Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Economie » La Banque mondiale renforce son engagement en faveur de la RCA
La Banque mondiale renforce son engagement en faveur de la RCA

 

https://lanocablog.wordpress.com/

C’est la quintessence de la mission effectuée par le directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Cameroun, le Gabon, la République du Congo et la République Centrafricaine, Abdoulaye. Une mission à trois volets : 1) La visite en RCA du directeur des opérations, 2) la fin de mission en RCA du Représentant Résident Han Fraeters, 3) l’arrivée du nouveau Représentant Résident Guido Rurangwa.  La conférence de presse organisée le vendredi 24 juin 2022 à la représentation de la Banque mondiale à Bangui, a  permis d’une part , de faire le bilan de la coopération entre la RCA et la Banque Mondiale et d’autre part, de faire le point sur les acquis de trois années du mandat du Représentant Résident en fin de mission, Han Fraeters, et les perspectives à venir.

« La coopération entre la Banque Mondiale et la RCA se porte bien » a rassuré le directeur des opérations, Abdoulaye Seck. Environ 900 millions de dollars ont été accordés à la RCA durant les trois années, sous la gouvernance de Han Fraters, Représentant Résident de la Banque Mondiale en Centrafrique, pour financer plusieurs projets de développement tels que : le projet d’accès et de renforcement  du secteur de l’électricité (PARSE), le projet de renforcement du système de santé -Seni plus- (70 millions de dollars) ; le projet de Gouvernance numérique du secteur public 35 millions de dollars ainsi que le projet d’investissement et de compétitivité des entreprise et pour l’emploi  (30 million de dollars ); le projet du capital humain (50 millions de dollars), le projet d’urgence pour la restauration des infrastructures et la connectivité d’un montant de 75 millions de dollars et d’autres encore en cours de réalisation.

La Banque mondiale a édité dans un nouveau rapport qui fait appel à maintenir des réformes audacieuses afin d’assurer une croissance accélérée et inclusive de la République Centrafricaine. A ceci, les autorités ont mis en œuvre plusieurs programmes de réforme qui ont contribué à rétablir la stabilité macroéconomique et à orienter l’économie sur une bonne trajectoire de reprise entre 2015 et 2019. En effet, la Banque Mondiale a félicité le Gouvernement pour les efforts dans la mise en application de certaines de ces réformes dont l’appui budgétaire soutien notamment le projet  de connectivité des réseaux routiers le tronçon bitumée entre Bouar et Baoro, le projet Londo ou il ya eu plus d’impact dans le changement de vie de la population, la gratuité des soins de santé des enfants et des femmes accoucheuses dans le cadre du projet SENI PLUS et l’accès de la population de l’électricité.

Le représentant résident sortant, Han Fraeters, s’est expliqué une fois de plus sur la question de mobilisation de recettes propres de l’Etat qui peine encore à pouvoir se décoller afin de générer de l’argent dans la caisse de l’Etat pour permettre le financement des services sociaux de base au profit de la population. Le pays doit donner la priorité aux réformes visant à renforcer le capital humain, les investissements du secteur privé et la productivité car ces réformes qui assureront une croissance à long terme. Selon lui, la RCA doit s’attaquer aux ressources de fragilités en créant des emplois, en gérant mieux ses ressources naturelles et en établissant un contrat social.

Le  nouveau Représentant résident, Guido Rurangwa , apprécies le programme très solide du Gouvernement que la Banque mondiale finance, il compte poursuivre le travail accompli par son prédécesseur en travaillant en bonne coopération avec le gouvernement, les autres partenaires de développement, la société civile, le secteur privé. Guido Rurangwa s’engage à être à l’écoute de la presse, pour améliorer la qualité du service d’appui que la Banque mondiale  offre en Centrafrique pour les besoins de la population.

Le nouveau représentant résidant, prendra ses fonctions à Bangui  le 1er Juillet 2022.

 

A propos du nouveau représentant de la Banque mondiale en République Centrafricaine.

Avant sa nomination en Centrafrique, Guido Rurangwa est le représentant résident du Botswana. Il était également représentant résident pour les Îles Salomon et Vanuatu, et économiste principal pour le Yémen.

De nationalité rwandaise, Guido Rurangwa a rejoint la Banque mondiale en 2001 en tant qu’économiste au sein du Département de la réduction de la pauvreté et de la gestion économique. Il a travaillé sur des opérations de prêt et des travaux analytiques dans les domaines des réformes de la politique budgétaire, de la croissance, du développement du secteur privé et du commerce dans plusieurs pays des régions Afrique, Moyen-Orient et Afrique du Nord. Il a également dirigé les stratégies de partenariat de la Banque mondiale et leur mise en œuvre à Djibouti, en Égypte et aux Îles Salomon.

Avant de rejoindre la Banque mondiale, Guido Rurangwa a occupé des postes de direction au sein du ministère rwandais des Finances et de la Planification économique dans les domaines de la politique fiscale et de l’administration fiscale. Il a également travaillé pour la Banque centrale du Rwanda en tant qu’économiste principal dans les départements de la recherche et des statistiques et de la supervision du secteur financier.

Il est titulaire d’un Master en Modélisation Macroéconomique de l’ENSAE ParisTech, Paris, France, d’un Master en Statistique et Economie Appliquée de l’Ecole Nationale de Statistique et d’Economie Appliquée, Abidjan, Côte d’Ivoire et d’une Licence en Statistique de l’Université Institut Africain et Mauricien de Statistique et d’Economie Appliquée, Kigali, Rwanda.

Il parle couramment l’anglais et le français.

Aubin NDATA/Arsène-Jonathan MOSSEAVO

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Sevré des financements internationaux, le pays revient peu à peu sur le marché domestique pour mobiliser des ressources nécessaires au financement » ...la suite
La Guinée Equatoriale et la République Centrafricaine vont œuvrer ensemble à lutter contre la pénurie des produits pétroliers en Centrafrique. » ...la suite
Cette décision proviendrait d’une montée des tracasseries routières sur la partie centrafricaine du corridor Douala-Bangui, notamment sur le traj » ...la suite
En Centrafrique, une semaine après l’augmentation des prix des carburants à la pompe, les autorités ont fixé les prix publics pour des tarifs de » ...la suite
Le Fonds monétaire international (FMI) encourage la Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad) à stopper la cryptom » ...la suite
La hausse des prix des hydrocarbures continue de susciter des réactions. Le Groupe de travail de la société civile (GTSC) parle d’arnaque et d’ » ...la suite
En Centrafrique, deux jours après l’augmentation jusqu'à 80 % des prix des carburants par le gouvernement, la plupart des usagers se disent asphyx » ...la suite
Sa promotion au poste d’administrateur directeur général de cette filiale du groupe bancaire basé à Lomé, au Togo, a été approuvée depuis no » ...la suite
Sur l'avenue Boganda, la station d'essence Tradex est déserte, seule une chèvre erre entre les pompes à sec: à Bangui, la capitale de la Centrafri » ...la suite
Washington, DC: Une équipe du Fonds monétaire international (FMI) emmenée par M. Abebe Aemro Selassie, Directeur du Department Afrique du FMI, s’ » ...la suite