Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Groupe Wagner et désinformation: la Russie emploie les grands moyens pour pousser la France hors d'Afrique
Groupe Wagner et désinformation: la Russie emploie les grands moyens pour pousser la France hors d'Afrique

Lu pour vous

 

Pierre Coudurier — Édité par Thomas Messias — 23 juin 2022 à 7h30

Délaissé après la fin de l'URSS, le continent africain est redevenu un terrain de prédilection pour le pouvoir russe, un fort sentiment anti-français en prime.

 «Pour caricaturer, dès qu'il y a un vide en Afrique, la Russie est sur les rangs pour le combler», décrit François Backman, membre de l'Observatoire de l'Afrique subsaharienne à la fondation Jean-Jaurès. Sur quarante pays n'ayant pas voté à l'ONU en faveur de l'arrêt de la guerre que la Russie mène contre l'Ukraine, vingt-sept étaient africains. Un bloc sur lequel peut compter Moscou, et qui rappelle l'époque des pays satellites de l'URSS.

Après avoir signé des centaines d'accords avec l'Afrique et formé de nombreux jeunes dans ses collèges soviétiques, la situation change brutalement pour l'Union soviétique, qui disparaît en 1991. Diminué, l'ancien Empire n'a plus les moyens d'investir. De nombreuses ambassades ferment.

À la suite de ces années d'indifférence durant lesquelles l'Afrique n'était plus une priorité, la Russie portée par Vladimir Poutine a fait son grand retour sur le continent noir. Mais, faute de moyens financiers suffisants pour rivaliser avec la Chine ou l'Europe, elle utilise avant tout son expertise en matière sécuritaire et militaire.

La France dans la ligne de mire

C'est ainsi que Moscou sort de ses zones d'influence traditionnelles, comme le Maghreb et plus récemment l'Afrique australe. Vente d'armes, prestations militaires, défense de gouvernements fragiles et désinformation... La machine se met une première fois en branle en Centrafrique à partir de 2018, dans ce qui prend la tournure d'un bras de fer avec la France.

Dans ce pays très pauvre mais riche en diamants, l'arrivée d'armes et de dizaines de «conseillers militaires» russes permet au Kremlin d'opérer un spectaculaire retour sur le théâtre africain. Tout ceci s'accompagne d'une violente campagne de désinformation anti-française. Le film russo-centrafricain Turist, qui s'inspire de la guerre civile déchirant le pays depuis 2013, en est un exemple.

Dans cette fiction, les forces russes de maintien de la paix se battent vigoureusement contre la rébellion dirigée par l'ex-président François Bozizé, soutenu par les Européens. La production est diffusée au stade Barthélemy Boganda de Bangui, le 14 mai 2021, en présence de plusieurs ministres.

En parallèle, des médias et associations hostiles à la France sont financés par la Russie, qui entend bien mettre fin à l'influence de l'ancien colonisateur. «L'utilisation de relais pro-russes coûte environ 2.000 francs CFA, soit environ 3 euros», indique le général Ianni, porte-parole du chef d'état-major des armées françaises.

Parmi ces groupes anti-français, l'association Galaxie nationale, qui défile dans les rues de Bangui en brandissant l'étendard russe, et s'indigne contre certains prétendus agissements de la France et de la mission des Nations unies en Centrafrique, la Minusca (11.000 soldats).

Dans un communiqué, son fondateur Blaise-Didacien Kossimatchi déclare ainsi que «toute attaque contre un patriote défendant son pays, quelle que soit la forme qu'elle revêt [...] sera réprimée par la population à mains nues, et la France sera tenue responsable devant l'histoire».

Le Groupe Wagner bien en place

L'actuel président centrafricain Faustin-Archange Touadéra dispose en outre d'un conseiller russe à la sécurité intérieure: Valery Zakharov, un membre du commandement du Groupe Wagner, des paramilitaires sans existence légale avec lesquels Moscou dément tout lien, malgré l'évidence. Cette milice a été fondée par Evgueni Prigojine, un oligarque de Saint-Pétersbourg, incarcéré par le passé pour banditisme, qui a fait fortune dans la restauration haut de gamme.

