Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Centrafrique: le groupe Wagner accusé d’intimidation, d’abus sexuel et de harcèlement
Centrafrique: le groupe Wagner accusé d’intimidation, d’abus sexuel et de harcèlement

Lu pour vous

 

http://abidjantv.net/ 10 28 2021

 

Les « instructeurs russes » du groupe Wagner présents en Centrafrique sont accusés par l’ONU de harcèlement violent et d’intimidation de civils, y compris des soldats de la paix, des journalistes, des travailleurs humanitaires et des minorités dans le pays, rapporte APO Group.

« Nous sommes extrêmement préoccupés par l’intimidation et les récents rapports de harcèlement violent par des sous-traitants militaires et de sécurité privés contre des individus et des communautés », ont déclaré des experts de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies. Selon le Rapport des experts, les éléments russes travaillent en étroite collaboration avec l’armée centrafricaine (FACA) et la police, et participent à l’arrestation et à la détention d’individus.

Cela signifie que les victimes n’ont souvent pas accès à la justice. Ils n’osent tout simplement pas déposer de plaintes officielles, donc l’impunité pour les abus continue pour tous les auteurs, les FACA ainsi que les officiers militaires et de sécurité travaillant pour le groupe Wagner, a indiqué le rapport des experts. Plus tôt ce mois-ci, une commission spéciale d’enquête mise en place par le gouvernement centrafricain pour faire la lumière sur la violence dans le pays a déterminé que des violations des droits humains et du droit international humanitaire avaient été commises, y compris par des « instructeurs russes », rapporte APO Group.

Selon le même média, les experts de l’ONU ont également exprimé leurs inquiétudes plus tôt cette année que de nombreuses forces, y compris le groupe Wagner, commettent des violations systémiques et graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire, notamment des détentions arbitraires, des tortures, des disparitions et des exécutions sommaires, un schéma qui se poursuit sans relâche et impunité.

Dans leur rapport, les experts onusiens ont également souligné que des informations leur sont parvenues faisant état de ce que des agents du groupe Wagner auraient commis des viols et des violences sexuelles contre des femmes, des hommes et des jeunes filles dans de nombreuses régions du pays. On ne sait pas combien de personnes ont été victimes de violences sexuelles, car les survivants sont terrifiés à l’idée de porter leur cas devant la justice par crainte de représailles, indique le rapport.

« Se voir refuser l’accès à la justice et aux recours est un signe de l’impunité qui règne dans le pays », ont déclaré les experts. Ils appellent « le gouvernement centrafricain à mettre fin à toutes les relations avec le personnel militaire et de sécurité privé, en particulier le groupe Wagner ».

« Nous exhortons les autorités à se conformer à leurs obligations en vertu du droit international de tenir pour responsables tous les auteurs de violations graves et d’abus des droits de l’homme et du droit international humanitaire commis sur leur territoire. Ils doivent garantir un accès sans entrave à la justice et à des réparations à toutes les victimes de violations, y compris les abus commis par le personnel militaire et de sécurité privé russe », souligne l’ONU.

Melv Le Sage

 

 

En Centrafrique, des membres du groupe Russe Wagner accusés de viols

 

Des experts des Nations Unies font état d'intimidations contre des Civils

https://toulouse7.com/ par Toulouse7.com 28 octobre 2021

 

Des civils, des membres du personnel de maintien de la paix, des journalistes, des travailleurs humanitaires et des membres de minorités en République centrafricaine (RCA), ont été violemment harcelés et intimidés par les « instructeurs russes » du Groupe Wagner, ont déclaré aujourd’hui des experts de l’ONU.

« Nous sommes extrêmement préoccupés par les actes d’intimidation et les récentes informations faisant état de harcèlement violent commis par le personnel militaire et de sécurité privé à l’encontre d’individus et de communautés », ont dit ces experts dans un communiqué de presse conjoint.

Les instructeurs russes opérant en tant que personnel militaire et de sécurité privé travaillent en étroite collaboration avec les forces armées (FACA) et la police centrafricaine, et procèdent à l’arrestation et à la détention de personnes. Cela signifie que les victimes n’ont souvent aucun accès à la justice. Elles n’osent tout simplement pas déposer de plaintes officielles, ainsi l’impunité pour les abus persiste pour tous les auteurs – les FACA ainsi que les agents militaires et de sécurité travaillant pour le groupe Wagner.

