Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France

L’AFFAIRE « BIENS MAL ACQUIS » ENQUÊTE

 

Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France

La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.

À Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), il y a près de la mairie un bien bel hôtel particulier aux volets vert bouteille et aux poignées dorées qui abrite une famille et un soupçon. La famille est celle de Denis Christel Sassou Nguesso, le fils du président autocrate du Congo-Brazzaville et l’un des chefs d’État les plus influents du continent africain. Juste après sa réélection, Emmanuel Macron a d’ailleurs transmis par voie diplomatique à son homologue congolais, qui cumule trente-huit années de pouvoir sans partage, un message de « remerciements, d’amitié et d’encouragement à consolider la relation » entre le Congo et la France.

Fabrice Arfi

18 août 2022 à 11h05

 

Denis Christel Sassou Nguesso soupçonné de blanchiment d'argent en France, selon Mediapart

https://www.rfi.fr/   19/08/2022 - 02:44

C'est un nouveau rebondissement dans l’affaire dite « des biens mal acquis ». Selon Mediapart, le fils du président du Congo-Brazzaville est soupçonné par la justice française d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France. Le site d’information français dit avoir eu accès à une ordonnance de saisie immobilière, datée du 20 juin, qui détaille des années d’enquête sur le train de vie de Denis Christel Sassou Nguesso en France. 

Selon Mediapart, la justice française est passée à l’attaque fin juin et a saisi un hôtel particulier, dans la banlieue huppée de Paris, suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso.

Selon le site d’information, qui s’appuie sur une ordonnance pénale, la justice française estime avoir réuni suffisamment d’éléments démontrant que le fils du président congolais est bien le propriétaire de cet hôtel particulier à Neuilly.

Hôtel qui aujourd’hui est occupé par Denis Christel Sassou Nguesso et sa famille selon le rapport d’enquête cité par nos confrères.

L’enquête de la justice française porterait également sur deux autres biens : deux appartements dans le 16e arrondissement de Paris.

Selon l'ordonnance, les fonds en cause sont sans commune mesure avec les revenus officiels déclarés par Denis Christel Sassou Nguesso, rapporte Médiapart, qui ajoute que la piste avancée par les enquêteurs est celle du pétrole, sur lequel le pouvoir exécutif a la haute main.

Contacté par nos confrères, l’avocat du fils du président congolais affirme que contrairement aux conclusions judiciaires, Denis Christel Sassou Nguesso n’est pas le propriétaire des biens immobiliers visés. Et que les faits dénoncés par l’enquête de la justice ne sont en réalité pas établis.

Les biens mal acquis sont des biens mobiliers et immobiliers acquis en France par des dirigeants d'État africains avec des financements jugés douteux, et qui font l’objet d’une enquête de la justice française.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Manuela Roka Botey a été nommée Première ministre de Guinée équatoriale et devient la première femme de l’histoire de ce petit pays d’Afriq » ...la suite
Selon la Ligue tchadienne des Droits de l’Homme, au moins 11 civils ont été victimes d’exécution extrajudiciaire dans le lac Tchad. Dans un com » ...la suite
Les informations faisant état de la présence d'une nouvelle rébellion dans le sud du Tchad continuent de susciter des inquiétudes. D'après des » ...la suite
Il faut ouvrir des enquêtes sur les meurtres, la torture, les décès en détention et les détentions illégales d’un régime tchadien que la Fran » ...la suite
Un arbitrage favorable à une filiale du groupe Bolloré dans un litige l'opposant au port camerounais de Douala a été annulé à cause d'un "doute" » ...la suite
L'ONG Human Rights Watch (HRW) dénonce dans un rapport lundi 23 janvier des «meurtres», des «décès en détention», des «disparitions forcées » ...la suite
L’homme d’affaires canado-congolais Lucien Ebata ne mégotait sur les dépenses lorsqu’il s’agissait de soigner ses relations politiques ou di » ...la suite
Il y a trois mois, le 20 octobre, une manifestation de l’opposition, interdite par les autorités, était violemment réprimée. Le soir même, le p » ...la suite
Cette nouvelle mesure s’inscrit dans les différents chantiers du Secrétariat permanent du processus de Kimberley (Snppk) pour la mise en œuvre de » ...la suite
L’affaire révélée ce mercredi par «Libération» dessine les contours d’un système financier occulte autour du pétrole congolais, une manne » ...la suite