Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Crimes contre l’humanité : un Centrafricain, mis en examen en France, libéré sous contrôle judiciaire
Crimes contre l’humanité : un Centrafricain, mis en examen en France, libéré sous contrôle judiciaire

 

Par Le Parisien avec AFP Le 21 janvier 2022 à 12h21

L’ancien officier avait été arrêté en 2020 à Besançon et mis en examen pour torture et complicité de crimes contre l’humanité.

Un ancien officier centrafricain, mis en examen à Paris pour torture et complicité de crimes contre l’humanité, a obtenu mercredi sa libération sous contrôle judiciaire, a-t-on appris ce vendredi de sources concordantes. 

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris a ordonné la libération et le placement d’Éric Danboy Bagale sous contrôle judiciaire, selon une source judiciaire. Écroué depuis septembre 2020, l’homme, aujourd’hui âgé de 43 ans, a quitté la prison de Fresnes dans la nuit de mercredi à jeudi, a indiqué son avocate Me Marie-Alix Canu-Bernard.

Éric Danboy Bagale, qui vit en France depuis mai 2014, a été arrêté à Besançon et mis en examen le 18 septembre 2020.

Ex-officier devenu agent d’entretien à son arrivée en France

La justice française soupçonne cet ex-officier qui a servi dans la garde présidentielle, devenu agent d’entretien depuis son arrivée dans l’Hexagone, de s’être livré à des actes de tortures sur des opposants politiques entre 2007 et mars 2013, date de sa fuite du pays pour suivre François Bozizé, ex-président de 2003 à 2013, renversé par un putsch.

Elle le suspecte aussi d’avoir été responsable de milices anti-balaka et donc complice de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité entre mars 2013 et mai 2014 en Centrafrique mais aussi au Cameroun, en Ethiopie, au Kenya et au Soudan du Sud.

Les milices anti-balakas, des groupes armés majoritairement chrétiens et animistes, ont été formées pour combattre les milices de la Séléka, une alliance de rebelles issus du nord du pays à majorité musulmane, qui ont chassé François Bozizé du pouvoir en 2013. Ce dernier a été placé en 2014 sous sanctions par les Nations unies pour avoir organisé une contre-insurrection sanglante depuis son exil à l’aide de ces milices.

Il reconnaît avoir été proche de Bozizé

S’il reconnaît bien avoir été proche de Bozizé, dont il est un cousin, et avoir participé au coup d’État en 2003 ayant mené ce dernier au pouvoir, Éric Danboy Bagale clame son innocence pour les faits qui lui sont reprochés par la justice française.

« La cour d’appel de Paris a tiré les conséquences du caractère hasardeux et confus d’une telle procédure », a commenté Me Canu-Bernard. « On ne peut que s’interroger sur les raisons de son ouverture en France, alors même que tant la Cour pénale spéciale que la Cour pénale internationale sont saisies de ces faits, sans avoir jamais mis en cause Monsieur Danboy qui pour autant s’est vu reprocher des faits d’une gravité exceptionnelle et a fait 16 mois de détention à Fresnes ! »

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L’ouverture du premier procès devant la Cour pénale spéciale (CPS) en République centrafricaine, prévue le 19 avril 2022, est une avancée sign » ...la suite
Le 10 octobre 1979, "le Canard enchaîné" révèle l’affaire des diamants de Bokassa. Selon le journal, le dictateur Jean-Bedel Bokassa aurait remi » ...la suite
Le 14 mars, le Tchad a transféré un ancien coordinateur militaire d’un groupe de miliciens anti-balaka en République centrafricaine, Maxime Mokom » ...la suite
Ouvrant le Forum de réflexion organisé à Accra au Ghana par l’Union africaine sur les changements anticonstitutionnels de gouvernement en Afrique » ...la suite
Arrêtés le 21 février à l’aéroport de Bangui sur fond de guerre informationnelle entre la Russie et la France, les quatre militaires français » ...la suite
Le 1er mars, l’Éthiopie commémorait la célèbre bataille d’Adwa (1896) dans laquelle les troupes de Ménélik II arrêtèrent l’envahisseur i » ...la suite
Maxime Mokom est le quatrième responsable centrafricain placé derrière les barreaux de la CPI. Il retrouve en prison notamment Patrice-Edouard Nga » ...la suite
Le 15 mars 2003, l’ancien chef d’Etat-major de l’armée nationale François Bozizé renversa le pouvoir d’Ange Félix Patassé. Dix-neuf (19) » ...la suite
La République du Tchad a remis lundi à la Cour pénale internationale l'ex-chef d'un groupe armé antibalaka, Maxime Mokom, suspecté de crimes de g » ...la suite
Même s’ils se gardent de prendre position, Bangui et Bamako restent considérés comme les têtes de pont de l’influence de Moscou en Afrique. » ...la suite