Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Economie » Centrafrique : la Banque mondiale annonce une enveloppe de plus de 400 milliards FCFA pour des projets de développement
Centrafrique : la Banque mondiale annonce une enveloppe de plus de 400 milliards FCFA pour des projets de développement

 

https://www.radiondekeluka.org/ vendredi 4 mars 2022 09:41

 

Lors d’une réunion d'évaluation, le 28 février 2022 à Bangui, la Banque mondiale a décidé d’augmenter son investissement au profit de la République centrafricaine. Toutefois, l’institution insiste sur la mise en place de réformes dans plusieurs secteurs de son intervention.

Le montant global investi actuellement par la Banque mondiale dans des projets en République centrafricaine, s’élève à 660 millions de dollars américains, soit plus de 360 milliards de francs CFA. Si le budget de l'Etat est pauvre en investissements, l'appui de la Banque mondiale est un supplément indispensable. Cependant dans la mise en œuvre, plusieurs facteurs entrent en ligne de compte. Notamment, l'incompréhension autour des procédures de la Banque mondiale, source de tension entre les coordonnateurs des projets et les ministres ainsi que le facteur risque dans la conduite de certains projets. Mais la bonne nouvelle, demeure la capacité du gouvernement centrafricain à profiter de ces investissements.

Garantir les résultats au niveau de la population

"Nous avons eu une discussion riche avec plusieurs collègues ministres. Notamment ceux qui ont des projets financés par la Banque mondiale. Nous avons ainsi relevé des problèmes sur certains projets, surtout, dans le cadre de leur mise en œuvre. L'idée principale consiste à se réorganiser et mobiliser l'ensemble du gouvernement afin de garantir les résultats au niveau de la population" a précisé Hervé Ndoba, ministre des Finances et du Budget.

Au regard de cette analyse, la Banque mondiale annonce une enveloppe de 830 millions de dollars américain, soit plus de 400 milliards de francs CFA, couvrant environ 20 projets. Toutefois, cet appui est conditionné par l’institution. Par exemple, des réformes dans le secteur minier, tant attendues par la Banque mondiale.

Promouvoir la bonne gouvernance

"Nous attendons de la gouvernance des ressources naturelles et du Code minier de la transparence pour l’amélioration de la fiscalité afin d’améliorer les conditions d'emploi des jeunes centrafricains. C’est un point important. On a beaucoup discuté des réformes. Singulièrement, les questions autour des droits de l'Homme," souligne Abdoulaye Seck, directeur des opérations de la Banque mondiale pour l'Afrique centrale.

Désormais, les résultats appellent les financements. Un nouveau défi pour le gouvernement centrafricain qui doit adapter les activités liées aux investissements aux réformes tant souhaitées.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Depuis près de trois semaines, s’approvisionner en carburant dans les stations-services à Bangui est un parcours du combattant. De longues queues » ...la suite
Sur les trois années à venir, le pays devra fournir des efforts dans le redressement de la balance des paiements, le gel des arriérés de dette int » ...la suite
L’information selon laquelle la société Total Energie en Centrafrique a été cédée à la banque d’affaires franco-britannique Rochefort Inter » ...la suite
Depuis la suspension des aides budgétaires par les partenaires traditionnelles de la RCA dont l’Union européenne (l’UE), la Banque mondiale, le » ...la suite
Alors que l’entrée en vigueur de la directive communautaire portant sur l’interdiction d’exportation de bois en grumes au sein de la Communaut » ...la suite
Le ministre centrafricain du développement de l’énergie et des Ressources hydrauliques a été reçu en audience le 16 février dernier, par le mi » ...la suite
Sevré des financements internationaux, le pays revient peu à peu sur le marché domestique pour mobiliser des ressources nécessaires au financement » ...la suite
La Guinée Equatoriale et la République Centrafricaine vont œuvrer ensemble à lutter contre la pénurie des produits pétroliers en Centrafrique. » ...la suite
Cette décision proviendrait d’une montée des tracasseries routières sur la partie centrafricaine du corridor Douala-Bangui, notamment sur le traj » ...la suite
En Centrafrique, une semaine après l’augmentation des prix des carburants à la pompe, les autorités ont fixé les prix publics pour des tarifs de » ...la suite