Au début du mois, une commission spéciale d’enquête mise en place par le gouvernement centrafricain pour faire la lumière sur les violences dans le pays a déterminé que des violations des droits de l’homme et du droit humanitaire international avaient été commises, notamment par des « instructeurs russes ».

Les experts de l’ONU ont également dénoncé, au début de l’année, le fait que de nombreuses forces, y compris le Groupe Wagner, commettent des violations systématiques et graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire, notamment des détentions arbitraires, des actes de torture, des disparitions forcées et des exécutions sommaires, un phénomène qui se poursuit sans relâche et en toute impunité.

Viols et violences sexuelles

Les experts ont également reçu des informations selon lesquelles des membres du Groupe Wagner auraient commis des viols et des violences sexuelles à l’encontre de femmes, d’hommes et de jeunes filles dans de nombreuses régions du pays. On ne sait pas exactement combien de personnes ont été victimes de violences sexuelles car les survivants sont terrifiés à l’idée de saisir la justice par crainte de représailles.

 

 

CENTRAFRIQUE-RUSSIE: LA RUSSIE DONNE UNE LEÇON À CERTAINS MEMBRES DE L'ONU

 

le 27 octobre 2021 

Les instructeurs russes en République centrafricaine (RCA) ne participent pas directement aux combats. Mme Anna Evstigneeva, représentante permanente adjointe de la Fédération de Russie auprès de l'ONU, a répondu aux accusations pertinentes lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU (CS), rapporte TASS. 

Elle a précisé que 2 127 instructeurs russes travaillent en RCA à la demande de ses autorités et avec la connaissance du comité spécialisé des sanctions du Conseil de sécurité - ils augmentent le niveau de formation professionnelle des responsables de la sécurité locale, contribuant ainsi à stabilisation à l'amélioration de la situation dans le pays, RCA.

Evstigneeva a souligné que Moscou est prête à étudier attentivement les données sur les infractions présumées de ses instructeurs en RCA, si elles sont remises par les autorités du pays. « Toute violation possible du droit international et des droits de l'homme doit faire l'objet d'une enquête par les autorités nationales. Nous avons établi avec eux un dialogue étroit et mutuellement respectueux », a-t-elle conclu.

Le nombre des instructeurs russes s'élèvent à 2127 voire répartis sur des grandes bases militaires. 

Une formation des FACA qui devait durer jusqu'à l'année prochaine. Selon le gouvernement les instructeurs russes se retirant dès que l'embargo sur les armes prendra fin. Et dès que les Faca auront toutes leurs capacités à défendre le territoire centrafricain.

 

Alindao: 6 éléments de la CPC viennent de se rendre à  la Gendarmerie avec armes et munitions. Ils affirment  qu'ils seront bientôt  rejoints par nombreux de leurs frères d'armes qui ont décidé de se désolidariser de Bozize et des criminels qui les manipulent pour stopper  le développement de notre pays.

Maurice Sebiro sur Facebook

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
En Centrafrique, les réactions se succèdent après la libération du ministre Hassan Bouba, arrêté la semaine dernière et inculpé pour crimes de » ...la suite
Depuis plusieurs semaines, les relations entre l'ONU et les autorités sont glaciales. Les tirs de la garde présidentielle sur un contingent égyptie » ...la suite
Quand, en novembre 2017, la Russie demanda au Conseil de sécurité des Nations unies l’autorisation de livrer des armes à Bangui afin d’équiper » ...la suite
Il y a quelques jours, la Cour Pénale Spéciale (CPS), interpellait Sieur Bouba Hassan, bras droit en dissidence du chef rebelle Ali Darassa. Ce » ...la suite
Alors que les négociations de paix se poursuivent en Centrafrique, les services de renseignements angolais et soudanais ont proposé au gouvernement » ...la suite
Le Tchad a annoncé officiellement la présence à N’Djamena de François Bozizé en compagnie d'autres chefs rebelles. Alors que l’ancien Présid » ...la suite
Le Conseil de sécurité de l'ONU renouvelle ce vendredi le mandat de la Minusca. Les discussions entamées dès le mois d'octobre se sont déroulées » ...la suite
Dans un pays au bord du chaos, le mandat de la mission de l’ONU est empoisonné par de fortes tensions avec le gouvernement de Bangui et ses partena » ...la suite
Hubert Coudurier, directeur de l’information du Télégramme, livre son point de vue sur les mouvements de diplomates au Quai d’Orsay, initiés pa » ...la suite
La question d'une plus grande participation du Burundi aux missions de paix de l'ONU a été au cœur de la visite de travail de deux jours de Jean-Pi » ...la suite