Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

Centrafrique : au moins une vingtaine de cas de braquages recensés en l’espace d’un mois dans le 8e arrondissement de Bangui

 rjdh  août 24, 2022 5:23

BANGUI, le 23 Aout 2022(RJDH)—Au moins une vingtaine de cas de braquages à mains armées ont été enregistrés dans les secteurs de Galabadjia, Gobongo, Ngongono dans le 8ème arrondissement de Bangui et à Damala dans la commune de Begoua en l’espace d’un mois. Des éléments de forces nationales et des hommes en armes seraient les principaux présumés auteurs de ces exactions. Une situation déplorée par certains habitants de ces secteurs qui appellent au renforcement des dispositions sécuritaires.

Les cas les plus récurrents sont notamment le braquage des motos taxis. Interrogés par le RJDH, certains habitants dénoncent l’absence des forces de l’ordre et l’irrégularité des patrouilles dans les secteurs.

Un dernier cas remonte dans la nuit du jeudi 18 à vendredi 19 août 2022, « où un jeune homme d’une trentaine d’années a été victime d’un cas de braquage », confie des sources proches de la famille et du chef de quartier Galabadjia 3 dans le 8ème arrondissement de Bangui.

« Des tirs d’armes automatiques sont entendus régulièrement surtout la nuit», confie un habitant interrogé par Fréquence-RJDH qui s’en plaint. Des check-points sont pourtant installés par le commissariat du 8ème arrondissement, « mais la situation reste toujours inchangeable », dit-il.

Les cas de braquage à mains armés récurrents dans cette partie de la capitale. ils sont punis par le Code pénal de la République Centrafrique.

Jospin Fernandez Petho Sally

 

Centrafrique : plusieurs personnes inculpées à la maison d’arrêt de Paoua sans jugement après les procédures engagées par le parquet de la ville

 

PAOUA, le 24 Août 2022 (RJDH) —une quarantaine de personnes croupissent à la maison d’arrêt de Paoua, ville située au Nord-ouest de la République Centrafricaine où elles sont détenues depuis plusieurs mois, après des procédures engagées contre elles par le parquet de localité. Les conditions de détention sont alarmantes, selon le constat du RJDH.

Sur 44 détenus, on compte quatre condamnés. Certains inculpés dont les dossiers ont été scellés par le Tribunal de Grande Instance de Paoua depuis plusieurs mois sont toujours en attente de jugement, alors que le délai de garde à vue selon le Code pénal de la République Centrafricaine de janvier 2010, est fixé à 72 heures.

L’irrégularité des audiences correctionnelles, est l’une des principales raisons selon plusieurs informations du RJDH. De janvier 2022 jusqu’à ce jour, « le Tribunal a pu organiser seulement cinq procès »confie une source locale.

Un jeune homme de plus d’une trentaine d’années et père de 14 enfants qui, depuis près de huit mois, n’est pas situé sur son affaire a déploré sa condition de détention, « j’ai passé huit mois en détention sans être fixé par la justice. Je plaide pour que les audiences  reprennent. Je suis un père de 14 enfants, vous imaginez, huit mois sans jugement ! C’est vraiment difficile », a déploré ce détenu, allongé sur son lit.

Plusieurs sources accusent les responsables du parquet de Paoua qui sont constamment à Bangui. Ce surnombre impacte sur le crédit d’alimentation, indique Elvis Martinien Yohouroum, Régisseur par intérim de la maison d’arrêt.

Pour tenter de combler ce vide, la Minusca à travers les affaires pénitentiaires, « appuie la maison carcérale dans le cadre de l’amélioration des conditions des détenus dans la ville de Paoua. Les toilettes ont été réhabilitées, grâce à la Minusca et le projet dans l’immédiat auquel la Minusca compte réaliser, c’est la sécurisation de la maison d’arrêt », confie Alain Patrick Lanza, Officier pénitentiaire à la Minusca de Paoua.

Les natures des infractions sont notamment, le vol, le meurtre, viol, les pratiques du charlatanisme et de sorcellerie. L’un des défis auxquels, font face les instances judiciaires et la maison pénitentiaire, est lié au manque du personnel, « le Tribunal compte que deux magistrats dont le procureur de la République et au niveau de la maison d’arrêt, il n’y a que deux agents pénitentiaires et 5 autres en instance d’intégration qui sont en poste ».

