Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » En Centrafrique, une loi plus protectrice pour les personnes séropositives
En Centrafrique, une loi plus protectrice pour les personnes séropositives

 

https://www.rfi.fr/ Publié le 17/10/2022 - 03:14

La République centrafricaine vient de se doter d'une nouvelle loi sur les droits des personnes vivant avec le VIH/SIDA. Elle a été adoptée le 6 octobre à l'unanimité par les députés de l'Assemblée nationale. Les associations demandaient de longue date une révision de la loi de 2006. Elles ont donc salué ce texte comme une avancée, car il élargit les moyens de prévention et pénalise les discriminations contre les personnes séropositives. 

Parmi les avancées permises par la loi, l'âge de dépistage est abaissé de 18 à 12 ans, ce qui permettra à des jeunes encore mineurs de faire des tests, et si nécessaire, d'entrer dans un parcours de soins.

Autre progrès salué par les associations : les pratiques discriminatoires pourront faire l'objet de poursuites pénales. Bienvenu Gazalima, coordonnateur national du réseau des personnes vivant avec le Vih/Sida, s'en félicite, car les stigmatisations sont fréquentes, en premier lieu de la part du personnel soignant : « La majorité de ceux qui refusent de prendre les médicaments, c'est dû à ce phénomène. Donc cette loi est pour nous une réponse à ce phénomène de stigmatisation. Ceux qui vont à l'hôpital, leur voix ne sont pas respectées. Une personne qui va à l'hôpital avec le VIH doit être bien aspectée au sein de la structure sanitaire. C'est la première réponse à la lutte. S'ils ne sont pas bien acceptés, ils vont arrêter de prendre les médicaments et les conséquences seront néfastes. »

L'Onusida a recensé 58 000 séropositifs en Centrafrique en 2021. Ils ont presque tous accès aux traitements antirétroviraux. Néanmoins, le nombre réel serait de 71 à 100 000, en incluant les personnes qui ne savent pas qu'elles sont infectées. C'est deux fois moins qu'il y a 20 ans.

La lutte contre la maladie progresse donc, mais les croyances traditionnelles et religieuses, et l'insécurité dans certaines régions, freinent encore la prise en charge de tous les malades.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Au lendemain de l’attaque qui a visé une base des forces de défense et de sécurité et leurs alliés russes à Bossangoa, les réactions se multi » ...la suite
La Situation sécuritaire à Bossangoa dans l’Ouham est sous contrôle et une enquête est ouverte, selon le communiqué gouvernemental en date du 2 » ...la suite
La justice centrafricaine projette de retirer à Ferdinand Alexandre Nguendet son statut d’ancien chef d’Etat. Sur instruction du ministre d’Eta » ...la suite
Au Cameroun, une frange de la population, souvent défavorisée, consomme des liqueurs très alcoolisées et bon marché, communément appelées «whi » ...la suite
n Centrafrique, l'Autorité nationale des élections (ANE) souhaite toujours parvenir à organiser les élections locales pour la première fois, depu » ...la suite
Ces derniers jours, la situation sécuritaire se détériore davantage dans certaines villes de province. Dans les préfectures de la Ouaka, de la Bas » ...la suite
Aux premières lueurs de l'aube dans un quartier du sud-est de Bangui, la capitale de la Centrafrique, la pirogue de Pacôme Koyeke fend la brume mati » ...la suite
A l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes, les organi » ...la suite
La mise au point d'un vaccin efficace contre le paludisme s'est avérée bien plus difficile que celle d'un vaccin anti-COVID-19. Plusieurs vaccins di » ...la suite
La situation sécuritaire est relativement calme sur l’ensemble du territoire national cette semaine, confie la Minusca lors de la conférence de pr » ...la suite