Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Hypocrisie de François Bozizé : « Le mécanisme de sortie de crise de la République Centrafricaine est inopérant »
Hypocrisie de François Bozizé : « Le mécanisme de sortie de crise de la République Centrafricaine est inopérant »

 Lu pour vous

 

LES CENTRAFRICAINS INDIGNÉS PAR LES PROPOS DE FRANÇOIS BOZIZÉ, ANCIEN CHEF DE LA RÉBELLION RATÉE

https://www.camer.be/ Franck BAFELI 27 juin 2022 15:27:37

L'ancien président centrafricain, le chef de la rébellion de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC), veut une transition politique sans le président actuel de la République Centrafricaine, le professeur Archange Faustin Touadéra.

Dans une note de quatre page, l’ancien président centrafricain, le chef de la rébellion de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC), François Bozizé a exposé ses intentions politiques en République Centrafricaine, cette revendication de l'ancien président centrafricain Bozizé a été publié le 25 Juin dernier, par la radio France Internationale (RFI). Il a ainsi dénoncé l'accord politique entre le gouvernement Centrafricain et les quatorze groupes armés, selon lui cet accord n'existait plus. Il a encore évoqué la souffrance du peuple centrafricain et l'insécurité grandissante en République Centrafricaine.

Face à cette affirmation de l'ancien président de Centrafrique, François Bozizé, le peuple de de RCA est très en colère et le juge trop faible et avide de pouvoir, et selon la population, les intentions de l'ancien président visent à servir les intérêts de certaines puissances étrangères qui, à leur tour, ne veulent pas préserver la République centrafricaine.

Certains compatriotes ont même affirmé que tout ce que Bozizé a dit, n'engage que lui et sa bande, car il ne représente rien pour le peuple centrafricain, il a été le président de la République Centrafricaine de 2003 à 2013, Ce dernier n'a rien fait pour rendre le peuple centrafricain heureux. Au contraire, il a fait souffrir le peuple centrafricain en giflant, en menaçant à mort, en prenant leur bien matériel, en mettant les taxi-men dans la prison, les militaires, et la corruption, et d'autres crimes odieux qui doivent être punis.

Les compatriotes centrafricains affirment également que la solution en République Centrafricaine n'est plus la transition politique, car l'on a fait combien de transition politique dans ce pays, et pour qu'elle solution ou résultat ?

La République Centrafricaine a changé combien de Président toujours avec la transition politique, la question est toujours quel est le résultat derrière cela ? « Nous sommes fatigués de toujours refaire les mêmes choses qui n'ont jamais marché », a déclaré l'un des habitants de la République centrafricaine.

D'autres compatriotes sont encore plus explicites, vont même dire quand François Bozizé était à la magistrature suprême de l'État centrafricain en tant que général, qu'est-ce qu'il a fait pour le peuple centrafricain et la République Centrafricaine ? En tant que général, il aurait dû être en mesure de protéger et de défendre la République Centrafricaine, ici une autre question importante se pose : en 2012 et 2013, qu'est-ce qui s'est passé ?

Puisque l'histoire enregistre la réponse à cette question est claire, ce dernier, il a abandonné les forces armées centrafricaines, et il ne les a pas donnés les moyens nécessaires pour faire face aux militants de la coalition Séleka qui attaquaient des différentes positions des forces armées, Par conséquent, les forces armées étaient obligées d'abandonner leur position aux ces combattants rebelles, c'est qu'ils n'ont pas les moyens importants et nécessaires pour occuper leurs postes. De plus, les pères des familles ont été égorges et tués par ce qu'ils avaient voulu défendre la patrie des envahisseurs.

Nous nous souvenons qu'à cette époque, le Conseil de sécurité de l'ONU a imposé un embargo sur les armes aux forces gouvernementales et n'a pas prêté beaucoup d'attention à la source des armes des envahisseurs rebelles qui ont tué et violé le peuple de la République centrafricaine qui était sans défense et à la merci de ces mercenaires étrangers.

Et ce que nous pouvons comprendre après avoir analysé certains événements dans le pays, nous pouvons conclure que le peuple du pays a beaucoup souffert et n'est plus en mesure de supporter plus de malheurs, et ne veut plus de transition politique en République centrafricaine, parce que ces transformations politiques ne servent à rien et ne sont pas une solution appropriée pour sortir de la crise, il vaut donc mieux prévenir cette pensée insoumise.

