Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Réseaux sociaux, les diplomates français transformés en communicants
Réseaux sociaux, les diplomates français transformés en communicants

 

Lu pour vous

 

By La rédaction de Mondafrique 13 septembre 2022

Le dernier coup de grâce donné au «  rayonnement de la diplomatie française  » avait été porté par un décret du Président de la République en avril 2022 qui avait supprimé le corps diplomatique tel qu’il était pour l’instant organisé. Mais il y a pire désormais pour les diplomates appelés à devenir de bons petits soldats des réseaux sociaux. Ce qui ne provoque pas un grand enthousiasme au Quai d’Orsay 

Plus besoin donc d’«  Excellences  » mais de grands communicants: ainsi en a décidé le chef de l’État. Lors de son discours devant les ambassadeurs, le 1er septembre dernier, il leur a demandé d’être beaucoup plus «  mobilisés sur les réseaux sociaux  », pour contrecarrer «  attaques  » et «  manipulations  » de la propagande russe, chinoise ou turque en Afrique. De plus, sous l’impulsion du chef d’Etat-major le général Burkhard, pour qui « il est indispensable de développer nos capacités d’influence pour gagner la guerre avant la guerre  » le Quai d’Orsay s’apprête à créer une sous-direction veille et stratégie. Ce nouveau département doit permettre de renforcer les moyens de la diplomatie française dans la «  guerre informationnelle  », puisque sur ce front-là, comme dans d’autres, virus, énergie, la nation est soi-disant en guerre.

Mais qui est l’ennemi ? Et à moins de créer, comme dans 1984 d’Orwell, un ministère de la vérité, partir au combat sans arme politique, comme l’a montré le conflit au Sahel, c’est prendre le risque de le perdre. Car le nœud du problème est bien là : la communication à ses limites, surtout quand on n’a rien à dire.

Le contre-exemple tchadien

Le nouveau plan de bataille concocté à l’Elysée en coopération avec la ministre des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a bu la tasse dès sa mise en application. Les ambassadeurs et leurs conseillers ont tous reçu la consigne de répondre à toutes les attaques sur les réseaux sociaux et dans les médias. La nouvelle ambassadrice pour la diplomatie publique, Anne Sophie Avé, ex-ambassadrice de France au Ghana, était déjà à son poste sur twitter, lorsque Ndjamena a vécu un moment historique.

L’opposant Succès Masra refuse de participer au Dialogue national inclusif et souverain (DNIS). Une sorte de «  conseil national de la refondation  » chargé de légitimer la junte militaire, et de gagner du temps afin de prolonger Mahamat Déby, fils du maréchal Déby, au pouvoir. Ce samedi 9 septembre, le chef du parti des Transformateurs était, pour d’obscures raisons, convoqué au tribunal. Il décide de s’y rendre à pied accompagné de quelques-uns de ses partisans. Très vite des milliers de personnes rejoignent spontanément le cortège, ce qui de mémoire de Tchadien ne s’était jamais produit dans la capitale. Dépassé, le pouvoir tire sur la foule à balles réelles, selon Succès Masra, et envoie les gaz lacrymogènes. L’opposant se retranche alors dans le QG de son parti très vite assiégé par les forces de sécurité et appelle le Secrétaire général des Nations Unies à l’aide. La même scène s’était produite dix jours plus tôt lors d’une manifestation interdite.  

Comme aucun Tchadien, ni aucun Africain, qui suit la politique de la région, n’ignore le soutien de Paris à Mahamat Déby, qu’Emmanuel Macron a adoubé dès sa prise de pouvoir anticonstitutionnelle, la France est accusée sur les réseaux sociaux de soutenir un régime liberticide et brutal.

Que fait la nouvelle l’ambassadrice de la diplomatie publique en Afrique ? Elle reste silencieuse sur le sujet. Le Quai d’Orsay ? Il se tait. Le dernier tweet de l’ambassade de France date du 26 août dans lequel il salue l’ouverture du dialogue national en ces termes  : «  Il s’agit d’une étape majeure pour la transition tchadienne, en vue de définir un nouveau contrat social au bénéfice de tous les Tchadiens  ». Le nouveau contrat social attendra…

Qu’aurait dû faire la diplomatie publique dans ce cas de figure ? La France en guerre informationnelle était attaquée, elle devait réagir. Oui mais, elle soutient le dialogue national. Et les valeurs, la démocratie, les droits de l’homme, la justice, toussa, toussa ? Oui mais, elle ne s’ingère pas dans les affaires intérieures des Etats et Succès Masra n’est ni pro-russe, ni antifrançais….

