Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Economie » "La moitié de la production d'or sort frauduleusement de Centrafrique"

Lu pour vous

 

dw.com

Interview avec le ministre centrafricain des Mines, Rufin Bénam Beltoungou.

Le secteur minier en Centrafrique est un facteur essentiel de l'économie du pays. Le gouvernement délivre les permis d'exploitation mais certaines coopératives ne respectent pas le cahier des charges, notamment en matière fiscale ou de respect de l'environnement.

Le ministre des Mines, Ruffin Bénam Beltoungou, a effectué récemment une mission de contrôle sur certains sites. Il estime que les deux tiers de la production nationale d'or, soit deux tonnes, quitte le pays sans être déclarés.

En revanche, il évite de se prononcer sur le contentieux entre le gouvernement centrafricain et la firme canadienne Axmin. Ce contentieux concerne les droits d'exploitation de la mine d'or de Ndassima que l'Etat centrafricain a retiré à Axmin pour les attribuer à Midas Ressources, une société malgache réputée proche de la Russie.

DW : Monsieur le Ministre Ruffin Bénam Beltoungou, le secteur minier connait un rebond malgré la sanction du processus de Kimberley qui frappe les diamants. Pourquoi avez-vous effectué une mission dans la partie sud-ouest de la RCA?

Nous avons travaillé vers Berbérati dans le cadre d'une mission de suivi et de contrôle des activités minières. Comme je l'avais dit le premier jour à Gambola, l'objectif était de contrôler les activités qui s'y mènent.

On a pu se rendre compte qu'une bonne partie de nos productions part à l'extérieur, mais à l'insu des autorités de l'administration minière qui sont ici dans la localité.

Nous avons pris des dispositions pour que cela ne puisse plus se reproduire parce que les artisans eux-mêmes s'en étaient plaints, qui travaillent mais dont le fruit de ce travail profite plus aux expatriés. Aussi, nous avons infligé également des amendes à certains de nos compatriotes qui détiennent des permis d'exploitation dans cette ville et qui mènent leurs activités en toute irrégularité, en toute illégalité.

La fraude est aussi importante dans ce secteur...

Si vous suivez les statistiques de production de l'année dernière, nous avons fait presque une tonne, pour la première fois, une tonne pour l'exportation. Mais quand vous ajoutez à cela ce qui sort frauduleusement, cela peut être de l'ordre de deux tonnes.

Donc la fraude équivaut à l'exportation officielle?

On pourrait le dire, mais il faudrait avoir les chiffres. Il faudrait avoir le chiffre pour pouvoir attester et confirmer cela.

Parlant de la fraude, vous avez ordonné la saisie des équipements de la coopérative comme Camsona. Qu'est-ce que vous reprochez à cette coopérative?

Cette coopérative avait vu son permis retiré il y a de cela six mois.  Malheureusement, malgré un retrait du permis, la coopérative continue d'exercer ses activités et en partenariat avec un groupe de d'expatriés, en l'occurrence des Chinois. Donc on a été sur le terrain, on les a surpris. Ils étaient en train de mener en toute liberté leurs activités, en violation de la loi et cela nous a permis de pouvoir faire la saisie d'un véhicule et les quelques engins qui servent à cette exploitation illégale. C'est ce que la loi a prévu : quand il y a de l'exploitation illégale, tous les matériels et équipements qui servent à cette exploitation là sont saisis au profit de l'Etat. Donc, nous avons pratiqué la saisie. La commission de saisie logée au sein du ministère des Mines pourra en aviser.

Justement, sur la question de l'environnement, les coopératives ne font pas le "service après vente" suite à l'exploitation. Quel est le mécanisme de l'Etat dans ce sens?

C'est aussi le but de notre mission de contrôler le respect de l'environnement. Vous constaterez avec moi que la destruction de l'environnement est très prononcée.

Nous allons regarder dans le cahier des charges de cette coopérative. Normalement, il est prévu avant une exploitation, une étude d'impact environnemental. D'ailleurs, je voudrais dire que c'est un permis d'exploitation artisanale semi-mécanisé. Mais ce que nous constatons, ce n'est pas de la semi-mécanisation, c'est plutôt de l'artisanat et la destruction de l'environnement est vraiment prononcée et il est de notre devoir de pouvoir prendre les mesures qui s'imposent, de vérifier dans le cahier des charges de cette coopérative son programme de réhabilitation de l'environnement et faire en sorte que très rapidement, tous les grands trous qui ont été ouverts soient réhabilités.

À Gambela et sur les sites de Boma par exemple, il n'y a pas d'infrastructures sociales de base: école, hôpital. Est-ce que cette situation vous préoccupe?

Bien entendu, c'est une préoccupation parce que quand vous avez un permis - d'ailleurs, nous travaillons actuellement à l'élaboration d'un document qui a été validé par le gouvernement, d'un projet d'arrêté portant cahier des charges des détenteurs de permis d'exploitation artisanale semi-mécanisée qui va bientôt être signé dès mon retour à Bangui. Le gouvernement a déjà marqué son accord et c'est pour prévoir le cadre de régime de l'exploitation. Ce sont des textes qui sont normalement prévus dans le cadre du code minier de 2009. Malheureusement, ces textes n'ont pas été pris et nous travaillons à ce que d'ici là, nous ayons cet arsenal juridique pour pouvoir argumenter cette activité.

Monsieur le Ministre, le gouvernement est astreint devant le tribunal de commerce dans l'affaire où le permis est attribué aux Russes. Vous avez été en octobre devant ce tribunal. Où en sommes-nous avec cette conciliation?

