Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » Dialogue national au Tchad: la désignation du présidium suscite une forte contestation
Dialogue national au Tchad: la désignation du présidium suscite une forte contestation

 

https://www.rfi.fr/ 29/08/2022 - 03:43 Avec notre correspondant à Ndjamena, Madjiasra Nako

Au Tchad, le comité d’organisation du dialogue national qui a démarré il y a une semaine devra passer la main ce lundi au présidium désigné dimanche soir. Sa mise en place après plusieurs suspensions illustre les difficultés que connaît ce dialogue pour démarrer.

En fin d’après-midi ce dimanche et après plus d’une heure d’attente, l’ancien Premier ministre Nassour Guelengdouksia Ouaidou, présenté comme un des sages consultés pour la mise en place du présidium, énumère les noms des 21 personnalités proposées. 

La première personne citée est Gali Ngothé Gata, un vétéran de la scène politique nationale, ancien ministre devenu opposant au défunt maréchal Idriss Déby Itno. Il a pour adjoints Abderahim Birémé Hamid et Mahamat Allahou Taher, deux anciens ministres. L’un est l’actuel secrétaire exécutif de l’autorité du bassin du Niger, l’autre président d’un parti politique membre de l'ancienne majorité.

Grogne dans la salle

Cette annonce déclenche une grosse cohue dans la salle. Des dizaines de participants demandent à prendre la parole. La dizaine d’ordres professionnels qui participent au dialogue a été la première à dégainer par la voix de deux de leurs représentants, le bâtonnier de l’ordre des avocats et la présidente de l’ordre des architectes. Les professionnels disent avoir constaté le manque de sérieux dans le processus de désignation du présidium et annoncent leur départ des assises.

Le leader du Front pour la libération du Sud (FPLS), un mouvement politico-militaire, Takilal Ndolassem a lui dénoncé une liste partiale. L’ancien ministre Siddikh Abdelkerim Haggar, qui est à la tête d’une coalition de partis politiques et associations, est plus tranché. « Nous sommes désormais avec les Transformateurs et Wakit Tama, les deux principales organisations qui refusent depuis le début de participer au dialogue. Nous leur donnons raison. Nous leur disons que nous sommes désormais avec eux. Nous allons agir ensemble pour bâtir ce Tchad nouveau », a-t-il lancé.

Après avoir tenté en vain de calmer l’assistance, le ministre chargé de la réconciliation, Acheikh Ibn Oumar, qui préside aussi le comité d’organisation du dialogue, annonce que la séance est suspendue jusqu’à mardi. En attendant la reprise des travaux, et alors que certaines organisations, mécontentes, menacent de quitter le DNIS, le comité d’organisation passera ce lundi ses pouvoirs au présidium désigné.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Plus d’un mois après la mort de Martinez Zogo, un journaliste enlevé puis tué après avoir été torturé au Cameroun, l’influent homme d’aff » ...la suite
Depuis quelques années la Russie essaie de s’imposer comme un partenaire pour plusieurs pays africains notamment dans le domaine sécuritaire. Son » ...la suite
Pour apprendre le métier de journaliste, les Tchadiens sont principalement formés dans d’autres pays, notamment au Cameroun. Le 30 janvier, les mi » ...la suite
Manuela Roka Botey a été nommée Première ministre de Guinée équatoriale et devient la première femme de l’histoire de ce petit pays d’Afriq » ...la suite
Selon la Ligue tchadienne des Droits de l’Homme, au moins 11 civils ont été victimes d’exécution extrajudiciaire dans le lac Tchad. Dans un com » ...la suite
Les informations faisant état de la présence d'une nouvelle rébellion dans le sud du Tchad continuent de susciter des inquiétudes. D'après des » ...la suite
Il faut ouvrir des enquêtes sur les meurtres, la torture, les décès en détention et les détentions illégales d’un régime tchadien que la Fran » ...la suite
Un arbitrage favorable à une filiale du groupe Bolloré dans un litige l'opposant au port camerounais de Douala a été annulé à cause d'un "doute" » ...la suite
L'ONG Human Rights Watch (HRW) dénonce dans un rapport lundi 23 janvier des «meurtres», des «décès en détention», des «disparitions forcées » ...la suite
L’homme d’affaires canado-congolais Lucien Ebata ne mégotait sur les dépenses lorsqu’il s’agissait de soigner ses relations politiques ou di » ...la suite