Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Point de vue » Vers une probable bascule de l'ordre mondial ?
Vers une probable bascule de l'ordre mondial  ?

 

 Par Jérôme Husson  |  31/08/2022, 13:33

OPINION.

Dans la tradition des mois d'août agités, celui qui s'achève n'aura pas manqué d'être le théatre d'une séquence diplomatique et militaire d'une incroyable intensité durant la première quinzaine. A tel point, qu'elle pourrait bien mettre au jour un nouvel ordre mondial. Par Jérôme Husson, principal chez Square Management*.

Depuis plusieurs mois, les regards sont tournés vers la Chine dont l'appétit historique pour Taïwan se montre grandissant, et que nous savons scruter attentivement le développement du conflit Russo-Ukrainien, en particulier les réactions de soutien de l'Union européenne et plus encore celles des États-Unis.

En posant le pied sur le sol taïwanais le 2 août, la présidente de la chambre des représentants des US, Nancy Pelosi a joué sa partition dans ce qui fut considéré comme une provocation ouverte par la Chine. Les heures qui suivirent furent incertaines, et c'est sans doute dans la réaction des acteurs concernés ainsi que de la communauté internationale que l'esquisse d'un nouvel ordre se précise.

Un bref regard sur les 25 dernières années et un focus particulier sur les 12 derniers mois permettent de relire les événements et de discerner la perte de vitesse des USA sur la scène politique internationale parallèlement au renforcement de régimes qui mettent leur économie au second plan.

Depuis un quart de siècle, les USA ont lancé des actions de suprématie qualifiées de « sanctions économiques ». Pêle-mêle, l'Iran, la Corée du Nord, la Syrie et la Russie ont fait l'objet de ces instruments de politique internationale.

Toutefois, le bilan de ces sanctions semble être tout à fait limité. Le programme nucléaire iranien a repris de plus belle ; en Syrie, Bachar El-Assad est resté au pouvoir et s'est même offert le luxe de s'ériger en rempart face à Daesh. En Corée du Nord, le programme nucléaire militaire est en passe d'aboutir. Quant à la Russie, depuis 2014 qu'elle connaît les mesures internationales en représailles de son annexion de la Crimée, elle a aujourd'hui retrouvé une vitalité économique très intéressante. La chute du pétrole orchestrée en 2016 n'aura mis qu'un genou à terre au régime de Moscou qui a appris à vivre avec des ressources limitées. Aujourd'hui, les Européens se trouvent dans une dépendance insoupçonnée aux livraisons de gaz et de pétrole de la Russie, quand l'Afrique ne s'inquiète pas de sa capacité à alimenter sa population en ingrédients de base.

La Chine a donc regardé de près les différentes sanctions infligées par les états occidentaux à la Russie, et plus finement encore, observé les conséquences des réponses de Moscou.

Mais un point crucial a surgi il y a deux ans, et que les occidentaux ont vraisemblablement sous-estimé. La crise du Covid a permis à la Chine de mesurer à quel point le monde est dépendant de ses exportations en tous genres, ce que la Russie n'avait pas été en mesure de faire durant la même époque, et par là, elle a pu mesurer son niveau d'emprise économique réelle.

Dès lors, connaissant son véritable poids dans la mécanique du monde, Pékin peut envisager plus sereinement, quoiqu'à son rythme, de déployer ses prétentions sur sa région d'influence, et exercer en premier lieu sur Taïwan, une forme de réunification. Face à la possibilité de la visite de Mme Pelosi sur place, Pékin avait fait savoir que cela constituerait à ses yeux une provocation insoutenable à laquelle il répondrait. Ladite réponse ne s'est guère fait attendre puisque le surlendemain Pékin lançait des manœuvres militaires aériennes et navales de grande ampleur. La récente mémoire des exercices militaires russes en Biélorussie du 10 au 20 février 2022, soit 4 jours avant l'opération spéciale en Ukraine, laissait présager le pire pour l'île de Taïwan.