Vous voulez dire que votre préoccupation n'est pas en rapport avec la mission mais je vais quand même dire un mot là-dessus. Le dossier actuellement, ce n'est pas le tribunal de commerce, c'est la chambre arbitrale de Paris. Le dossier suit son cours. Nous avons eu une première discussion à Abidjan. Il y aura certainement dans les jours à venir une autre discussion à Yaoundé. Mais je ne pourrais m'étaler davantage là-dessus parce que c'est un dossier qui est au niveau de la justice. Ça, c'est l'affaire de la justice.

 

 

Bangui veut lutter contre l’exploitation illégale des mines

dw.com

En Centrafrique, la fraude et l'exploitation illégale sont monnaie courante dans le secteur minier, notamment aurifère.

Le gouvernement de Centrafrique a décidé de poursuivre ceux qui exploitent illégalement l’or. C'est le cas notamment à Sosso Nakombo, dans le sud-ouest du pays, où une mission de contrôle gouvernementale a ordonné la saisie des équipements de plusieurs ressortissants chinois, partenaire d’une coopérative locale, qui exploitaient illégalement un filon d’or. Un représentant local de l’Etat était aussi impliqué.

Sept mois après le retrait du permis d'exploitation à la coopérative Kamsona, pour exploitation illégale et dégradation de l'environnement, la mission de contrôle, conduite par le ministre des Mines Rufin Bénam Beltoungou, a constaté que celle-ci poursuivait son exploitation en toute illégalité :

"Nous sommes sur le permis de la coopérative Kamsona, ce permis est la propriété d'une autorité locale. Nous avions retiré ce permis pour destruction de l'environnement, exploitation illégale et introduction d'étrangers sur le site. Mais voilà que nous revenons quelques mois après et nous constatons que les activités d'exploitation illégale continuent par cette coopérative avec l'appui de ses partenaires, un groupe de ressortissants chinois."

Ecoutez le reportage de notre correspondant en Centrafrique...

Les dégâts environnementaux sont importants. Cette exploitation a dévié par exemple plusieurs cours d'eau de leur lit sur des kilomètres. Sidéré, le ministre a parlé d’un défi à l'autorité de l'Etat et a annoncé des sanctions :

"C’est un défi pour l'autorité de l'Etat, surtout que le propriétaire de ce permis est une autorité locale. D'ailleurs, le code minier fait interdiction à une certaine catégorie de personnalité de pouvoir se livrer à des activités d'exploitation minière. Il a fait usage d'un prête-nom pour avoir un permis et il a exploité. La production n'est pas déclarée, il reprend les activités illégalement et continue de détruire l'environnement."

Contre-attaque

Selon Rufin Bénam Beltoungou, "la loi doit s'appliquer dans toute sa rigueur, des mesures doivent être prises puisque le détenteur de ce permis, qui ne l'est plus d'ailleurs, est une autorité locale et il n'avait pas droit à se livrer à de telles activités."

Au titre de sanctions, la saisie des équipements des partenaires chinois de la coopérative Kamsona a été mise en œuvre. Mais Albert Nakombo, le détenteur du permis pour la coopérative Kamsona, n'exclut pas une procédure contre l'Etat :

"Il n'y a pas eu de saisie mais plutôt un enlèvement de biens. En principe, si une coopérative est dans une infraction, l'Etat devrait notifier la situation aux intéressés. Cela n'a pas été le cas. Nous avons reçu une visite inopinée dans notre chantier et à la sortie du chantier. Un véhicule avait été loué au Cameroun pour apporter à manger aux ressortissants chinois qui travaillent à Sosso Nakombo. Le commandant de l’Unité spéciale anti-fraude l'USAF a interpellé ce véhicule. On sera obligé de saisir la justice."

Si le retour de l'Etat est déterminant pour stopper la fuite des capitaux et l'assainissement du secteur minier, cette affaire est seulement la partie visible des maux qui minent le secteur. Elle illustre aussi la protection locale dont jouissent certaines coopératives.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
La Chine a supprimé les droits de douane sur 98 % des articles taxables provenant de plusieurs pays, dont neuf en Afrique. Cette décision fait su » ...la suite
La Cour constitutionnelle s’oppose à la possibilité d’obtenir la nationalité centrafricaine ou un terrain en échange d’un investissement dan » ...la suite
Un premier échec pour Faustin-Archange Touadéra. La Cour constitutionnelle centrafricaine a rejeté le projet de cryptomonnaie sango lancé il y a q » ...la suite
En République centrafricaine, c’est un coup dur pour le gouvernement. La Cour constitutionnelle rejette certaines dispositions du projet Sango lanc » ...la suite
Le Premier ministre japonais a dit vouloir contribuer à une "croissance de qualité" en Afrique, au premier jour samedi d'un sommet avec le continent » ...la suite
Les grandes institutions internationales n'ont eu de cesse de rabaisser leurs prévisions de croissance mondiale pour l'année Devant cette inflati » ...la suite
Certaines institutions souhaitent rejeter le Bitcoin et d’autres crypto-monnaies par le biais de réglementations et régulations parfois farfelues. » ...la suite
Pour le Président Faustin Archange Touadera, les effets néfastes des changements climatiques sur la chaîne alimentaire, la persistance de la pandé » ...la suite
Après avoir adopté le bitcoin (BTC) comme monnaie légale, la République centrafricaine a décidé de créer la sidechain et la crypto Sango. L’o » ...la suite