 Judicaël Yongo

 

Centrafrique : interpellation en cours du premier ministre Félix Moloua par le parlement sur la pénurie de carburant et l’insalubrité dans la ville de Bangui

 Judicael Yongo  août 24, 2022 11:44

 

BANGUI, le  24 Août 2022(RJDH)—Conformément aux dispositions de  la Constitution du 30 mars 2019, le premier Ministre Félix Moloua est invité ce mercredi 24 août 2022 devant les élus de la Nation pour répondre à deux préoccupations à savoir « la pénurie de carburant qui persiste depuis plusieurs mois et l’insalubrité dans la capitale ». Des groupes parlementaires et des députés prennent la parole en ce moment.

 

 

 

La ville de Paoua, dans le Nord-ouest, divisée en deux :  difficile accès

Par Corbeaunews Publié le 23 août 2022 , 8:02

  

Bangui (République centrafricaine) – À cause de la grosse pluie qui s’est abattue sur la ville dimanche, Paoua, chef-lieu de la préfecture de Lim-Pendé, est désormais divisé en deux : le nord, le centre administratif, à l’est,  le centre commercial.

Pour les habitants de Paoua, située à 485 kilomètres au nord-ouest de Bangui, il faut désormais traverser à pied la rivière Vouh qui divise la ville en deux pour se rendre au marché ou dans le centre administratif, en raison de la destruction du mini-pont installé sur ladite rivière.

En effet, dans la nuit du samedi à dimanche 21 août 2022, la forte pluie qui s’est abattue sur la ville avait créé des inondations dans les quartiers, principalement aux alentours  du marché central, provoquant la destruction du pont qui sépare la ville en deux.

Pour l’heure, difficile pour les automobilistes de traverser  cette rivière en toute quiétude. Certains véhicules, en provenance de Bozoum,  ont préféré contourner pour sortir vers le lycée de Paoua et traverser la rivière sur un petit pont léger en bois. Cependant, ceux en provenance de Bossangoa, voulant traverser la ville de Paoua pour rejoindre le quartier ouest, , passent par la gendarmerie pour utiliser la même voie. De même, certains camions lourds préfèrent s’abstenir de faire ce jeu en raison de sa dangerosité.

Pour l’heure, les camions humanitaires en provenance de Bangui préfèrent emprunter

L’axe Bossangoa au lieu de Bozoum. Toutefois, les activités économiques et commerciales de la ville de Paoua sont lourdement affectées en raison du difficile accès à la ville dans les deux sens.

Il y’a lieu de rappeler que la ville de Paoua, située dans le nord-ouest de la République centrafricaine, non loin de la frontière du sud du Tchad, est érigée l’année dernière en chef-lieu de la nouvelle préfecture de Lim-Pendé par le chef de l’État Faustin Archange Touadera.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Après le village de Guen à 10 kilomètres de Gadzi le 27 janvier, c’est au tour de Bangui de vivre les affres de sa première pluie de cette anné » ...la suite
L’insécurité et la dégradation de l’axe routier Bangui-Bangassou inquiètent les usagers. Selon ces derniers, cette situation impacte négative » ...la suite
Les rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) multiplient les attaques contre les positions des Forces armées centrafricaines d » ...la suite
Le poste de la douane de Béloko (Nord-ouest) a été complètement ravagé, ce samedi 21 janvier 2023, par un incendie à la suite d’une attaque » ...la suite
L'école Ouakara située à 4 km du centre-ville de Kaga-Bandoro sur l'axe Botto, peine à fournir de meilleures conditions d'études aux élèves. En » ...la suite
Dans leurs traditionnels messages livrés aux peuples de Dieu lors de la clôture de la 1ère session ordinaire de la Conférence Épiscopale Centrafr » ...la suite
L’inflation, les violences exercées par les forces et groupes armés, les épidémies et le manque d’infrastructures et de services de base contr » ...la suite
La question d’augmentation du prix des hydrocarbures est toujours d’actualité en République centrafricaine. Elle a été abordée, ce mardi 17 j » ...la suite
Les évêques de République centrafricaine ont tenu, du 4 au 16 janvier, leur assemblée plénière à Bimbo, dans l’archidiocèse de Bangui. Dans » ...la suite
La capitale centrafricaine n’en finit pas encore avec les incendies. Au moins sept (7) boutiques ont été calcinées dans la nuit du jeudi 12 janvi » ...la suite