Face à la réaction chinoise, les États-Unis sont restés plus que mesurés, participant avec modestie à des exercices militaires taïwanais de défense ; attitude rappelant là encore, l'écart entre les déclarations d'intentions musclées de Joe Biden sur la position russe en février et le concours distant de leurs forces aux côtés des Ukrainiens une fois les troupes russes entrées.

La fermeté de la réponse des Chinois tranche avec la retenue diplomatique habituelle que nous leur connaissons, aussi cela pourrait-il bien être le révélateur d'une forme de prise de conscience ou d'assurance développée par Pékin quant à leurs capacités propres.

En déployant la quasi-totalité de son arsenal de sanctions économiques dans la crise ukrainienne, les Occidentaux ont dévoilé leurs cartes. Et tous ces éléments peuvent nous amener à penser que le régime de Pékin a déjà préparé ses contre-mesures dans la perspective de sa reprise en main de Taïwan et des sanctions que cela appellerait. Ainsi, il ne serait pas étonnant de voir le Dollar US être profondément affecté par une forte libération de monnaies de réserves de la Chine, et moins étonnant encore d'entendre Pékin demander à ce que ses exportations soient réglées en Yuan. Quant à l'accès à la plateforme Swift, gageons que la Chine a déjà développé sa propre plateforme concurrente qu'elle pourrait alors imposer à ses partenaires.

Ces éléments priveraient définitivement les USA de leurs outils d'hégémonie, et la récession faisant son œuvre, un nouvel ordre mondial pourrait émerger, faisant la part belle à des régimes davantage politiques qu'économiques, comme celui de la Russie, et donner une place de leader économique à la Chine dont les relations avec le monde sont d'une tout autre nature que celles du vieux monde.

Une telle évolution serait un véritable bouleversement, tant les grands équilibres s'en trouveraient affectés. Les monnaies de référence, les systèmes d'échanges, les normes du commerce international, l'extraterritorialité des lois et règlements, en bref, tout ce qui constitue notre quotidien et les repères dans lesquels nous vivons pourraient radicalement être renouvelés.

 _____

(*) Jérôme Husson est Principal chez Square Management. Il est expert des sujets d'éthique et de gouvernance des organisations, disposant d'une expérience de haut niveau dans le secteur financier et le secteur associatif, en tant qu'administrateur et cadre dirigeant.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Dix ans après le lancement de Serval au Mali, l’ancien président de la République française (2012-2017) affirme, dans une interview à RFI et Fr » ...la suite
Le sociologue centenaire évoque les conflits traversés et plaide pour une résolution négociée du conflit en Ukraine. Le jour est gris, il pleu » ...la suite
Emmanuel Macron a accusé la Russie d'alimenter une propagande anti-française en Afrique pour servir un "projet de prédation" sur des pays africains » ...la suite
En Centrafrique, après sa lettre au président Faustin-Archange Touadéra, Danièle Darlan sort maintenant de son silence médiatique. L'ex-présiden » ...la suite
Dans le discours controversé qu'il a prononcé du haut de la tribune des Nations unies le 24 septembre dernier, le Premier ministre malien par intér » ...la suite
ENTRETIEN. L’économiste et ancien ministre togolais publie un livre plaidoyer dans lequel il propose un nouveau modèle économique basé sur le n » ...la suite
Je reviens de Bangui et ce que j'y ai vu m'a laissé complètement pantois : absence de rues praticables, chaussées abandonnées aux motos-taxis qui » ...la suite
En Centrafrique, c’est la parole d’un homme de paix : le cardinal Dieudonné Nzapalainga, archevêque de Bangui, s’inquiète de la montée des d » ...la suite
Cette Chronique n’a pas pour objet de dire à l’Afrique qu’elle doit choisir son camp dans la guerre invisible que se livrent l’Occident et la » ...la suite
Cette Chronique n’a pas pour objet de dire à l’Afrique qu’elle doit choisir son camp dans la guerre invisible que se livrent l’Occident et la » ...la suite