Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Les États-Unis annoncent 5 millions de dollars de récompense pour Joseph KONY
Les États-Unis annoncent 5 millions de dollars de récompense pour Joseph KONY

Les États-Unis annoncent 5 millions de dollars de récompense pour Joseph KONY

 

Le gouvernement américain annonce une récompense de 5 millions de dollars pour toute information menant à l’arrestation de Joseph KONY.  

Kony est le chef de l’Armée de résistance du Seigneur et est recherché pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre.  Ces crimes incluent les massacres, la torture et le fait de forcer des enfants à devenir soldats. 

 Fournir des informations sur Kony demande beaucoup de courage.  Le gouvernement américain assure que tout ce qui est partagé restera totalement confidentiel.  

Toutes personnes ayant des informations sur l’endroit où se trouve Kony sont encouragées à se manifester aujourd’hui – aucune information n’est trop petite ; chaque tuyau peut aider.  Vous pouvez communiquer des informations sur le statut de Kony au programme de récompenses pour les crimes de guerre à l’adresse suivante :

 WhatsApp

+1 (202) 975-5468

E-mail

wcrp@state.gov

Les États-Unis sont fiers de soutenir fermement la lutte de la République centrafricaine contre l’impunité.  Ensemble, nous construirons une République centrafricaine plus pacifique, plus forte et plus prospère. 

Par U.S. Embassy in Bangui | 6 décembre, 2021 | Catégories: Communiqués de presse

 

 

Les États-Unis sont toujours à la recherche de Joseph Kony, le leader de la LRA

https://www.rfi.fr/  07/12/2021 - 02:12 Avec notre correspondant à Washington, Guillaume Naudin

5 millions de dollars, c’est ce que rapporterait à son auteur un renseignement qui conduirait à la capture de Joseph Kony. C’est un communiqué publié par les ambassades américaines en Centrafrique et au Soudan qui rappelle que les États-Unis n’ont pas oublié le dirigeant de l’Armée de résistance du Seigneur.

Cela fait longtemps, plus de 13 ans pour être précis, que les États-Unis sont à la recherche de Joseph Kony. C’est à l’été 2008 que le chef de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA selon son sigle anglophone), a été ajouté à la liste des personnes recherchées par le département d’État pour terrorisme ou crime de guerre.

Cette liste avait été créée juste après les attentats du 11 septembre 2001 par le président Bush. Par la suite, l’administration Obama avait dépensé près de 800 millions de dollars pour traquer les membres de cette milice ultraviolente et extrémiste, connue pour recruter des enfants soldats et pratiquer le viol de masse. L’objectif premier du LRA était de renverser le président ougandais Museveni et d’instaurer un régime basé sur les dix commandements.

Pourchassée, l’organisation a survécu dans divers pays comme la République démocratique du Congo, la Centrafrique, ou le Soudan du Sud. L’opération américaine s’est achevée en 2017 considérant que la LRA était devenue pratiquement inoffensive.

Ses membres ne seraient plus qu’une centaine. La plupart ont quitté ses rangs. D’autres ont été arrêtés et condamnés par la justice internationale. C’est le cas de Dominic Ongwen, l’un des enfants soldats de Joseph Kony, qui lui reste introuvable.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Son arrestation en novembre et sa libération quelques jours plus tard, sans que la Cour pénale spéciale ait pu l’entendre, ont fait scandale. Mai » ...la suite
L'ONU enquête sur un massacre présumé près de la ville de Bria, à 600 km à l'est de la capitale centrafricaine Bangui, qui aurait vu plusieurs d » ...la suite
Un ancien officier centrafricain, mis en examen à Paris pour torture et complicité de crimes contre l’humanité, a obtenu mercredi sa libération » ...la suite
Dans le club des correspondants, franceinfo passe les frontières pour voir ce qu'il se passe ailleurs dans le monde. Aujourd'hui direction Bamako et » ...la suite
Un expert de l'ONU a appelé jeudi les autorités de la République centrafricaine à remettre en détention un ancien chef rebelle accusé de crimes » ...la suite
La date du procès n’est pas encore fixée. Mahamat Saïd est accusé de « crimes contre l’humanité » et de « crimes de guerre » commis lorsq » ...la suite
Ce sont des miliciens russes qui, peu à peu, étendent leur influence en Afrique. La force Wagner, présente au Mali, agite aussi en Centrafrique. Se » ...la suite
Des dizaines de personnes soupçonnées de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité sont toujours en liberté en Centrafrique, en proie à des » ...la suite
Communiqué de presse du ministère d’Etat chargé de la Justice, de la Promotion des Droits Humains et de la Bonne Gouvernance relatif à l’affai » ...la suite
En Centrafrique, les réactions se succèdent après la libération du ministre Hassan Bouba, arrêté la semaine dernière et inculpé pour crimes de » ...la suite