Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Economie » « L'image de la France s'est dégradée en Afrique de l'Ouest »
« L'image de la France s'est dégradée en Afrique de l'Ouest »

Lu pour vous

 

https://www.lesechos.fr/ Par Yves Bourdillon Publié le 4 oct. 2022 à 15:09

Abbas Jaber, président du groupe Advens Geocoton, principale firme étrangère dans l'agroalimentaire au Burkina Faso, estime que l'intervention anti-djihadiste française durant dix ans aurait dû s'accompagner d'un volet de soutien au développement.

Le coup d'Etat de ce week-end au Burkina Faso est-il dirigé contre la France, voire manipulé par Moscou ?

Je suis un industriel, pas un géopoliticien, et je ne peux donc évaluer précisément les tenants et aboutissants de ce putsch . Mais je constate combien l'image de la France s'est dégradée dans la région. C'est bien beau de mener une opération militaire contre les djihadistes, comme la France l'a fait il y a dix ans. C'était effectivement nécessaire. Mais ensuite, dès lors que l'intervention se prolongeait, il fallait s'occuper de développement économique et d'emplois.

Faute de quoi on est inévitablement perçu comme une armée d'occupation. Or rien n'a été fait de ce genre, ni même tenté. Le militaire seul ne résout rien. Il est nécessaire, bien sûr. Et nos militaires, d'ailleurs, ont agi avec sagesse et courage. Mais à quoi bon si l'on n'est pas présent, en parallèle, pour apporter des solutions aux problèmes concrets, quotidiens, des gens ?

La France et les bailleurs de fonds n'ont vraiment rien fait ou bien ça a été mal géré ?


Il fallait mettre le paquet sur l'agriculture qui assure ici 80 % des emplois et qui est d'autant plus rentable que les Burkinabés sont un peuple travailleur et pacifique. Or on ne l'a pas fait. Ce n'est pas faute, pour nous, Géocoton, qui sommes le premier employeur privé étranger du pays, d'avoir alerté, sonné à toutes les portes des bailleurs de fonds, parlé à la Banque publique d'investissement et à l'Agence française de développement . Mais on ne nous a pas répondu. On a financé des lampadaires solaires à Dakar pour la sécurité des paysans venus en ville. Mais les « fixer » dans les campagnes, les aider à rester au pays en leur octroyant, par exemple, des microcrédits, on ne l'a pas fait.

Et l'amertume, ici, est d'autant plus vive que les Africains voient l'accueil sans visa, au demeurant légitime, des réfugiés ukrainiens en Europe. Ils voient l'argent dépensé par les Occidentaux dans cette guerre. Et eux, qui parlent français et aiment la France, ont l'impression de rester en rade. L'incendie du service des visas du consulat de France ce week-end est symptomatique de cela. De même que l'impopularité de l'armée française constatée lors de son transfert ici au moment de son retrait du Mali vers le Niger. Autre point illustrant la dégradation de la relation entre la France et l'Afrique : jamais, dans l'histoire de cette dernière, il n'y avait eu cinq coups d'Etat en Afrique de l'Ouest en deux ans ! Bref, forte instabilité. Malaise profond. Attention ! Car la nature a horreur du vide. Et, si la France n'est plus appréciée ici, d'autres sont en embuscade…

Comment évaluez-vous la situation sécuritaire et sociale ces derniers mois au Burkina Faso ?

Elle est très délicate en raison de la sécheresse , des ravages des insectes sur les cultures , des effets du confinement instauré à la suite du Covid et, dernièrement, de la hausse des prix du blé et des engrais à cause de la guerre en Ukraine. Tout cela peut devenir très dangereux. Il faut se rappeler qu'ici le terrorisme a, aussi, des racines sociales. Si les gens ont un emploi, s'ils estiment bénéficier d'une certaine dignité, ils ne vont pas se faire recruter par les djihadistes. Sinon… Les entreprises françaises, voire les ressortissants de l'Hexagone, deviendront des cibles. On entend déjà certaines personnes dire : « Chacun d'entre nous doit repérer « son » Français dont il faudra s'occuper le jour J » . Alors rien n'est perdu, bien sûr. L'aura du président Macron, malgré des incidents épidermiques, reste forte. Mais il faut aller vite. Et il faut des signes tangibles.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Sur l'avenue Boganda, la station d'essence Tradex est déserte, seule une chèvre erre entre les pompes à sec: à Bangui, la capitale de la Centrafri » ...la suite
Washington, DC: Une équipe du Fonds monétaire international (FMI) emmenée par M. Abebe Aemro Selassie, Directeur du Department Afrique du FMI, s’ » ...la suite
Annoncé depuis octobre 2019, le projet d’injection d’une nouvelle gamme de billets et pièces dans la zone Cemac (Cameroun, Gabon, Congo, RCA, Gu » ...la suite
C’est un coup de gueule de l'Intersyndicale de Centrafrique (ISYCA). Dans un communiqué, daté du 26 octobre, l'ISYCA dénonce l'inaction du gouver » ...la suite
Cette information est révélée par le directeur général de la Société Centrafricaine de Stockage des Produits Pétroliers, Ernest Batta, qui ass » ...la suite
Dans la newsletter de septembre de la Cameroon Petroleum Depot Company (SCDP), le directeur général de la Central African Petroleum Products Storage » ...la suite
La Chine a supprimé les droits de douane sur 98 % des articles taxables provenant de plusieurs pays, dont neuf en Afrique. Cette décision fait su » ...la suite
La Cour constitutionnelle s’oppose à la possibilité d’obtenir la nationalité centrafricaine ou un terrain en échange d’un investissement dan » ...la suite
Un premier échec pour Faustin-Archange Touadéra. La Cour constitutionnelle centrafricaine a rejeté le projet de cryptomonnaie sango lancé il y a q » ...la suite