Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » MINI-SOMMET DE BRAZZA SUR LES COUPS D’ETAT ET L’INSECURITE
MINI-SOMMET DE BRAZZA SUR LES COUPS D’ETAT ET L’INSECURITE

Lu pour vous

 

Ces dictateurs qui jouent leur survie

https://lepays.bf/ 14 février 2022

Quatre chefs d’Etat dont trois de l’Afrique centrale que sont Denis Sassou Nguesso du Congo-Brazza, Yoweri Museveni d’Ouganda, Félix Tshisekedi de la République démocratique du Congo et Faure Gnassingbé du Togo, ont, au terme d’un mini-sommet tenu le 12 février dernier à Oyo au Congo Brazzaville, réaffirmé leur soutien à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui a infligé des sanctions au Mali, à la Guinée Conakry et au Burkina Faso où sont intervenus récemment des coups d’Etat. En temps normal, on aurait applaudi des deux mains. Car, à bien des égards, les coups d’Etat sont condamnables. Mais on fait le constat qu’en dehors du président congolais, Tshisekedi, tous les autres ne sont que des satrapes. C’est dire s’ils ne cherchent pas à défendre la démocratie. Ils jouent plutôt leur survie. On est d’autant plus porté à le penser que l’Union africaine dont leurs pays respectifs sont membres, avait déjà entériné les sanctions de la CEDEAO. Pourquoi donc enfoncer le clou ? Il ne faut pas se bercer d’illusions, ces trois vieux cancres de la démocratie en plus de la RDC, sont en quête de stratégies pour protéger leur régime contre d’éventuels coups de force. Tout laisse croire que c’est la peur des coups d’Etat qui a motivé ce mini-sommet. Il n’y a qu’à voir les points abordés, pour s’en convaincre : évolution de la situation politique et sécuritaire dans les Grands lacs et récents coups d’Etat successifs en Afrique de l’Ouest.

 Plutôt que de vivre dans la hantise permanente de coups de force, nos têtes couronnées gagneraient à améliorer leur gouvernance

 C’est vrai que l’insécurité, dans la région des Grands lacs, est une réalité et mérite des actions fortes pour desserrer l’étau autour des populations de cette région qui souffrent le martyre depuis des décennies. On ne saurait donc douter de la pertinence du soutien exprimé aux forces régulières de sécurité qui traquent les Forces démocratiques alliées (ADF) dans l’Est de la RDC ce d’autant que ce groupe a fait allégeance à la branche de l’Etat islamique en Afrique centrale.  Mais, personne n’est dupe. Ce soutien à la CEDEAO est plus que suspect. A la vérité, ce mini-sommet n’est ni plus ni moins qu’un échange de bons procédés entre dictateurs. On le sait, que ce soit Sassou, Museveni ou Faure, chacun dirige depuis plusieurs années, son pays d’une main de fer. Et ce ne sont pas leurs opposants qui diront le contraire. Certes, Félix Tshisekedi n’a pas, du moins pour l’instant, la triste réputation de satrape. Mais il vit la même préoccupation de renversement que ses trois pairs parce qu’il vient d’échapper à un coup d’Etat. Et comme l’adage le dit, « chat échaudé craint l’eau froide ». Mais plutôt que de vivre dans cette hantise permanente de coups de force, nos têtes couronnées gagneraient à améliorer leur gouvernance. Il n’y a pas d’armure pour se rendre invulnérable aux coups d’Etat en dehors de l’alternance. Autant dire qu’ils ont l’antidote de leur peur. Il suffit d’accepter de jouer à fond le jeu démocratique et de faire de la bonne gouvernance, sa boussole pour couper l’herbe sous les godasses des militaires. L’adage nous enseigne certes que « mieux vaut prévenir que guérir ». Mais on ne saurait prévenir les coups d’Etat en faisant l’autruche. Refuser la réalité, c’est foncer droit dans le mur. Ne dit-on pas que les mêmes causes produisent les mêmes effets ?

 

Dabadi ZOUMBARA    

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le torchon brule à nouveau entre les deux frères ennemis ivoiriens. Laurent Gbagbo devrait faire savoir, via un porte-parole autorisé, ce mardi ma » ...la suite
Alors que l’influence russe en Afrique est grandissante, la guerre en Ukraine et les sanctions infligées à Moscou ne seront pas sans conséquences » ...la suite
La Cour pénale internationale (CPI) a rendu public la semaine dernière un mandat d’arrêt à l’encontre d’un chef rebelle de République centr » ...la suite
Depuis son départ du Mali, en février, la France a perdu le centre névralgique de son dispositif militaire. Paris cherche désormais à consolider » ...la suite
Après l’expulsion de l’Ambassadeur de l’Hexagone au Mali et le retrait prochain de la force française Barkhane, au Burkina Faso, le départ de » ...la suite
Conséquence de la guerre en Ukraine, l’Afrique devient une source potentielle de gaz et pétrole pouvant éventuellement substituer à terme les im » ...la suite
Les répercussions de la guerre en Ukraine ne s’arrêtent pas aux frontières ukrainiennes. Le monde entier ressent les effets de cette guerre, nota » ...la suite
Le Conseil de sécurité a renouvelé, cet après-midi, jusqu’au 31 juillet 2023, l’embargo sur les armes imposé à la République centrafricaine » ...la suite
« Les groupes armés en République centrafricaine (RCA) doivent déposer les armes et s’engager dans un dialogue politique », a déclaré vendred » ...la suite
Le chef et fondateur du groupe armé Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) et ses trois compagnons resteront en prison jusqu’à la clô » ...la suite