Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » En Centrafrique, le cessez-le-feu du Président Touadéra pourra-t-il ramener la paix?
En Centrafrique, le cessez-le-feu du Président Touadéra pourra-t-il ramener la paix?

Lu pour vous

 

https://fr.sputniknews.com/ 21:47 18.10.2021 (Mis à jour: 10:29 19.10.2021)

Le Président Faustin-Archange Touadéra a annoncé un "cessez-le-feu unilatéral immédiat" et "la fin des opérations militaires et de toute action armée sur l’ensemble du territoire" de la Centrafrique. Un engagement pris pour dit-il privilégier la voie du dialogue afin de "donner une chance à la paix". Pour quelle efficacité?

Le "cessez-le-feu unilatéral" décrété par Faustin-Archange Touadéra, Président de la République centrafricaine (RCA), a-t-il une chance de ramener la paix dans ce pays déchiqueté par un interminable conflit? 

"Il faut juste espérer que cette main tendue sera vue et perçue comme sincère par les groupes armés pour œuvrer collectivement au retour de la paix. Cela peut constituer une chance pour une résolution globale de la crise au moment où se prépare le énième dialogue national sans la participation des groupes armés", explique à Sputnik Kag Sanoussi, président de l’Institut international de gestion des conflits dont le siège se trouve à Lille.

En effet, dans une allocution à la radio nationale, le Président centrafricain a décrété, vendredi 15 octobre, un "cessez-le-feu unilatéral" de son armée et ses alliés dans leur guerre contre les rebelles.

"Je viens vous annoncer ce soir la fin des opérations militaires sur l’ensemble du territoire national, à compter de ce jour à minuit", a déclaré le Président Touadéra.

Quid des groupes rebelles?

Cet engagement a été pris par le gouvernement centrafricain lors de l’adoption de la feuille de route de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs, le 16 septembre à Luanda, la capitale angolaise, afin de "donner une chance à la paix", a rappelé le chef de l’État.

"Les principaux leaders de la CPC [Coalition des patriotes pour le changement, regroupant six groupes rebelles, ndlr], à l’exception de Nourredine Adam et Ali Darassa, respectivement leaders du FPRC [Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique, ndlr] et de l’UPC [Union pour la paix en Centrafrique, ndlr], ont signé l’engagement de cesser toute action armée sur le territoire national", a-t-il souligné.

Si par le passé plusieurs accords de cessez-le-feu et de paix ont été violés par les groupes rebelles, Kag Sanoussi espère que le gouvernement va "réussir à ramener à la table des négociations les groupes comme l’UPC et le FPRC".

"La confiance a disparu entre les acteurs en RCA, mais pas l’espoir. Aussi infime soit-il aujourd’hui, il faut s’attendre à ce que les groupes rebelles jouent vraiment le jeu. Tout au moins, le fait de rendre statiques leurs positions actuelles, de ne plus entraver la vie quotidienne des populations, peut être considéré déjà comme un premier succès. Mais il y a aussi le risque que les groupes profitent de cette accalmie pour renforcer leur position et peser lors des négociations ", prévient le spécialiste des conflits.

"Une étape critique"

Cependant, Faustin-Archange Touadéra a précisé que cette décision n’empêche ni les forces de sécurité intérieure de maintenir l’ordre, ni l’armée de répondre en cas de légitime défense, ni la mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA) d’exercer son mandat. Dans un communiqué signé le 16 octobre, Antonio Guterres, secrétaire général des Nations unies, a salué la déclaration de ce cessez-le-feu unilatéral en RCA. La décrivant comme une "étape critique" dans cette crise, le secrétaire général de l’Onu appelle toutes les autres parties "à respecter immédiatement ce cessez-le-feu et à renouveler les efforts pour faire avancer la mise en œuvre de l'accord politique de 2019 pour la paix et la réconciliation". Il a en outre appelé les parties à s'engager "de manière constructive dans un dialogue politique inclusif". 

D’ailleurs, l’organisation d’un dialogue national est l’un des points clés inscrits dans le programme de Touadéra après sa réélection il y a 10 mois, mais qui tarde à voir le jour. Pour le Président centrafricain, ce cessez-le-feu traduit néanmoins sa "ferme volonté de privilégier la voie du dialogue et non celle des armes, dans le règlement de la crise qui secoue" la RCADécryptant cette avancée, Kag Sanoussi souligne que "seul le dialogue est capable de désarmer les cœurs et de réconcilier les différents protagonistes".

"Ce choix n’est pas celui d’une capitulation ni de la faiblesse face aux groupes armés qui ne connaissent aucun embargo, mais un acte responsable, une énième tentative pour accéder à la paix par des solutions par la négociation", explique le spécialiste des conflits.

Depuis 2013, la Centrafrique est le théâtre d’affrontements entre groupes armés qui commettent d’innombrables exactions. Le 6 février 2019, les protagonistes de la crise ont signé un nouvel accord pour le retour à une vie normale. Plus de deux ans après, les violations du huitième accord de paix sont encore nombreuses sur le terrain. Si le Président Touadéra a réussi grâce au soutien des instructeurs militaires russes et des soldats rwandais à repousser les assauts des rebelles loin de Bangui, de nombreuses attaques furtives sont encore enregistrées dans l’arrière-pays, malgré la présence des Casques bleus de la MINUSCA.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
En Centrafrique, les réactions se succèdent après la libération du ministre Hassan Bouba, arrêté la semaine dernière et inculpé pour crimes de » ...la suite
Depuis plusieurs semaines, les relations entre l'ONU et les autorités sont glaciales. Les tirs de la garde présidentielle sur un contingent égyptie » ...la suite
Quand, en novembre 2017, la Russie demanda au Conseil de sécurité des Nations unies l’autorisation de livrer des armes à Bangui afin d’équiper » ...la suite
Il y a quelques jours, la Cour Pénale Spéciale (CPS), interpellait Sieur Bouba Hassan, bras droit en dissidence du chef rebelle Ali Darassa. Ce » ...la suite
Alors que les négociations de paix se poursuivent en Centrafrique, les services de renseignements angolais et soudanais ont proposé au gouvernement » ...la suite
Le Tchad a annoncé officiellement la présence à N’Djamena de François Bozizé en compagnie d'autres chefs rebelles. Alors que l’ancien Présid » ...la suite
Le Conseil de sécurité de l'ONU renouvelle ce vendredi le mandat de la Minusca. Les discussions entamées dès le mois d'octobre se sont déroulées » ...la suite
Dans un pays au bord du chaos, le mandat de la mission de l’ONU est empoisonné par de fortes tensions avec le gouvernement de Bangui et ses partena » ...la suite
Hubert Coudurier, directeur de l’information du Télégramme, livre son point de vue sur les mouvements de diplomates au Quai d’Orsay, initiés pa » ...la suite
La question d'une plus grande participation du Burundi aux missions de paix de l'ONU a été au cœur de la visite de travail de deux jours de Jean-Pi » ...la suite