Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Nouvelles nationales sur RNL
Nouvelles nationales sur RNL

Paoua : reprise intense de la production agricole malgré une situation sécuritaire volatile

https://www.radiondekeluka.org/ mardi 7 décembre 2021 11:04

Autrefois considérée comme le grenier de l'agriculture centrafricaine, la ville de Paoua reprend son souffle. Malgré l'insécurité qui continue de menacer les productions, la population s'en sort avec l'adhésion des ménages à l'activité agropastorale. "La résilience de la population pour une sécurité alimentaire retrouvée", un reportage de Radio Ndeke Luka dans la région.

La localité de Paoua retrouve progressivement le niveau record de sa production malgré une situation sécuritaire encore volatile. Pour le relèvement des activités agricoles, les cultivateurs se mettent en groupements pour emballer leurs récoltes.

C'est toute une chaine qui se met en place. Des sacs d'arachide, du mil du sésame sont soit conduits dans l'entrepôt des groupements agricoles soit vendus individuellement sur le marché hebdomadaire.

« Nous cultivons de l'arachide et nous récoltons. Ensuite nous mettons à part une partie pour les semis, une partie pour la consommation des membres du groupement et nous vendons le reste pour résoudre nos problèmes et celui du groupement », explique Célestine Ifforo une des membres qui se réjouit du résultat obtenu cette année.

« Le travail de la terre est génial »

Au marché hebdomadaire de Gouzé, la demande est forte. Natacha Bissi vient de réaliser un exploit en vendant plusieurs demi-cuvettes de haricot.

"J'ai déjà vendu deux sacs, un sac contient 6 demi-cuvettes en raison de 3000F la demi-cuvette. J'ai fait un bon marché, c'est le fruit du travail agricole. Le travail de la terre est génial".

Natacha n'est pas la seule à profiter de cette joie retrouvée, Achta Poulangar est  commerçante. Elle se réjouit aussi d'avoir payé des sacs de haricot à un prix abordable.

« Aujourd'hui, Dieu a fait grâce, j'ai trouvé 22 sacs, un sac contient 8 demi-cuvettes, et un sac m’a coûté 24.000F. Je vais les revendre à Bangui et plus précisément chez Abib au km5 », fait-elle savoir.

L'activité agricole occupe 80% de la population de Lim-Péndé. La résilience de la population est soutenue par le gouvernement Allemand à travers le projet BMZ, mis en œuvre par l'ONG Oxfam qui appuie les groupements en leur donnant des pairs de bœufs. Ce qui offre un pouvoir d'achat au ménage et crée des emplois connexes notamment chez les jeunes.

 

 

Centrafrique : le centenaire du roman Batouala célébrée dans certains lycées et à l’Université de Bangui

https://www.radiondekeluka.org/ mardi 7 décembre 2021 15:57

 

Le lycée Charles de Gaulle en partenariat avec l’ambassade de France célèbre le centenaire du roman Batouala de René Maran. Batouala, ce roman a remporté le prix Goncourt en 1921. Du lundi 06 au 10 décembre, des rencontres, expositions, conférences-débats sont et seront organisés autour de ce roman écrit dans le contexte centrafricain de l’Oubangui-Chari, ancienne colonie française.

Né en Martinique en 1887, René Maran est mort à Paris en 1960. Il fut le premier écrivain noir à recevoir le prix Goncourt pour son roman Batouala en 1921.

« C’est surtout la finesse et la justesse de l’écriture pour décrire l’histoire pour défendre la cause des noirs. Malgré qu’il est français, il a su mettre en valeur dans Batouala l’homme Noir qui est considéré comme un être anhistorique », souligne Michael Lionel Dagbinou, l’un des promoteurs de cette activité.

La présentation de Batouala aux élèves et étudiants de Bangui

Du 6 au 10 décembre, plusieurs activités sont au programme de cette célébration dont le top a été donné au lycée français Charles de Gaulle.

« C’est une exposition nomade. Après le lycée Charles de Gaulle, nous continuerons les expositions dans un autre lycée et on ira l’Université de Bangui », explique Stéphane Marchand, proviseur du lycée de Miskine.

Le roman « Batouala », primé au Goncourt en 1921, dénonce le fait colonial et ce que René Maran en regarde comme les abus ou dysfonctionnements.

Le projet de la célébration du centenaire de cette œuvre littéraire a reçu le soutien de l’Ambassade de France en partenariat avec les Lycées Charles de Gaulle, Miskine, Martyrs, Saint François et Groupe Elite formation.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Les habitants de Mingala dans la Basse-Kotto, situé à 640 kilomètres de Bangui, décrient l’absence des forces de l’ordre dans la ville pour as » ...la suite
L'Armée de résistance du Seigneur est l'un des groupes armés les plus violents en Afrique. Une partie du groupe vient de demander à déposer les a » ...la suite
L’institution en charge des élections en République centrafricaine se prépare pour la tenue des consultations municipales. Prévues pour le 11 se » ...la suite
Le 18 janvier 1979 plusieurs élèves et étudiants étaient massacrés sous le régime de l’Empereur Jean Bedel Bokassa. 43 ans après cette répre » ...la suite
Les évêques de Centrafrique ont attiré l'attention du gouvernement sur les profondes mutations qui dramatisent la situation du pays, lors de la con » ...la suite
Le ministre rwandais des Affaires étrangères et la secrétaire d'État aux relations étrangères de l'Angola, chargés du suivi de la feuille de ro » ...la suite
Repoussés hors des couloirs de transhumance, les Peuls empruntent d’autres routes et empiètent parfois avec leurs bêtes sur les champs des agricu » ...la suite
Les casques bleus de la MINUSCA poursuivent les patrouilles robustes dans la localité de Kouango (sud de la République centrafricaine) où le calme » ...la suite
Quelque 33 personnes, dont deux soldats, ont été tuées, lundi 29 novembre, dans une attaque simultanée attribuée aux rebelles des 3R contre deux » ...la suite
« On a commencé avec 18 MW. Aujourd’hui, avec le dédoublement de la capacité de Boali II, on est passé à 28,5 MW. Nous continuons à travaille » ...la suite