Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Centrafrique: difficiles conditions de vie des déplacés de Niakari à Bangassou
Centrafrique: difficiles conditions de vie des déplacés de Niakari à Bangassou

Centrafrique: difficile conditions de vie des déplacés de Niakari à Bangassou

 

https://www.radiondekeluka.org/ jeudi 21 octobre 2021 15:52

 

Plusieurs dizaines de familles campent depuis le début de l’année sur le site de Lazard dans le village Niakari, situé à environ 20 Km de Bangassou. Ces hommes, femmes et enfants ont fui leurs villages à cause des hostilités déclenchées par les rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC). Cependant depuis leur installation dans ce camp de fortune, ces personnes manquent de tout.

 Bordant la paroisse Sainte-Croix de Niakari, le site de Lazard est encore appelé "sanctuaire de pénitence". Il accueille plus d’une centaine de déplacés. Un seul forage dessert le village, le site ainsi que ses environs. Pour avoir accès aux services de santé, il faut parcourir plus de 20 kilomètres jusqu’à Bangassou.

En plus de ces besoins qui doivent être satisfaits par des services publics, se nourrir est un défi quotidien pour ces ménages. Sur l’unique site de déplacés que compte ce village, règne la précarité. Pour la plupart venue de Bakouma, ces familles déplacées éprouvent beaucoup de difficultés, car ils affirment avoir tout perdu durant leur fuite.

Un quotidien difficile conforté par la malnutrition

"Je viens de la ville d’Alindao. Les assaillants ont brûlé ma maison, raison pour laquelle j’ai trouvé refuge ici. Je n’exerce aucune activité et je ne peux pas me permettre de louer une maison. J’habite sous cette paillote et je n’ai pas de moyen pour prendre ma famille en charge" témoigne Marc, un des déplacés

La situation humanitaire est de plus en plus déplorable sur ce camp de fortune. A part les fruits saisonniers et quelques légumes, il n’a rien d’autres à manger. Ce qui pousse certains déplacés à quitter le site pour prendre une maison. Mais là encore, le calvaire s’amplifie.

"J’ai quitté le site pour louer une maison. Chaque mois, je dois payer 1.000 FCFA. Là, je suis en face de mon bailleur. Malheureusement, je n’ai pas d’argent. Je dois débroussailler les champs des autres pour survivre. Si je ne trouve pas ces petits boulots, je reste comme ça. Souvent, on se nourrit avec des gombos et quelques fruits" déplore Bernardine, une déplacée du site de Lazard.

De jour en jour, certaines familles perdent leurs proches. Les corps sont enterrés à la hâte, non loin du site. Cette situation humanitaire est décriée par les déplacés qui appellent le gouvernement et les partenaires à l’aide.

La grande partie des occupants du site de Lazard vient des localités de Kémbé, Niakari, Bakouma ou encore Dimbi. Ils ne peuvent pas retourner chez eux pour le moment à cause de l’insécurité. 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Quelque 33 personnes, dont deux soldats, ont été tuées, lundi 29 novembre, dans une attaque simultanée attribuée aux rebelles des 3R contre deux » ...la suite
« On a commencé avec 18 MW. Aujourd’hui, avec le dédoublement de la capacité de Boali II, on est passé à 28,5 MW. Nous continuons à travaille » ...la suite
Le ministre de l’Elevage Hassan Bouba, ancien haut cadre du groupe rebelle UPC, a été arrêté ce vendredi 19 novembre à Bangui en fin de matiné » ...la suite
En Centrafrique, la région de Mbata est principalement une zone forestière, dans laquelle plusieurs milliers de personnes vivent surtout de l'agricu » ...la suite
24 heures après leur écœurement, les étudiants retenus pour des formations supérieures au Maroc ne décolèrent pas. La tension est encore mont » ...la suite
Au moins 250 réfugiés centrafricains, regroupés en 75 ménages, ont regagné leur pays d’origine ce vendredi 22 octobre 2021 après huit années » ...la suite
Plusieurs mois après le lancement du vaccin contre la Covid_19 dans certaines villes de province de la RCA, les populations n’ont pas reçu tous le » ...la suite
Du 15 au 21 Octobre 2021, Madame Annie Michelle MOUANGA, la ministre Centrafricaine en charge du Travail, de l'Emploi, de la Protection Sociale et de » ...la suite
Sur les 444.8 millions de dollars pour une réponse humanitaire en 2021, au moins presque la moitié a été mobilisée par le bureau Nations-Unies p » ...la suite
Dans le village natal de François Bozizé, les habitants dénoncent une campagne punitive menée par des mercenaires russes, alliés du gouvernement. » ...la suite