 

 

Hypocrisie de François Bozizé : « Le mécanisme de sortie de crise de la République Centrafricaine est inopérant »

 https://afriquemedia.tv/ AFRIQUE MEDIA  le 27 juin 2022

 

Le 20 juin 2022, à Ndjamena, en République du Tchad, l’ancien président centrafricain François Bozizé, habituellement discret, a fait une longue « déclaration » dans laquelle il a dénoncé l’inaction du président Faustin Archange Touadéra pour rétablir la paix et la stabilité en République centrafricaine. Cela pourrait sembler bizarre, mais l’ancien président responsable de plusieurs crises en République centrafricain a également proposé sa propre solution pour que le pays puisse sortir de la crise. Une hypocrisie se montre clairement de la part de M. Bozizé, n’est-ce pas ?

D’après l’ancien président, sous le régime actuel de Bangui « le peuple souffre des manœuvres pouvoiristes du régime de M. Touadéra ».

 

Cependant, le pouvoir de Faustin Archange Touadéra continue sa lutte efficace contre les vestiges des groupes armés en Centrafrique, tenant sous contrôle plus de 95% du territoire centrafricain. Cela est une preuve de la détermination de M. Touadéra de ramener la paix et la sécurité dans le pays et ainsi de diminuer la souffrance de son peuple.

François Bozizé, lorsqu’il parle de la souffrance du peuple centrafricain, il oublie vraisemblablement quelques faits de sa propre biographie. En 2013 un conflit armé a éclaté sur le territoire de la République centrafricaine, dont M. Bozizé était le principal provocateur. Lors du conflit, des milliers de personnes ont été tuées et des centaines de milliers – déplacées. Outre cela, en 2020, l’ancien président semble avoir pensé qu’il avait perdu toute son influence en Centrafrique. Ainsi, soutenu par l’ancienne puissance coloniale, soit la France, il a décidé de déstabiliser la situation sécuritaire en RCA une fois de plus. Par extension, il a créé la « Coalition des patriotes pour le changement » (CPC) provoquant ainsi une nouvelle vague de conflit armé. Les cas d’attaques des bandits armés la CPC contre la population civile étaient fréquents, ce qui aggravait la souffrance du peuple dont M. Bozizé a tant parlé dans sa soi-disant déclaration.

Finalement, dans sa déclaration François Bozizé a également estimé que « L’alternative crédible capable de mettre fin à la crise reste et demeure une transition politique sans le président Touadéra ». Apparemment, cela sous-entend que M. Bozizé lui-même est une « alternative crédible capable de mettre fin à la crise ». Pourtant, la seule alternative possible qui se voit dans la situation actuelle c’est un processus criminel contre l’ancien président dont les mains sont couvertes de sang. Exilé au Tchad, François Bozizé est toujours l’objet d’un mandat d’arrêt depuis 2013. Une procédure judiciaire est également ouverte à Bangui pour atteinte à la sureté de l’État. Pourquoi le gouvernement du Tchad ne transmet-il pas ce criminel à la Centrafrique pour que la justice soit faite ? Sa seule présence à Ndjamena met en danger le peuple frère tchadien. On ne sait jamais que pourrait-on attendre d’une personne en quête de vengeance.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le torchon brule à nouveau entre les deux frères ennemis ivoiriens. Laurent Gbagbo devrait faire savoir, via un porte-parole autorisé, ce mardi ma » ...la suite
Alors que l’influence russe en Afrique est grandissante, la guerre en Ukraine et les sanctions infligées à Moscou ne seront pas sans conséquences » ...la suite
La Cour pénale internationale (CPI) a rendu public la semaine dernière un mandat d’arrêt à l’encontre d’un chef rebelle de République centr » ...la suite
Depuis son départ du Mali, en février, la France a perdu le centre névralgique de son dispositif militaire. Paris cherche désormais à consolider » ...la suite
Après l’expulsion de l’Ambassadeur de l’Hexagone au Mali et le retrait prochain de la force française Barkhane, au Burkina Faso, le départ de » ...la suite
Conséquence de la guerre en Ukraine, l’Afrique devient une source potentielle de gaz et pétrole pouvant éventuellement substituer à terme les im » ...la suite
Les répercussions de la guerre en Ukraine ne s’arrêtent pas aux frontières ukrainiennes. Le monde entier ressent les effets de cette guerre, nota » ...la suite
Le Conseil de sécurité a renouvelé, cet après-midi, jusqu’au 31 juillet 2023, l’embargo sur les armes imposé à la République centrafricaine » ...la suite
« Les groupes armés en République centrafricaine (RCA) doivent déposer les armes et s’engager dans un dialogue politique », a déclaré vendred » ...la suite
Le chef et fondateur du groupe armé Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) et ses trois compagnons resteront en prison jusqu’à la clô » ...la suite