Accusés de multiples exactions, les mercenaires de Wagner, qui se battent sans insigne, sont déjà très présents en Afrique.

Propriétaire de restaurants de luxe fréquentés en 2000 par Poutine, celui qu'on surnomme «Chef» est devenu depuis le traiteur officiel du Kremlin, selon un rapport d'Amnesty International. «Il utilise la rente pour bâtir un empire de communication et de médias que le FBI accuse, en 2016, d'avoir influencé l'élection présidentielle américaine en faveur de Donald Trump à travers son usine à trolls, la fameuse Internet Research Agency»écrit l'ONG dans son rapport.

Accusés de multiples exactions, les mercenaires de Wagner, qui se battent sans insigne, sont déjà très présents en Afrique. En Libye, plusieurs centaines d'entre eux sont engagés aux côtés du maréchal Haftar, l'homme fort de l'est du pays, d'après un rapport indépendant de l'ONU. Des médias occidentaux comme le magazine Jeune Afrique ont signalé leur présence au Soudan, et ils seraient passés au Mozambique selon l'agence de presse turque Anadolu.

Guerre de l'information

Au Mali, la Russie tente là aussi de pousser la France dehors. Les mercenaires de Wagner ont été accusés par Paris d'avoir tenté de mettre en scène un charnier à 3,5 kilomètres de la base de Gossi, qui avait été rendue deux jours plus tôt à l'armée malienne. Les images sont diffusées sur Twitter mercredi 20 avril 2022, et accompagnées d'un commentaire pointant la responsabilité de Paris. Des accusations démenties grâce à des vidéos capturées par drone, où l'on voit des hommes en train de filmer cette mise en scène.

«Du point de vue français, le charnier de Gossi est un signal donné à nos compétiteurs indiquant que nous prendrons toutes les dispositions nécessaires pour défendre notre crédibilité et légitimité, affirme le général Ianni. Face à ces adversaires qui ne respectent pas le droit international, notre principale arme demeure la transparence.»

Il reste toutefois difficile de contrecarrer toutes les fake news et rumeurs qui enflent sur les réseaux sociaux à un rythme effréné. À cela viennent s'ajouter les différents comptes affiliés au pouvoir russe qui partagent intensivement la communication du Kremlin. Une guerre de l'information donc, en plus de celle, militaire, menée par Wagner.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le torchon brule à nouveau entre les deux frères ennemis ivoiriens. Laurent Gbagbo devrait faire savoir, via un porte-parole autorisé, ce mardi ma » ...la suite
Alors que l’influence russe en Afrique est grandissante, la guerre en Ukraine et les sanctions infligées à Moscou ne seront pas sans conséquences » ...la suite
La Cour pénale internationale (CPI) a rendu public la semaine dernière un mandat d’arrêt à l’encontre d’un chef rebelle de République centr » ...la suite
Depuis son départ du Mali, en février, la France a perdu le centre névralgique de son dispositif militaire. Paris cherche désormais à consolider » ...la suite
Après l’expulsion de l’Ambassadeur de l’Hexagone au Mali et le retrait prochain de la force française Barkhane, au Burkina Faso, le départ de » ...la suite
Conséquence de la guerre en Ukraine, l’Afrique devient une source potentielle de gaz et pétrole pouvant éventuellement substituer à terme les im » ...la suite
Les répercussions de la guerre en Ukraine ne s’arrêtent pas aux frontières ukrainiennes. Le monde entier ressent les effets de cette guerre, nota » ...la suite
Le Conseil de sécurité a renouvelé, cet après-midi, jusqu’au 31 juillet 2023, l’embargo sur les armes imposé à la République centrafricaine » ...la suite
« Les groupes armés en République centrafricaine (RCA) doivent déposer les armes et s’engager dans un dialogue politique », a déclaré vendred » ...la suite
Le chef et fondateur du groupe armé Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) et ses trois compagnons resteront en prison jusqu’à la clô » ...la suite