Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Martin Ziguélé, ancien Premier ministre de Centrafrique: "le Sahara était, reste et demeurera marocain"
Martin Ziguélé, ancien Premier ministre de Centrafrique:

Lu pour vous

 

https://m.le360.ma/ Par Anouar Afajdar-MAP le 24/10/2021 à 16h37 (mise à jour le 24/10/2021 à 16h47)

Il y a une méconnaissance de l'histoire des Etats, et certains en profitent pour avancer le principe de l'intangibilité des frontières après la colonisation, dans le dessein de faire du "parallélisme facile" et du "sophisme", a souligné l'ancien Premier ministre centrafricain Martin Ziguélé, lors d’un séminaire organisé vendredi dernier à Kinshasa.

Martin Ziguélé a expliqué que "la réalité est autre: le Sahara était, reste et demeurera marocain" et "le Royaume [est] un Etat souverain qui jouit de sa pleine intégrité territoriale même avant cette colonisation".

 "Lorsque vous avez une connaissance précise de l'histoire du Sahara marocain, vous vous rendez compte qu'il s'agit d'un conflit inutile et superfétatoire", a expliqué Martin Ziguélé dans une déclaration à la MAP, dans le contexte d'un séminaire organisé vendredi dernier, 22 octobre 2021, par le Cabinet d'affaires publiques BM Partners à Kinshasa, sous le thème générique de "l'Union africaine à l'aune de la question du Sahara: comment passer d'une dynamique d'échec à une solution définitive servant l'unité africaine". Pour l'ancien Premier ministre centrafricain, "ce différend ne devrait pas exister" et ne permet pas aux Africains d'avancer.

 Martin Ziguélé a aussi rappelé que feu Sa Majesté Mohammed V était à la base de la création d'une "Unité africaine", et a souligné la nécessité que la jeunesse d'aujourd'hui et de demain en soit parfaitement consciente.

L'ancien responsable centrafricain a fait valoir l'argument selon lequel l'expulsion de la pseudo-"rasd", compte tenu de la convergence de cette décision avec la nécessité de réengager l'Union africaine (UA) dans ce soutien actif, crédible et impartial à l'ONU, ne devait pas être considéré comme un objectif tabou ou inatteignable. Cet argument devrait plutôt s’inscrire dans une dynamique où prévalent réalisme et pragmatisme pour mettre fin aux divisions superflues. "On ne peut pas à la fois aller vers la construction de l'Afrique et en même temps disséquer les Etats", a-t-il très simplement expliqué.

 Martin Ziguélé a aussi tenu à saluer les actions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, qui a choisi de s'intéresser à l'Afrique "au moment où tout le monde disait que le Continent était perdu", et a expliqué qu'au-delà des mots et des discours, ce qui a retenu l'attention de tous les pays africains, c'est le caractère concret de la coopération entre le Maroc et ses frères du continent, dans tous les domaines.

 S'agissant des perspectives de coopération Sud-Sud, l'ancien Premier ministre centrafricain a appelé les pays à échanger davantage avec le Maroc, pour maintes raisons, dont sa richesse en matière de ressources humaines, et a étayé ses propos par des souvenirs de son premier stage professionnel, effectué dans le Royaume.-

Ce séminaire, qui a pris la forme d’une discussion ouverte, a réuni une soixantaine de participants et une trentaine d’intervenants de cinq pays de la sous-région: l'Angola, le Cameroun, le Gabon, la RDC et la Zambie.

 Parmi les intervenants figuraient des personnalités politiques, des experts et universitaires, des économistes et représentants du secteur privé, des membres de think tanks et d’éminents membres de la société civile, qui ont mené un exercice intellectuel stimulant, construit sur une approche inédite, celle du pragmatisme, de la sérénité, de la scientificité et de la recherche de solutions concrètes à un différend régional qui continue de miner la stabilité, la paix et la sécurité de l’Afrique, ainsi que son intégration économique, sous-régionale et continentale.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
En Centrafrique, les réactions se succèdent après la libération du ministre Hassan Bouba, arrêté la semaine dernière et inculpé pour crimes de » ...la suite
Depuis plusieurs semaines, les relations entre l'ONU et les autorités sont glaciales. Les tirs de la garde présidentielle sur un contingent égyptie » ...la suite
Quand, en novembre 2017, la Russie demanda au Conseil de sécurité des Nations unies l’autorisation de livrer des armes à Bangui afin d’équiper » ...la suite
Il y a quelques jours, la Cour Pénale Spéciale (CPS), interpellait Sieur Bouba Hassan, bras droit en dissidence du chef rebelle Ali Darassa. Ce » ...la suite
Alors que les négociations de paix se poursuivent en Centrafrique, les services de renseignements angolais et soudanais ont proposé au gouvernement » ...la suite
Le Tchad a annoncé officiellement la présence à N’Djamena de François Bozizé en compagnie d'autres chefs rebelles. Alors que l’ancien Présid » ...la suite
Le Conseil de sécurité de l'ONU renouvelle ce vendredi le mandat de la Minusca. Les discussions entamées dès le mois d'octobre se sont déroulées » ...la suite
Dans un pays au bord du chaos, le mandat de la mission de l’ONU est empoisonné par de fortes tensions avec le gouvernement de Bangui et ses partena » ...la suite
Hubert Coudurier, directeur de l’information du Télégramme, livre son point de vue sur les mouvements de diplomates au Quai d’Orsay, initiés pa » ...la suite
La question d'une plus grande participation du Burundi aux missions de paix de l'ONU a été au cœur de la visite de travail de deux jours de Jean-Pi » ...la suite