Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Centrafrique : nouveau carnage attribué à des hommes armés des 3R
Centrafrique : nouveau carnage attribué à des hommes armés des 3R

Nouvelle attaque en Centrafrique attribuée au groupe armé 3R

 

https://www.rfi.fr/ 01/12/2021 - 14:17

Quelque 33 personnes, dont deux soldats, ont été tuées, lundi 29 novembre, dans une attaque simultanée attribuée aux rebelles des 3R contre deux villages du nord-ouest du pays, dans la préfecture de l’Ouham-Pendé, en Centrafrique.

C’est le plus lourd bilan depuis l'instauration par le président Faustin Archange Touadéra mi-octobre d'un cessez-le-feu. Les 3R sont pointés du doigt pour de nombreuses exactions qu’ils continuent de commettre dans cette région. La Minusca accuse ce groupe armé d’avoir tué 12 civils quelques jours plutôt. Concernant cette attaque, les autorités locales parlent de représailles à la suite de la saisie d’un véhicule de communication des rebelles dans cette région proche de la frontière camerounaise, et située à quelque 500 km au nord-ouest de Bangui.

Ce véhicule de communication a été retrouvé dans la brousse dimanche et a directement été acheminé dans la localité de Kaïta, selon le sous-préfet de Bocaranga, Esaïe Gbanin. Les habitants de ce village ont alors fait part de leurs inquiétudes aux autorités.

Ces craintes vont se vérifier dès le lendemain car des centaines de rebelles armés ont attaqué simultanément lundi la localité de Boy-ngou, qui abrite depuis deux mois une importante base militaire des FACA, et Kaïta, où se trouve un petit détachement de soldats.

Les habitants ont fui vers le Cameroun

Selon les témoignages recueillis par le responsable administratif, les rebelles ont lancé leur attaque surprise à partir de 4h00 du matin. Une partie a fixé les soldats centrafricains alors que d’autres s’en sont pris aux civils. Les assaillants se sont finalement repliés dans la brousse aux environs de 10h du matin en laissant derrière eux les corps de 29 civils massacrés à Kaïta, ainsi que 2 autres civils et deux soldats tués à Boy-ngou, toujours selon le préfet.

Depuis, Kaïta, qui se prépare à devenir le chef-lieu de la commune de Lacrenon, s’est vidée de ses plus de 8 000 habitants et Boy-ngou, de son millier de résidents. Tous ont trouvé refuge au Cameroun voisin, notamment dans la localité de Yamba. « Pour le moment, ils ne veulent pas regagner leurs villages d’origine par crainte de nouvelles représailles de la part des 3R », a expliqué Esaïe Gbanin.

 

 

Centrafrique : nouveau carnage attribué à des hommes armés

 

https://www.afrik.com/ Par Abubakr Diallo 1 décembre 2021

 

Plusieurs dizaines de civils et des militaires ont été tués en Centrafrique au cours d’attaques perpétrées par des hommes armés, dans le Nord-Ouest de ce pays d’Afrique Centrale.

C’est un nouveau drame en Centrafrique où environ trente civils et deux militaires ont perdu la vie suite à des attaques menées par des groupes armés, dans le Nord-Ouest. Selon des informations communiquées, ce mercredi 1er décembre, par les autorités locales, le drame est intervenu dans la nuit de dimanche à lundi.

« Des combattants rebelles du groupe 3R (Retour, Réclamation, Réhabilitation) ont simultanément perpétré des attaques contre l’armée et des civils dans les villages de Kaïta et Bayengou situés dans la sous-préfecture de Bocaranga », a indiqué à Anadolu Dieudonné Youngaïna, préfet de l’Ouham-Pendé, dont la localité a été la cible des groupes armés.

Les attaques, qui ont duré plusieurs heures, ont eu lieu à proximité de la frontière avec le Cameroun, au Nord-Ouest de la Centrafrique. Elles ont coûté la vie à « une trentaine de civils et deux éléments des FACA » et « poussé plusieurs Centrafricains à fuir les villages de Kaïta et Bayengou pour se réfugier au Cameroun », ont confié les autorités centrafricaines.

Dans la nuit du mercredi 17 et jeudi 18 novembre dernier, ces mêmes rebelles du Mouvement 3R avaient mené une attaque contre des véhicules des FACA (Forces armées centrafricaines), à travers une embuscade tendue à environ 450 km de Bangui. L’attaque avait coûté la vie à sept militaires centrafricains.

 

1 commentaire

M
Une tragédie sans fin...

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Les habitants de Mingala dans la Basse-Kotto, situé à 640 kilomètres de Bangui, décrient l’absence des forces de l’ordre dans la ville pour as » ...la suite
L'Armée de résistance du Seigneur est l'un des groupes armés les plus violents en Afrique. Une partie du groupe vient de demander à déposer les a » ...la suite
L’institution en charge des élections en République centrafricaine se prépare pour la tenue des consultations municipales. Prévues pour le 11 se » ...la suite
Le 18 janvier 1979 plusieurs élèves et étudiants étaient massacrés sous le régime de l’Empereur Jean Bedel Bokassa. 43 ans après cette répre » ...la suite
Les évêques de Centrafrique ont attiré l'attention du gouvernement sur les profondes mutations qui dramatisent la situation du pays, lors de la con » ...la suite
Le ministre rwandais des Affaires étrangères et la secrétaire d'État aux relations étrangères de l'Angola, chargés du suivi de la feuille de ro » ...la suite
Repoussés hors des couloirs de transhumance, les Peuls empruntent d’autres routes et empiètent parfois avec leurs bêtes sur les champs des agricu » ...la suite
Autrefois considérée comme le grenier de l'agriculture centrafricaine, la ville de Paoua reprend son souffle. Malgré l'insécurité qui continue de » ...la suite
Les casques bleus de la MINUSCA poursuivent les patrouilles robustes dans la localité de Kouango (sud de la République centrafricaine) où le calme » ...la suite
« On a commencé avec 18 MW. Aujourd’hui, avec le dédoublement de la capacité de Boali II, on est passé à 28,5 MW. Nous continuons à travaille » ...la suite