Cette posture n’est pas tenable. Elle est le fondement même du rejet de la politique française en Afrique avec ses doubles standards, sa duplicité, ses incohérences. Tous les ambassadeurs convertis en combattants du clavier ne changeront rien. En face, ce ne sont pas des fermes de trolls russes ou chinoises, mais le désespoir d’une population : «  En gros, on n’a pas le droit de rêver d’un Tchad nouveau… Soit on meurt, soit on reste un pays en sous-développement . » résume une jeune tchadienne.

Jours peu tranquilles à Niamey

La même situation pourrait se produire au Niger. Le premier qui a essayé les  plâtres de la diplomatie publique en France, Sylvain Itté, remplacé par Anne-Sophie Avé, vient d’être nommé ambassadeur dans ce pays. Au cours des deux dernières années, il a ferraillé virtuellement avec les panafricanistes de la toile, notamment sur le réseau LinkedIn. Ses messages et commentaires recevaient systématiquement des tomberaux de tomates et il y répondait en des termes assez peu diplomatiques. Il n’est pas certain que son séjour à Niamey soit plus serein.

En août, un mouvement composé d’associations de la société civile nommé M62 est créé pour demander le départ de la force Barkhane du Niger. Une manifestation était prévue le 17 août mais elle a été interdite par le pouvoir, la coalition a donc décidé de lancer une pétition en ligne.

Interrogé par l’IVERIS pour savoir qui était derrière le M62, et pourquoi ce dernier ne demandait que le départ des militaires français alors que beaucoup d’autres forces étrangères sont sur le territoire, (USA, Allemagne, Italie) un homme politique nigérien, soutien de cette initiative, répond : « parce que les autres ne se sont pas ingérés dans notre politique intérieure. » Il poursuit «  tout ce qui peut fédérer les forces contre le régime est bon à prendre. Le président Mohamed Bazoum représente le rejet de la France.  » Puis, il rappelle le soutien sans faille qu’Emmanuel Macron et Jean-Yves le Drian ont apporté au président nigérien lors de la campagne électorale de 2021 en parlant de scrutin «  de référence pour l’Afrique  » et « de démocratie exemplaire. »

Une opposition remuante n’est-elle pas le signe d’une démocratie vivante ? Les opposants qui demandent le départ de Barkhane sont-ils tous stipendiés par Moscou ? Sont-ils des ennemis à traiter dans le cadre de la guerre informationnelle ?

Question d’images

Dans les relations internationales, la propagande et les coups tordus ont existé de tous temps, ces derniers sont du registre des services de renseignement, pas de la diplomatie publique, qui comme son nom l’indique est publique. Si les réseaux sociaux sont un outil supplémentaire, ils sont aussi un thermomètre, le casser ne fera pas descendre la fièvre. Le rejet de la politique française en Afrique, qui n’est pas nouveau, l’IVERIS alertait sur le sujet en 2017 , a de multiples ressorts, eux aussi largement décryptés.

Mais depuis quelques années, le portrait que la France renvoie d’elle-même a encore alourdi le contentieux. Le wokisme, les débats de politiques intérieures, comme ceux portant sur les hommes enceints, font halluciner les Africains. Ils se demandent parfois si les Européens ne vivent pas dans un asile psychiatrique à ciel ouvert. A ce titre, la nomination d’ici la fin de l’année d’un ambassadeur LGBTQ n’est pas de nature à les rassurer. Sans oublier certains épisodes comme celui de la crise sanitaire où la 7ème puissance du monde se montrait en tenue d’Adam et Eve, sans masque ni respirateur.

