Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » Tchad: Le président menace les Églises, désengagées du dialogue national
Tchad: Le président menace les Églises, désengagées du dialogue national

Lu pour vous

 

https://www.evangeliques.info/ 14 Sep 2022

Suite au retrait des Eglises catholique et protestante du dialogue national pour la refonte de l’Etat tchadien, le président Mahamat Idriss Déby a déclaré que ce désengagement pourrait déclencher, à terme, une guerre civile.

Le 3 septembre, au constat que leurs voix n’étaient pas entendues dans le cadre de questions sociopolitiques négligées, l’Eglise catholique a annoncé son retrait du dialogue national, suivie de près par l’Eglise protestante. Une démarche que le chef de l’Etat tchadien, Mahamat Idriss Déby, a qualifié de «dangereuse» le 10 septembre. Selon le président, «c’est ce genre de choses qui ont conduit à la guerre civile de 1979», qui a opposé différents mouvements armés aux forces tchadiennes, avant qu’ils ne s’entre-déchirent entre eux jusqu’en 1982.

«Ce sont des hommes de Dieu. Nous sommes dans une République laïque. Leur rôle n’est pas de faire de la politique, [mais] de nous guider, de nous conseiller», a-t-il déclaré, relayé par la Croix Africa. «Ce qui est en train de se faire est très dangereux».

«Le rôle de l’Eglise n’est pas de venir applaudir le gouvernement»

Sur les réseaux sociaux, de nombreux chrétiens jugent que ces propos constituent «une tentative d’intimidation». Quant au rôle de l’Eglise, «ce n’est pas de venir applaudir les actions du gouvernement, mais d’agir en faveur des populations», écrit l’un d’eux sur Facebook. «Si elle trouve que le dialogue en cours n’offre pas l’occasion de défendre les pauvres, il n’y a pas de raisons qu’elle continue de participer. Elle ne cherche pas à plaire aux hommes.»

Les Eglises dénoncent en effet un dialogue qui ne serait pas «sincère», «dans le contexte d’impunité actuelle entretenu par le pouvoir en place. Cette impunité, cause réelle de l’absence de paix, est bien trop grave pour que le dialogue qui doit refonder le Tchad nouveau soit sacrifié sur l’autel d’intérêts égoïstes», note encore un jésuite.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Les informations faisant état de la présence d'une nouvelle rébellion dans le sud du Tchad continuent de susciter des inquiétudes. D'après des » ...la suite
Il faut ouvrir des enquêtes sur les meurtres, la torture, les décès en détention et les détentions illégales d’un régime tchadien que la Fran » ...la suite
Un arbitrage favorable à une filiale du groupe Bolloré dans un litige l'opposant au port camerounais de Douala a été annulé à cause d'un "doute" » ...la suite
L'ONG Human Rights Watch (HRW) dénonce dans un rapport lundi 23 janvier des «meurtres», des «décès en détention», des «disparitions forcées » ...la suite
L’homme d’affaires canado-congolais Lucien Ebata ne mégotait sur les dépenses lorsqu’il s’agissait de soigner ses relations politiques ou di » ...la suite
Il y a trois mois, le 20 octobre, une manifestation de l’opposition, interdite par les autorités, était violemment réprimée. Le soir même, le p » ...la suite
Cette nouvelle mesure s’inscrit dans les différents chantiers du Secrétariat permanent du processus de Kimberley (Snppk) pour la mise en œuvre de » ...la suite
L’affaire révélée ce mercredi par «Libération» dessine les contours d’un système financier occulte autour du pétrole congolais, une manne » ...la suite
La cour d’appel de Paris vient de donner raison au Port de Douala dans sa bataille judiciaire contre Douala International Terminal(DIT), filiale des » ...la suite
Le gouvernement tchadien poursuit le dialogue avec les tendances politico-militaires non signataires de l'accord de paix de Doha. Mais le premier mini » ...la suite