Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » République centrafricaine : L’heure du jugement a sonné pour Maxime Mokom
République centrafricaine : L’heure du jugement a sonné pour Maxime Mokom

 

HRW

Le 14 mars, le Tchad a transféré un ancien coordinateur militaire d’un groupe de miliciens anti-balaka en République centrafricaine, Maxime Mokom, à la Cour pénale internationale (CPI). Mokom avait fui au Tchad après avoir été membre d’une coalition rebelle qui a tenté en vain de prendre le pouvoir en 2020. Les crimes pour lesquels il sera traduit en justice, et qui sont à l’origine du mandat d’arrêt de la CPI émis contre lui en 2018, sont bien antérieurs toutefois.

Entre 2014 et 2016, des combattants anti-balaka se sont livrés à des affrontements avec des groupes majoritairement musulmans de la Séléka pour le contrôle des routes et des villages de la province de Nana-Grebizi, les civils étant pris entre deux feux. De nombreux musulmans ont pris la fuite. Les anti-balaka se sont finalement retournés contre les habitants qui étaient restés et qui, selon les anti-balaka, s’opposaient à eux ou s’étaient rangés du côté de leurs voisins musulmans. Progressivement, les combattants anti-balaka ont attaqué tous ceux qu’ils rencontraient, se livrant à des tueries, des viols et des pillages. Mokom était l’un de leurs chefs.

En 2016, j’ai rencontré une femme âgée de 25 ans à Kaga Bandoro, la capitale de la province de Nana-Grébizi, qui m’a raconté comment elle avait été violée sous la menace d’une arme par deux combattants anti-balaka et rouée de coups par la suite. Elle m’a dit : « Ils ont enlevé leurs ceintures et commencé à me frapper. Ils ont dit que c’est Dieu qui m’avait livrée à eux ; maintenant ils allaient faire ce qu’ils voulaient de moi. » L’un de ses violeurs, se souvenait la survivante, était Franco Yagbegue, un commandant de secteur également connu sous le nom de Pelé. Lorsque j’ai rencontré Pelé en août 2015, avant qu’il ne commette ce viol, il m’avait confié que la structure anti-balaka dans laquelle il servait était coordonnée par Mokom.

Mokom emblématise la façon dont violence et impunité favorisent certains en République centrafricaine. Alors que la survivante du viol a été livrée à elle-même pour reconstruire sa vie, Mokom est devenu ministre en 2019 après qu’un accord de paix a permis à des rebelles d’accéder à de nombreux hauts postes gouvernementaux. Pendant des années, il a été considéré comme intouchable et l’idée qu’il soit confronté à la justice paraissait impensable. Jusqu’à aujourd’hui.

Mokom est le troisième dirigeant anti-balaka à être déféré au tribunal situé à La Haye. Jusqu’à présent, un seul commandant de la Séléka, Mahamat Siad Abdel Kani, est poursuivi par la CPI.

La coopération du Tchad doit être saluée, et il convient de l’encourager à continuer de livrer d’autres chefs rebelles impliqués dans la commission des crimes graves – tant de la Séléka que des anti-balaka – et qui continuent d’échapper à la justice dans ce pays. Comme Mokom, ils devraient devenir des symboles de justice, et non d’impunité.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Dans un communiqué publié lundi dernier, les autorités centrafricaines ont donné des précisions sur les fortes détonations entendues la veille » ...la suite
Lu pour vous ENQUÊTE 3/3 - Comment un délinquant de Saint-Pétersbourg est-il devenu le bras armé du Kremlin, à la tête de la milice Wag » ...la suite
C’est le brouillard (médiatique) le plus épais qui entoure actuellement la localité centrafricaine de Bossangoa. Officiellement cette ville d’u » ...la suite
Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a déclaré jeudi avoir demandé aux juges de confirmer les charges retenues contre le fonda » ...la suite
En arrivant à l’Elysée en 2017, Emmanuel Macron voulait avoir une relation décomplexée avec l’Afrique, refusant, compte tenu de son âge, de p » ...la suite
Fin 2017, la Russie obtint une dérogation à l’embargo sur les armes imposé à la Centrafrique auprès du Conseil de sécurité des Nations unies. » ...la suite
La France a dénoncé les attaques virulentes visant son ambassadeur en République centrafricaine. Dans une correspondance adressée à son homolo » ...la suite
Le lundi 07 novembre, le tour est revenu aux chefs d’Etat africains de prendre la parole. Occasion pour le président centrafricain de déplorer la » ...la suite
L’Union européenne doit contrer activement la propagande russe en Afrique, a déclaré le ministre tchèque des Affaires étrangères Jan Lipavský » ...la suite
​La conférence des Nations unies sur le climat, qui s'ouvre en Égypte le 6 novembre, est l'occasion pour le continent de rappeler son faible poids » ...la suite