Ce n’est pas en sortant la carabine à tirer dans les coins pour taper ici et là sur une icône de la toile que la France fera à nouveau rêver. En prime, il y a pire que les fermes de troll et les activistes du clavier : l’indifférence. Si vu de Paris, les derniers voyages d’Emmanuel Macron au Cameroun et en Algérie ont donné l’impression d’être des événements pour les pays concernés, la majorité des citoyens de ces États n’y a pas prêté attention. Lutter contre l’indifférence, sacré défi, un ministère peut-être ?

Leslie Varenne

 

 

Macron face aux ambassadeurs, le malaise se confirme !

By La rédaction de Mondafrique 8 septembre 2022


En avril dernier, l’Elysée avait enterré le corps diplomatique par décret. Lors du traditionnel discours aux Ambassadeurs, le 1er septembre, il les déstabilise encore un peu plus. 

Fini donc les diplomates de métier qui ont participé au rayonnement de la France dans le monde. Place à « l’interministérialité » où tous les hauts fonctionnaires seront interchangeables et pourront vaquer d’une administration à l’autre, les ambassadeurs seront nommés selon le bon vouloir du chef. Il va sans dire que cette décision a irrité le monde feutré des diplomates et en juin le Quai d’Orsay a connu le deuxième mouvement de grève de son histoire, le premier avait eu lieu sous le magistère de Dominique de Villepin. Ironie de l’histoire, ce dernier a été choisi pour être le président d’honneur de l’Association française des diplomates de métier qui vient de se créer pour perpétuer la fronde.

Les réseaux sociaux, l’avenir de la diplomatie

Le discours d’Emmanuel Macron devant les ambassadeurs était donc très attendu par tout le corps diplomatique. Le président a donc commencé son discours en leur passant la brosse à reluire, il a salué « leur engagement exceptionnel » pendant la crise du covid ; il a également salué « leur travail exceptionnel » en Afghanistan et en Ukraine ; il a leur a aussi promis des moyens tant financiers qu’en terme d’effectifs.

Mais, toujours dans l’espoir de contrer les Chinois, les Turcs et les Russes sur le continent africain, il leur a aussi demandé d’être beaucoup plus réactifs et « beaucoup plus mobilisés sur les réseaux sociaux (…)  Pas simplement pour contrecarrer évidemment ces fausses informations, mais pour pouvoir les stopper de manière très claire, au plus vite et porter la valorisation de nos propres actions. ».

Les ambassadeurs français transformés en une armée de twittos ? Pas certain que cela plaise à l’Association française des diplomates de métier…

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Les militaires qui ont pris le pouvoir au Burkina Faso ont accusé samedi la France d'aider le lieutenant-colonel Damiba, renversé la veille, dans la » ...la suite
L’histoire se répète au Burkina Faso. Le pays a été secoué vendredi 30 septembre par un second coup d’État en l’espace de huit mois. Aprè » ...la suite
Mutinerie? Ou coup d’état? La situation qui restait encore confuse au Burkina le vendredi 30 septembre tôt commence à se clarifier. Le chef de la » ...la suite
La Cour pénale spéciale, mise sur pied pour juger des violations des droits humains dans le pays, a annoncé dans un communiqué l'inculpation de Vi » ...la suite
Des militaires se sont déployés dans la nuit de jeudi dans la capitale burkinabée, bloquant des axes stratégiques. La tension monte à Ouagadou » ...la suite
Au deuxième jour du procès de Mahamat Saïd Abdel Kani devant la Cour pénale internationale à La Haye, la parole était à la défense. L’ex-com » ...la suite
Un siècle après l’impitoyable répression à laquelle elle s’est livrée contre les peuples autochtones du Sud-Ouest africain lors de la colonis » ...la suite
GROUPE PARAMILITAIRE Depuis huit ans, la présence de Wagner a été documentée en Ukraine, en Syrie, en Libye, en Centrafrique et au Mali Les ser » ...la suite
Evguéni Prigojine, un homme d’affaires proche du Kremlin, a reconnu lundi 26 septembre avoir fondé en 2014 le groupe paramilitaire Wagner pour com » ...la suite
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi à Luanda, capitale de l'Angola, à l'appel du principal parti d'opposition, l'Unita, pour déno » ...la suite