Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » République centrafricaine : L’heure du jugement a sonné pour Maxime Mokom
République centrafricaine : L’heure du jugement a sonné pour Maxime Mokom

 

HRW

Le 14 mars, le Tchad a transféré un ancien coordinateur militaire d’un groupe de miliciens anti-balaka en République centrafricaine, Maxime Mokom, à la Cour pénale internationale (CPI). Mokom avait fui au Tchad après avoir été membre d’une coalition rebelle qui a tenté en vain de prendre le pouvoir en 2020. Les crimes pour lesquels il sera traduit en justice, et qui sont à l’origine du mandat d’arrêt de la CPI émis contre lui en 2018, sont bien antérieurs toutefois.

Entre 2014 et 2016, des combattants anti-balaka se sont livrés à des affrontements avec des groupes majoritairement musulmans de la Séléka pour le contrôle des routes et des villages de la province de Nana-Grebizi, les civils étant pris entre deux feux. De nombreux musulmans ont pris la fuite. Les anti-balaka se sont finalement retournés contre les habitants qui étaient restés et qui, selon les anti-balaka, s’opposaient à eux ou s’étaient rangés du côté de leurs voisins musulmans. Progressivement, les combattants anti-balaka ont attaqué tous ceux qu’ils rencontraient, se livrant à des tueries, des viols et des pillages. Mokom était l’un de leurs chefs.

En 2016, j’ai rencontré une femme âgée de 25 ans à Kaga Bandoro, la capitale de la province de Nana-Grébizi, qui m’a raconté comment elle avait été violée sous la menace d’une arme par deux combattants anti-balaka et rouée de coups par la suite. Elle m’a dit : « Ils ont enlevé leurs ceintures et commencé à me frapper. Ils ont dit que c’est Dieu qui m’avait livrée à eux ; maintenant ils allaient faire ce qu’ils voulaient de moi. » L’un de ses violeurs, se souvenait la survivante, était Franco Yagbegue, un commandant de secteur également connu sous le nom de Pelé. Lorsque j’ai rencontré Pelé en août 2015, avant qu’il ne commette ce viol, il m’avait confié que la structure anti-balaka dans laquelle il servait était coordonnée par Mokom.

Mokom emblématise la façon dont violence et impunité favorisent certains en République centrafricaine. Alors que la survivante du viol a été livrée à elle-même pour reconstruire sa vie, Mokom est devenu ministre en 2019 après qu’un accord de paix a permis à des rebelles d’accéder à de nombreux hauts postes gouvernementaux. Pendant des années, il a été considéré comme intouchable et l’idée qu’il soit confronté à la justice paraissait impensable. Jusqu’à aujourd’hui.

Mokom est le troisième dirigeant anti-balaka à être déféré au tribunal situé à La Haye. Jusqu’à présent, un seul commandant de la Séléka, Mahamat Siad Abdel Kani, est poursuivi par la CPI.

La coopération du Tchad doit être saluée, et il convient de l’encourager à continuer de livrer d’autres chefs rebelles impliqués dans la commission des crimes graves – tant de la Séléka que des anti-balaka – et qui continuent d’échapper à la justice dans ce pays. Comme Mokom, ils devraient devenir des symboles de justice, et non d’impunité.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L’ouverture du premier procès devant la Cour pénale spéciale (CPS) en République centrafricaine, prévue le 19 avril 2022, est une avancée sign » ...la suite
Le 10 octobre 1979, "le Canard enchaîné" révèle l’affaire des diamants de Bokassa. Selon le journal, le dictateur Jean-Bedel Bokassa aurait remi » ...la suite
Ouvrant le Forum de réflexion organisé à Accra au Ghana par l’Union africaine sur les changements anticonstitutionnels de gouvernement en Afrique » ...la suite
Arrêtés le 21 février à l’aéroport de Bangui sur fond de guerre informationnelle entre la Russie et la France, les quatre militaires français » ...la suite
Le 1er mars, l’Éthiopie commémorait la célèbre bataille d’Adwa (1896) dans laquelle les troupes de Ménélik II arrêtèrent l’envahisseur i » ...la suite
Maxime Mokom est le quatrième responsable centrafricain placé derrière les barreaux de la CPI. Il retrouve en prison notamment Patrice-Edouard Nga » ...la suite
Le 15 mars 2003, l’ancien chef d’Etat-major de l’armée nationale François Bozizé renversa le pouvoir d’Ange Félix Patassé. Dix-neuf (19) » ...la suite
La République du Tchad a remis lundi à la Cour pénale internationale l'ex-chef d'un groupe armé antibalaka, Maxime Mokom, suspecté de crimes de g » ...la suite
Même s’ils se gardent de prendre position, Bangui et Bamako restent considérés comme les têtes de pont de l’influence de Moscou en Afrique. » ...la suite
La Cour pénale spéciale a dans un communiqué, rassuré l’opinion nationale et internationale de sa détermination dans la lutte contre l’impuni » ...la suite