Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » Tchad : la junte interdit une manifestation de l'opposition
Tchad : la junte interdit une manifestation de l'opposition

 

Par Le Figaro avec AFP Publié le 17/08/2022 à 17:39

 

La junte au pouvoir au Tchad a interdit une manifestation prévue vendredi à l'appel de plusieurs partis d'opposition car ses organisateurs n'ont pas «respecté le délai légal de dépôt», selon un communiqué publié mercredi 17 août du ministre de la Sécurité publique.

Wakit Tamma, un collectif de partis d'opposition et d'associations de la société civile, avait appelé à manifester le 19 août contre le Conseil militaire de transition (CMT), dirigé par Mahamat Idriss Déby Itno, fils du défunt président Idriss Déby, au pouvoir sans partage pendant plus de 30 ans, tué en se rendant au front contre des rebelles en avril 2021.

«Résistance populaire»

Wakit Tamma voulait manifester à la veille de l'ouverture à N'Djamena du Dialogue national inclusif entre l'opposition civile et l'armée et la junte au pouvoir. Un dialogue qui doit déboucher sur des «élections libres et démocratiques» et la remise de pouvoir aux civils. «Avec le soutien laxiste et un brin complaisant de la communauté internationale et particulièrement de la France, le CMT a tout orchestré pour préparer un dialogue biaisé en écartant les principaux mouvements politico-militaires et les forces vives les plus représentatives», a accusé le collectif dans un communiqué.

«La marche ou la manifestation dite pacifique (...) prévue pour le vendredi 19 août 2022 est strictement interdite» car «la demande n'a pas respecté le délai légal de dépôt qui est de cinq jours francs au minimum», selon un communiqué signé par le général Idriss Dokony Adiker, ministre de la Sécurité publique. «Nous avons respecté toutes les procédures demandées, en nous refusant ils nous poussent à la résistance populaire», a déclaré à l'AFP Max Loalngar, le coordinateur du collectif Wakit Tama.

Les manifestations de l'opposition sont régulièrement interdites par les autorités. En avril 2021, quelques jours après l'arrivée au pouvoir de Mahamat Idriss Déby, six personnes avaient été tuées à N'Djamena, la capitale, et dans le sud du Tchad, selon les autorités, neuf selon une ONG locale, au cours de manifestations interdites par les autorités, organisées par l'opposition et la société civile.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Plus d’un mois après la mort de Martinez Zogo, un journaliste enlevé puis tué après avoir été torturé au Cameroun, l’influent homme d’aff » ...la suite
Depuis quelques années la Russie essaie de s’imposer comme un partenaire pour plusieurs pays africains notamment dans le domaine sécuritaire. Son » ...la suite
Pour apprendre le métier de journaliste, les Tchadiens sont principalement formés dans d’autres pays, notamment au Cameroun. Le 30 janvier, les mi » ...la suite
Manuela Roka Botey a été nommée Première ministre de Guinée équatoriale et devient la première femme de l’histoire de ce petit pays d’Afriq » ...la suite
Selon la Ligue tchadienne des Droits de l’Homme, au moins 11 civils ont été victimes d’exécution extrajudiciaire dans le lac Tchad. Dans un com » ...la suite
Les informations faisant état de la présence d'une nouvelle rébellion dans le sud du Tchad continuent de susciter des inquiétudes. D'après des » ...la suite
Il faut ouvrir des enquêtes sur les meurtres, la torture, les décès en détention et les détentions illégales d’un régime tchadien que la Fran » ...la suite
Un arbitrage favorable à une filiale du groupe Bolloré dans un litige l'opposant au port camerounais de Douala a été annulé à cause d'un "doute" » ...la suite
L'ONG Human Rights Watch (HRW) dénonce dans un rapport lundi 23 janvier des «meurtres», des «décès en détention», des «disparitions forcées » ...la suite
L’homme d’affaires canado-congolais Lucien Ebata ne mégotait sur les dépenses lorsqu’il s’agissait de soigner ses relations politiques ou di » ...la suite