camions n’ont pas été escortés mardi. Actuellement à cause de la recrudescence de ces attaques et de l’insécurité, les gens ont très peur et ont du mal à vaquer à leurs occupations. Ils ne peuvent pas aller au champ. Une grave crise alimentaire les menace donc et il faut une réponse humanitaire urgente.

Victor Bissekoin, le préfet de Ouaka, n’a pas donné suite à nos sollicitations. 

Depuis 2013 et le renversement du chef de l’État François Bozizé, la Centrafrique est en proie à des conflits armés entre groupes rebelles et l’armée. Malgré un accord de paix signé en 2019 à Khartoum et qui entérine le processus de paix entamé en 2012, l’État ne contrôle qu’un tiers du territoire national. 

 

 

Centrafrique/massacre de Bambari : un deuil national de trois jours décrété

Nadia Chahed   |08.10.2021

-Le dernier bilan du massacre perpétré mardi s'élève à 35 morts, selon les autorités locales

 Le président centrafricain Faustin Touadéra a décrété un deuil national de trois jours après le massacre perpétré mardi dans le nord-ouest du pays faisant 35 morts parmi les civils.

Ce deuil prend effet à compter de jeudi sur toute l'étendue du territoire, a précisé la présidence.

Joint par Anadolu, le préfet de la Ouaka où le massacre a été perpétré, Victor Bissekoin, a déclaré que le dernier bilan de la tuerie attribuée aux rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), s'élève, désormais, à 35 morts.

Un précédent bilan fourni mercredi par l'ONG Médecins sans frontières faisait état de 15 morts et 7 blessés.

Mardi 5 octobre vers 13 heures (heure locale), un camion transportant des personnes et des marchandises a été attaqué par des rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) au village Matchika, situé à 20 kilomètres de Bambari sur l’axe Alindao dans la préfecture de la Ouaka.

Une semaine avant la présidentielle du 27 décembre 2020, six des plus puissants groupes armés qui se partageaient alors la majeure partie du territoire centrafricain se sont alliés au sein de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) et ont lancé une offensive pour empêcher la réélection de Touadéra.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Au moins 250 réfugiés centrafricains, regroupés en 75 ménages, ont regagné leur pays d’origine ce vendredi 22 octobre 2021 après huit années » ...la suite
Plusieurs dizaines de familles campent depuis le début de l’année sur le site de Lazard dans le village Niakari, situé à environ 20 Km de Bangas » ...la suite
Plusieurs mois après le lancement du vaccin contre la Covid_19 dans certaines villes de province de la RCA, les populations n’ont pas reçu tous le » ...la suite
Du 15 au 21 Octobre 2021, Madame Annie Michelle MOUANGA, la ministre Centrafricaine en charge du Travail, de l'Emploi, de la Protection Sociale et de » ...la suite
Sur les 444.8 millions de dollars pour une réponse humanitaire en 2021, au moins presque la moitié a été mobilisée par le bureau Nations-Unies p » ...la suite
Dans le village natal de François Bozizé, les habitants dénoncent une campagne punitive menée par des mercenaires russes, alliés du gouvernement. » ...la suite
Les cours ont repris ce 18 octobre en République centrafricaine. Cette rentrée académique est intervenue après celle de l’administration la sema » ...la suite
Le secrétaire général des Nations unies, par la voie de son porte-parole, a salué ce samedi 16 octobre la décision du président Faustin-Archange » ...la suite
Le Président de la République Faustin Archange Touadera a honoré de sa présence la cérémonie de la Journée Mondiale de l’Alimentation ce sam » ...la suite
Près de deux semaines après la tuerie de civils non loin de Bambari, le Conseil national de la jeunesse (CNJ) interpelle le Premier ministre. La ren » ...la suite