Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Annonces & Divers » La stratégie américaine pour l'Afrique souligne les menaces de la Chine et de la Russie
La stratégie américaine pour l'Afrique souligne les menaces de la Chine et de la Russie

 

Zone Bourse

 

Les États-Unis ont publié lundi un nouveau document stratégique pour l'Afrique subsaharienne, soulignant l'importance de la région, les menaces posées par la Chine et la Russie, et s'engageant à étendre la coopération en matière de défense avec les pays africains partageant les mêmes idées.

"Les États-Unis ont un intérêt constant à ce que la région reste ouverte et accessible à tous, et à ce que les gouvernements et les populations soient en mesure de faire leurs propres choix politiques, conformément aux obligations internationales", indique le document de la Maison Blanche.

Il s'appuie sur un discours prononcé en novembre par le secrétaire d'État américain Antony Blinken, qui a d'abord exposé l'approche de l'administration Biden vis-à-vis de l'Afrique. Sa publication intervient alors que Blinken se trouve en Afrique du Sud et visite deux autres pays africains cette semaine.

En novembre, Blinken a déclaré que Washington devrait faire les choses différemment pour aider l'Afrique à répondre à ses besoins en matière d'infrastructures et qu'il était temps de cesser de traiter le continent comme un sujet de géopolitique et plutôt comme un acteur majeur à part entière.

Blinken a également appelé les dirigeants africains à se prémunir contre la montée de l'extrémisme, de l'autoritarisme et de la corruption.

Le nouveau document indique que, conformément à la stratégie de défense nationale américaine de 2022, le Pentagone s'engagera avec des partenaires africains "pour exposer et mettre en évidence les risques d'activités négatives de la RPC et de la Russie en Afrique", en désignant la Chine par les initiales de son nom officiel.

"Nous tirerons parti des institutions de défense civile et élargirons la coopération en matière de défense avec les partenaires stratégiques qui partagent nos valeurs et notre volonté de favoriser la paix et la stabilité dans le monde", indique le document.

Washington va également "revoir et réinvestir" dans les moyens de s'engager avec les armées africaines, notamment dans des programmes qui aident à renforcer les capacités institutionnelles, à combattre la corruption et à faire avancer les réformes.

"Des armées et autres forces de sécurité efficaces, légitimes et responsables sont essentielles pour soutenir des sociétés ouvertes, démocratiques et résilientes et pour contrer les menaces déstabilisantes, y compris en Afrique", indique le document.

Washington s'emploiera à renforcer les capacités africaines en matière de lutte contre le changement climatique et, avec les gouvernements et les organismes régionaux, notamment l'Union africaine, à soutenir les "accélérateurs" du développement durable, précise le document.

Ceux-ci comprennent la numérisation des services et des dossiers financiers, les investissements dans les systèmes de santé et l'amélioration des chaînes d'approvisionnement pour les produits de base essentiels.

Sur le front technologique, le document indique que Washington s'efforcera de garantir un accès abordable à Internet, tandis que l'Agence américaine pour le développement international cherchera à faciliter l'accès aux cours en ligne.

Le document indique que les alliés et partenaires des États-Unis en Europe, au Moyen-Orient et dans la région indo-pacifique considèrent que l'Afrique fait partie intégrante de leur sécurité nationale et s'engagent à travailler avec Washington.

La Chine, en revanche, voyait la région "comme une arène importante pour défier l'ordre international fondé sur des règles, promouvoir ses propres intérêts commerciaux et géopolitiques étroits, saper la transparence et l'ouverture, et affaiblir les relations des États-Unis avec les peuples et les gouvernements africains", selon le document.

La Russie considère l'Afrique comme "un environnement permissif pour les sociétés paraétatiques et les sociétés militaires privées, qui fomentent souvent l'instabilité pour des avantages stratégiques et financiers", ajoute le document.

L'Afrique a besoin de milliards de dollars par an pour les routes, les chemins de fer, les barrages et l'électricité et, au cours de la dernière décennie, elle a reçu des sommes énormes de la Chine, qui ne lie généralement pas l'argent à des conditions politiques ou liées aux droits.

Washington a caractérisé les prêts chinois comme étant prédateurs et menant à des pièges d'endettement potentiels, et s'est concentré sur la facilitation des investissements privés, mais les responsables reconnaissent qu'ils doivent faire plus pour accélérer l'aide.

L'administration Biden a été critiquée par certains comme étant inattentive à l'Afrique : une plainte courante à l'égard de la politique étrangère américaine, mais qui a résonné plus fort depuis que la Chine a approfondi ses racines politiques et économiques sur le continent.

Biden a cependant adopté un ton différent de celui de l'ancien président Donald Trump, qui a dénigré certaines nations africaines et interdit les voyages de six d'entre elles.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
La première session criminelle de l’année 2023 se déroulera du 06 février au 08 mars 2023, et l’audience du tirage au sort des jurés est pré » ...la suite
La filière nigérienne d'Orano, anciennement Areva, a exploité pendant 40 ans cette mine d'uranium dans le Sahara pour alimenter des centrales nucl » ...la suite
Mme Yellen, depuis vendredi à Dakar, première étape d'un déplacement en Afrique, a visité le site historique de Gorée en compagnie de son maire » ...la suite
Quand certains tuent par les armes, d’autres, en revanche, choisissent l’intoxication comme solution la plus simple pour exterminer une population » ...la suite
Le Président de la République, Son Excellence Professeur Faustin Archange Touadéra, a reçu en audience samedi 14 janvier 2023, au Palais de la Ren » ...la suite
Sixième langue la plus parlée au monde, le français est parlé dans de nombreux pays du monde. Cependant, il faut discerner les pays où notre lang » ...la suite
Les assises du 4ème Congrès de la société centrafricaine de gynécologie et d’obstétrique (SOCAGO) ont pris fin le jeudi 13 janvier 2023 à Ban » ...la suite
Les cheffes de la diplomatie française et allemande ont appelé vendredi les pays africains à condamner l'agression russe en Ukraine, tout en insist » ...la suite
La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) avait annoncé jeudi l’arr » ...la suite
Le ministre chinois des Affaires étrangères Qin Gang a dit mercredi que l'Afrique devrait être mieux représentée au Conseil de sécurité de l'ON » ...la suite