Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » Tchad: Le président menace les Églises, désengagées du dialogue national
Tchad: Le président menace les Églises, désengagées du dialogue national

Lu pour vous

 

https://www.evangeliques.info/ 14 Sep 2022

Suite au retrait des Eglises catholique et protestante du dialogue national pour la refonte de l’Etat tchadien, le président Mahamat Idriss Déby a déclaré que ce désengagement pourrait déclencher, à terme, une guerre civile.

Le 3 septembre, au constat que leurs voix n’étaient pas entendues dans le cadre de questions sociopolitiques négligées, l’Eglise catholique a annoncé son retrait du dialogue national, suivie de près par l’Eglise protestante. Une démarche que le chef de l’Etat tchadien, Mahamat Idriss Déby, a qualifié de «dangereuse» le 10 septembre. Selon le président, «c’est ce genre de choses qui ont conduit à la guerre civile de 1979», qui a opposé différents mouvements armés aux forces tchadiennes, avant qu’ils ne s’entre-déchirent entre eux jusqu’en 1982.

«Ce sont des hommes de Dieu. Nous sommes dans une République laïque. Leur rôle n’est pas de faire de la politique, [mais] de nous guider, de nous conseiller», a-t-il déclaré, relayé par la Croix Africa. «Ce qui est en train de se faire est très dangereux».

«Le rôle de l’Eglise n’est pas de venir applaudir le gouvernement»

Sur les réseaux sociaux, de nombreux chrétiens jugent que ces propos constituent «une tentative d’intimidation». Quant au rôle de l’Eglise, «ce n’est pas de venir applaudir les actions du gouvernement, mais d’agir en faveur des populations», écrit l’un d’eux sur Facebook. «Si elle trouve que le dialogue en cours n’offre pas l’occasion de défendre les pauvres, il n’y a pas de raisons qu’elle continue de participer. Elle ne cherche pas à plaire aux hommes.»

Les Eglises dénoncent en effet un dialogue qui ne serait pas «sincère», «dans le contexte d’impunité actuelle entretenu par le pouvoir en place. Cette impunité, cause réelle de l’absence de paix, est bien trop grave pour que le dialogue qui doit refonder le Tchad nouveau soit sacrifié sur l’autel d’intérêts égoïstes», note encore un jésuite.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
C'est un moment très attendu dans le cadre du processus du dialogue national qu'a lancé le Tchad le 20 août dernier. En effet, les propositions de » ...la suite
Au Tchad, le Dialogue national inclusif et souverain (DNIS) s'est emparé des sujets les plus importants : Constitution, forme de l’Etat, éligibili » ...la suite
La présidence tchadienne vient de donner instruction au ministre des Finances d'apporter sa contribution au Fonds fiduciaire chargé d’indemniser l » ...la suite
Successeur désigné de son père Ali Bongo à la tête du Gabon, Noureddine Bongo a fait une apparition très remarquée à New York à la 77e Assemb » ...la suite
Successeur désigné de son père Ali Bongo à la tête du Gabon, Noureddine Bongo a fait une apparition très remarquée à New York à la 77e Assemb » ...la suite
Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, 80 ans, qui dirige la Guinée équatoriale d'une main de fer depuis 43 ans et dont la candidature demeurait incertaine, » ...la suite
Outre les morts il y a eu également plusieurs blessés et des dizaines de déplacés. Ces affrontements sont survenus en plein dialogue national en » ...la suite
L’ancien président de l’Assemblée nationale gabonaise, Guy Nzouba-Ndama, a été interpellé, samedi 17 septembre, avec plus d'un milliard de fr » ...la suite
Au Tchad, la coalition des actions citoyennes, Wakit Tama qui ne participe pas au dialogue national inclusif entamé depuis le 20 août, a annoncé, » ...la suite
Tom Erdimi, frère jumeau de Timan Erdimi, chef du groupe armé tchadien de l'Union des forces de la résistance (UFR), a été libéré mardi La l » ...la suite